Skip to main content

Kirk Muller, le parfait « bon cop bad cop »

Le nouvel entraîneur-associé des Canadiens sera un allié de taille pour Pacioretty

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

Le retour de Kirk Muller dans le giron des Canadiens de Montréal est une excellente nouvelle sur toute la ligne.

Le directeur général Marc Bergevin vient de combler un vide qui existait depuis le départ de Gerard Gallant comme adjoint de l'entraîneur Michel Therrien. Un vide qui a été particulièrement apparent, cette saison.

Dans tous les personnels d'entraîneurs d'équipe, il y a un adjoint ou un associé, comme dans le cas de Muller, qui agit comme le médiateur ou le tampon entre les joueurs et l'entraîneur.

Gallant était « ce bon cop bad cop » jusqu'à ce qu'il devienne l'entraîneur des Panthers de la Floride, il y a deux ans.

Jean-Jacques Daigneault et Daniel Lacroix, qui complétaient déjà le groupe d'entraîneurs avec Gallant, n'ont pas pu prendre la relève. L'engagement cette saison de Craig Ramsay comme conseiller à l'entraîneur n'a pas été l'idée du siècle.

Therrien a besoin d'un adjoint fort afin de l'aider sur le plan des communications avec ses troupiers - une lacune pour lui. Muller était l'homme tout désigné.

Un allié pour Pacioretty

Celui chez les joueurs qui doit le plus se réjouir de cet engagement, c'est Max Pacioretty. Le capitaine aurait grandement profité de l'expertise de « Captain Kirk » au cœur de la tourmente cette saison. Muller a été capitaine des Canadiens, le 23e de l'histoire de l'organisation pendant la 1994-95. Il connaît les implications d'occuper le prestigieux poste pour un anglophone. Il a été très apprécié des partisans qui conservent encore un excellent souvenir de son passage. Il a gagné la Coupe Stanley en 1993. Il connaît l'organisation sous toutes ses coutures.

Muller, âgé de 50 ans, revient dans le groupe d'entraîneurs du Tricolore avec un bagage d'expérience renouvelé et sûrement plein de nouvelles idées, presque 10 ans après avoir été appelé à seconder Guy Carbonneau en 2006. Après son départ en 2011, il a été l'entraîneur de l'équipe-école des Predators de Nashville, avant de diriger les Hurricanes de la Caroline pendant trois saisons. Depuis deux ans, il était un des adjoints de Ken Hitchcock chez les Blues de St.Louis, responsable entre autres du jeu de puissance.  

Les Blues ont affiché le sixième meilleur taux de réussite de la LNH, soit 21,5 pour cent. Inutile de relever que l'attaque massive des Canadiens traîne de la patte depuis quelques saisons. Elle a été la sixième pire de la ligue en 2015-16, avec un rendement de 16,2 pour cent.

En voir plus