Skip to main content

Kunitz pourrait rejoindre un groupe sélect en gagnant la Coupe avec Tampa

L'attaquant pourrait devenir le deuxième joueur de la LNH à remporter la Coupe Stanley cinq fois avec trois équipes différentes

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

TAMPA - Chris Kunitz s'en souvient très bien. Lui, un joueur jamais repêché qui en était à sa troisième saison dans la LNH, était sur le point de remporter la Coupe Stanley. Il était présent quatre ans plus tôt alors que les Mighty Ducks d'Anaheim s'étaient inclinés en Finale de la Coupe Stanley devant les Devils du New Jersey en 2003, alors qu'il avait assisté à la série à titre de « Black Ace » et qu'il se demandait si son tour allait venir un jour. 

C'était sur le point de se produire. Les Ducks d'Anaheim menaient 6-2 contre les Sénateurs d'Ottawa dans le match no 5 de la Finale de 2007 et les joueurs commençaient à comprendre que leur rêve allait se réaliser.

Kunitz se souvient que l'attaquant Brad May, qui avait beaucoup voyagé au cours de sa carrière de 15 ans dans la LNH, était assis à côté de lui sur le banc.

« Les minutes s'écoulaient, a raconté Kunitz. Présence après présence, je me souviens à quel point l'excitation se lisait sur son visage, de quelle manière il a brassé tout le monde près de lui sur le banc, puisqu'il avait connu une carrière longue et difficile, et qu'il lui avait fallu attendre longtemps avant de tout gagner. »

Kunitz a vu des coéquipiers vivre ce moment à maintes reprises par la suite, des joueurs qui avaient attendu toute leur carrière pour finalement toucher à la Coupe, alors que son nom à lui se trouve un peu partout sur le précieux trophée. Littéralement. 

L'attaquant, aujourd'hui âgé de 38 ans, a remporté la Coupe Stanley trois autres fois depuis, avec les Penguins de Pittsburgh en 2009, 2016 et 2017. Il a la chance cette saison non seulement de la remporter pour une troisième année de suite avec le Lightning de Tampa Bay, mais aussi de devenir le deuxième joueur seulement dans l'histoire de la LNH à remporter la Coupe au moins cinq fois et avec au moins trois équipes différentes. Si le Lightning gagne la Coupe, Kunitz rejoindrait le défenseur Larry Hillman, qui a soulevé le trophée six fois avec trois formations.

Pour ce faire, le Lightning devra tenter de remporter le match no 4 de la finale de l'Association de l'Est contre les Capitals de Washington jeudi (20 h (HE); NBCSN, CBC, SN, TVAS). Le Lightning tire de l'arrière 2-1 dans cette série quatre de sept. 

Ceux qui ont remporté la Coupe à plusieurs reprises ont souvent fait partie d'une dynastie ou deux, comme Henri Richard avec ses 11 championnats avec les Canadiens de Montréal, ou Jean Beliveau avec ses 10 conquêtes avec Montréal, ou Red Kelly avec ses huit titres avec les Red Wings de Detroit (quatre) et les Maple Leafs de Toronto (quatre).

Mais il faut de la chance ou du talent, ou une combinaison des deux, pour connaître ce type de succès avec plusieurs équipes au cours de saisons éloignées, comme ce fut le cas pour Kunitz avec les Ducks, avec presque deux versions des Penguins (seulement cinq joueurs ont vécu les trois conquêtes) et, potentiellement, le Lightning.

Il s'agit d'une situation avec laquelle Hillman est familier. Il a remporté la Coupe Stanley pour la première fois avec les Red Wings en 1955 à 18 ans et 68 jours, ce qui a fait de lui le plus jeune joueur de l'histoire à inscrire son nom sur le trophée, au sein d'une équipe qui regroupait les membres du Temple de la renommée du hockey Gordie Howe, Ted Lindsay et Kelly. Il a enchaîné avec quatre championnats avec les Maple Leafs (1962, 1963, 1964 et 1967) et un avec les Canadiens (1969).

« J'étais toujours avec la bonne équipe au bon moment », a mentionné Hillman, âgé de 81 ans, mercredi au sujet de sa carrière de 789 matchs dans la LNH avec huit formations. « J'ai simplement été chanceux.

« Je blague parfois à ce sujet : "Je n'étais pas vraiment un bon joueur de hockey, mais j'étais tout un porte-bonheur". »

Il y a un peu de ça. Mais il y a plus. L'expérience et la connaissance, la discipline et la compréhension, ainsi qu'une attitude positive, ce sont toutes des choses que Hillman a indiqué qu'il pensait avoir apportées aux équipes avec lesquelles il a gagné la Coupe. 

« [Ces joueurs], ce sont eux qui savent, une fois en séries éliminatoires, ce qui doit être fait », a expliqué Hillman, qui a aussi remporté la Coupe Avco deux fois dans l'Association mondiale de hockey avec les Jets de Winnipeg, en 1976 comme joueur et en 1978 comme entraîneur.

