Skip to main content

La blessure de Bobby Ryan assombrit la victoire des Sénateurs

L'attaquant s'absentera au moins un mois après s'être fracturé un doigt face aux Maple Leafs samedi

par Mike Zeisberger @zeisberger / Journaliste NHL.com

OTTAWA -- Dans le couloir derrière le banc des Sénateurs d'Ottawa, l'attaquant Bobby Ryan était plié en deux, en proie à une douleur insoutenable. Son visage reflétait un mélange de frustration, d'exaspération et d'angoisse.

Il était facile d'en comprendre la raison.

Ryan venait d'être atteint à la main droite par un tir frappé du défenseur des Maple Leafs de Toronto Ron Hainsey tôt en troisième période dans la victoire de 6-3 des Sénateurs au Centre Canadian Tire samedi. Dès que la rondelle a touché sa main, Ryan savait que quelque chose n'allait pas.

Environ 45 minutes plus tard, après que les Sénateurs eurent scellé leur victoire, l'entraîneur Guy Boucher a annoncé la mauvaise nouvelle: Ryan, 30 ans, devra rater au moins un mois en raison d'une fracture de l'index droit.

« J'ai de la peine pour lui », a dit Boucher, la voix tremblante. « Cet homme-là a fait des pas de géant tant sur la glace qu'en dehors, ça se manifestait par la manière dont il se comporte et dont il joue cette saison.

« Je trouve cela très triste. »

Ryan a subi six fractures aux mains au cours des quatre dernières saisons. Ces blessures récurrentets l'ont obligé au mois de mars dernier à tester de nouveaux gants qui lui offraient plus de protection, tout en fournissant la même flexibilité dont il avait besoin afin de serrer son bâton.

« Je suis prêt à tout essayer », avait lancé Ryan à ce moment-là. « Ça fait maintenant quatre ans que je dois gérer [des blessures à la main], ce n'est pas du tout plaisant.

« J'aimerais avoir une vie après le hockey sans avoir des doigts arthritiques. C'est incroyable, toutes ces blessures ont été des coups de malchance. Dans un de mes doigts, je n'ai pas encore retrouvé toutes mes sensations en raison de toutes les fois où j'ai reçu des injections. »

Sept mois plus tard, Ryan gère de nouveau une blessure semblable.

Les douleurs ressenties par Ryan au cours des dernières années ne se sont pas limitées à ses mains. Au cours d'un entretien avec « Hockey Night in Canada » le 14 octobre, il a admis êrtre encore éprouvé par la perte de sa mère qui est décédée à la suite d'une bataille contre le cancer du foie à l'été 2016.

« Nous avons dû assumer tous les fardeaux financiers liés à la vie et au hockey en Californie, a expliqué Ryan. Ma mère a eu du pain sur la planche. Elle a travaillé à la patinoire chaque matin afin que je puisse patiner gratuitement et puis elle a travaillé pour une compagnie aérienne le soir afin que je puisse prendre des vols gratuits.

« Une semaine sur deux, nous avions une réservation au (California Pizza Kitchen), c'était notre occasion d'ignorer tout le reste. Nous attendions toujours ces après-midi avec impatience. »

Ces souvenirs demeurent gravés dans l'esprit de Ryan depuis le décès de sa mère.

« Chaque fois que je passe devant (un California Pizza Kitchen), il est difficile pour moi de ne pas être ému, a avoué Ryan. C'est une de ces choses qui continueront de me toucher pendant le reste de ma vie. »

Selon Boucher, la blessure de Ryan a été la seule chose négative au cours d'une soirée remplie de choses positives. Pendant deux périodes, ses Sénateurs ont blanchi les Maple Leafs, qui avaient amorcé la rencontre avec le plus grand nombre de buts marqués dans la LNH (34).

Cependant, la troisième période a commencé sur une mauvaise note pour Ottawa. Alors que les soigneurs traitaient Ryan dans le vestiaire, l'avance des Sénateurs a été réduite à 3-2 sur des buts de James van Riemsdyk et Auston Matthews.

Pendant que de milliers de partisans torontois scandaient « Go Leafs Go », Boucher a demandé son temps d'arrêt. Ça s'est avéré une décision judicieuse. Sept secondes après le but de Matthews, Mark Stone a intercepté une mauvaise passe du défenseur des Maple Leafs Nikita Zaitsev et a déjoué Frederik Andersen afin de porter l'avance à 4-2.

Ce fut une avance que les Sénateurs n'allaient pas laisser filer.

Boucher a fait l'éloge de la performance de ses joueurs en fin de match ainsi que de leur capacité à rebondir. Pendant la majorité des 20 minutes qu'ont duré sa rencontre avec les médias après le match, il arborait un grand sourire.

Puis le sujet de la blessure à Ryan a été abordé. Son sourire a disparu.

« Il a vécu beaucoup d'expériences éprouvantes, a dit Boucher. Comme je l'ai dit, j'ai de la peine pour lui. »

En voir plus