Skip to main content

Julien victime du monstre à deux têtes qu'il a créé en 2011

Bergeron et Marchand viennent hanter leur ancien entraîneur

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Au moins, les trois défaites successives que les Canadiens de Montréal ont encaissées face aux Bruins de Boston n'ont pas fait perdre son sens de l'humour à Claude Julien. 

Après avoir vu son ancienne équipe dominer le CH comme elle l'a fait au cours des huit derniers jours, la thérapie par le rire est possiblement la meilleure attitude à adopter pour lui.

L'entraîneur des Canadiens de Montréal a lancé à la blague que s'il avait su que Patrice Bergeron et Brad Marchand viendraient le hanter comme ils l'ont fait samedi, il ne les aurait pas réunis il y a plusieurs années.

La remarque a provoqué l'hilarité chez les journalistes et Julien a pu prendre congé d'eux en ayant le sourire aux lèvres.

Bergeron et Marchand évoluent ensemble depuis 2011, soit la saison au terme de laquelle les Bruins ont gagné la Coupe Stanley. Julien n'a sûrement aucun regret d'avoir créé ce « monstre à deux têtes ».

« (Avec David Pastrnak), ils se trouvent sur la patinoire les trois ensemble. Il y a une belle chimie entre eux. Si on regarde le reste de la formation, il ne s'est pas produit grand-chose. Le trio de Bergeron a fait le travail. C'est dommage pour nous. »

Julien a dit que le plan de match en prévision des affrontements face aux Bruins tourne toujours autour du trio de Bergeron.

« Si on peut empêcher ces gars-là de faire des dégâts, on se donne une chance de gagner. Ils sont la raison pour laquelle les Bruins n'ont pas perdu en temps réglementaire depuis 16 matchs. Ils charrient l'équipe. 

« Pour notre part, nous avons eu beau mettre l'accent sur eux dans notre préparation, ils ont trouvé le moyen de se mettre en évidence, a continué Julien. Il n'y a pas que contre nous qu'ils le font. Patrice Bergeron a connu dernièrement des matchs de quatre et de trois buts respectivement. » 

Julien a fait appel à deux duos de défenseurs contre Bergeron, Marchand et Pastrnak pendant le déroulement du match. Il aurait voulu compter sur son as de la défense, Shea Weber, actuellement blessé.

Le défenseur Karl Alzner a avancé que l'unité est assurément une des plus dominantes de toute la LNH sur tous les fronts, sinon la meilleure.

« Le trio est hautement talentueux, mais c'est possiblement le plus complet sur toute la longueur de la patinoire, a-t-il soumis. Les trois sont très fiables dans leur territoire et ils exercent une forte pression dans notre zone. C'est difficile de les maîtriser. On a besoin des six joueurs sur la glace. Tout le monde doit travailler à l'unisson. Ils ont été très bons ce soir, mais toute l'équipe des Bruins l'a été. On peut voir pour quelles raisons ils connaissent une incroyable séquence de succès. »

Le capitaine Max Pacioretty a ajouté au concert d'éloges à l'endroit du trio.

« Les Bruins misent énormément sur eux. Ils multiplient les occasions à l'attaque. Ils sont très confiants, tous trois ont eu plusieurs chances de marquer, a relevé Pacioretty. Nous n'avons pas joué un vilain match, mais ils nous ont fait payer le prix. Il aurait fallu trouver une façon de les museler. »

La grande qualité de Bergeron pour Julien, c'est toute la préparation qu'il fait avant chacun des matchs. C'est un fin analyste qui sait exactement à qui sait toujours il a à faire et il se prépare en conséquence, surtout pour ce tout qui ce qui concerne les mises au jeu.

Samedi encore, il a conservé un taux de réussite de 67 pour cent. Pour la saison, il montre un rendement de 57,6 pour cent.

Pour ce qui est des trois défaites du CH contre les Bruins, Julien a fait le constat de la supériorité de leurs grands rivaux dans le moment.

« Notre aurions dû gagner le premier match (défaite de 4-3 en tirs de barrage), a-t-il commencé par dire. Le deuxième duel à Boston, nous n'avons pas du tout été dans le coup. On a vite fait une croix dessus. Pour ce qui est de ce soir, nous avons tenu bon pendant un bout de temps, mais au final nous n'avons pas été suffisamment bons. C'était notre deuxième match en autant de soirs et les Bruins étaient plus frais et dispos. Ils sont de plus une des meilleures équipes de la LNH actuellement, sinon la meilleure. Nous ne sommes pas à leur niveau.

« Peut-être qu'avec le retour de Weber et quelques autres améliorations, nos chances de les vaincre seraient meilleures. »    

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.