Ce sont ces joueurs qui gagnent, et gagnent, et gagnent, les rares qui ont remporté la Coupe Stanley au moins trois fois avec trois équipes : Mike Keane (Canadiens, Stars de Dallas, Avalanche du Colorado), Claude Lemieux (Canadiens, deux fois avec les Devils, Avalanche), Joe Nieuwendyk (Stars, Flames de Calgary, Devils), Gord Pettinger (Bruins de Boston, Rangers de New York, deux fois avec les Red Wings) et Mark Recchi (Bruins, Penguins, Hurricanes de la Caroline), en plus de Hillman.

« Ce n'est pas une coïncidence s'il remporte la Coupe Stanley ou qu'il effectue de longs parcours en séries avec chacune de ses équipes », a affirmé l'entraîneur du Lightning Jon Cooper en parlant de Kunitz. « Vous devriez l'entendre sur le banc. Il voit bien la glace. Il décrit ce qui va se passer sur la glace aux joueurs sur le banc avant même que le jeu se déroule. … Il comprend vraiment ce qui se passe dans un match. »

Probablement parce qu'il est déjà passé par là, et qu'il a vécu presque toutes les situations, lui qui est sorti gagnant lors de chacune de ses quatre participations à la Finale de la Coupe Stanley en plus d'atteindre la finale d'association à sept reprises.

« L'expérience est tellement importante, a souligné l'attaquant de Tampa Bay Tyler Johnson. Et il en possède tellement.

« Il est celui qui parle avec calme lorsque les choses se corsent. »

Kunitz ne veut pas lancer des hypothèses afin d'expliquer pourquoi il a été à la bonne place au bon moment tellement de fois, pourquoi il a été un élément de ces équipes qui ne faisaient que gagner. Il a un peu répété ce que Hillman a dit en affirmant : « J'ai été chanceux tout au long de ma carrière de jouer avec beaucoup de très bons joueurs, d'avoir fait partie d'organisation au moment où ils arrivaient à maturité.

« J'imagine que je n'ai simplement jamais été malchanceux. »

Il sait ce que c'est que de perdre en Finale de la Coupe Stanley. Il en a été témoin une fois, il y a longtemps, avant qu'il ne fasse officiellement partie d'une équipe de la LNH. Il n'a pas fait partie d'une équipe qui s'est inclinée en Finale depuis. 

« J'ai pu voir le côté malheureux d'une défaite dans un match no 7, j'ai vu deux frères qui s'affrontaient, l'un d'entre eux dans notre équipe qui n'avait pas connu de succès, son frère de l'autre côté qui avait une carrière fructueuse », a raconté Kunitz en parlant du duel entre Rob et Scott Niedermayer en Finale en 2003. (Scott a aidé les Devils à remporter la Coupe pour la troisième fois cette année-là, avant de rejoindre son frère et de la gagner avec les Ducks en 2007.) 

« Cela a toujours résonné d'une manière particulière pour moi, a noté Kunitz. Que si je me sens chanceux de gagner, ce n'est pas quelque chose qui arrive pour tous les joueurs au cours de leur carrière. »

C'est toutefois arrivé pour Kunitz, autant comme joueur de premier trio que comme joueur de soutien, comme joueur qui a inscrit 14 points (un but, 13 passes) en 24 matchs au cours des séries 2009 pour aider Pittsburgh à soulever la Coupe, et comme joueur qui n'a amassé aucun point en 13 parties depuis le début des présentes séries alors que son trio est souvent opposé à celui d'Alex Ovechkin. 

« Il n'est pas le capitaine de notre équipe », a dit Cooper en parlant de Kunitz, qui a obtenu 29 points (13 buts, 16 passes) cette saison. « Steven Stamkos est le capitaine de notre équipe, mais Steven Stamkos a également besoin de se tourner vers d'autres joueurs de temps à autre, et Chris Kunitz est devenu l'un de ces joueurs. … Alors ce n'est pas seulement ce que Kunitz peut faire sur la glace, mais aussi ce qu'il peut faire hors de celle-ci pour nous. Il a été remarquable. »

C'est pourquoi Stamkos était très enthousiaste lorsqu'il a appris que le Lightning avait embauché Kunitz pour une saison le 1er juillet. Il savait ce que Kunitz avait accompli au cours de sa carrière dans la LNH. Il savait ce que l'arrivée de Kunitz pourrait apporter au Lightning et à lui, sur le plan personnel. 

« Les gars étaient très heureux de simplement avoir la chance de lui parler et de profiter de son savoir, de profiter des informations qu'il détient après avoir fait partie de grandes équipes et avoir côtoyé de grands leaders et de grands joueurs », a expliqué Stamkos.

« Nous souhaitons l'aider à remporter cette cinquième Coupe cette année. Ce serait très plaisant. »

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.