Skip to main content

Joueurs autonomes: Huit choses à retenir de la première journée

L'amélioration au centre des Maple Leafs et des Blues leur permet d'aspirer à la Coupe Stanley

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste principal NHL.com

Le départ de John Tavares des Islanders de New York pour parapher un contrat de sept ans d'une valeur de 77 millions $ avec les Maple Leafs de Toronto a sans contredit été la plus grosse nouvelle de la journée. Une signature qui a eu un impact monstre pour les Maple Leafs, mais qui a aussi eu un effet domino sur le reste de la LNH.

Le nouveau contrat de Tavares n'a toutefois pas été la seule nouvelle d'envergure dans la Ligue dimanche. Plusieurs autres éléments intéressants méritent d'être analysés au terme de la première journée de la période des joueurs autonomes.

Voici huit choses à retenir :

1. Le temps est venu à Toronto

Avec l'addition de Tavares, qui s'ajoute à Auston Matthews et Nazem Kadri, les Maple Leafs détiennent maintenant toute la profondeur nécessaire sur leurs trois premières lignes pour remporter la Coupe Stanley.

Ce trio est comparable, et possiblement meilleur, que ceux qu'avaient les Capitals de Washington - Nicklas Backstrom, Evgeny Kuznetsov et Lars Eller - et les Penguins de Pittsburgh - Sidney Crosby, Evgeni Malkin and Nick Bonino - les deux dernières équipes à avoir remporté la Coupe Stanley.

Lorsqu'on regarde la section Atlantique, aucune autre des sept équipes peut rivaliser avec la profondeur au centre des Leafs. Pire encore, le Lightning de Tampa Bay et les Bruins de Boston, qui ont terminé au sommet de la section l'an dernier, tentaient eux aussi d'obtenir les services de Tavares.

De voir une équipe de leur propre division remporter le derby Tavares, voilà qui fera mal.

Il n'y aura pas de dynamique de centre no 1 et no 2 à Toronto parce que Tavares et Matthews sont interchangeables et pourront évoluer au milieu des duos de Patrick Marleau et Mitchell Marner ou Zach Hyman et William Nylander.

2. Les Islanders doivent changer de stratégie

La perte de Tavares représente bien évidemment une catastrophe pour les Islanders. Mais il y a possibilité d'entrevoir un peu de positif.

Par exemple, l'équipe semble déjà avoir un remplaçant au poste de centre no 1 en Mathew Barzal, qui a remporté le trophée Calder la saison dernière avec une récolte de 85 points (22 buts, 67 passes), un de plus que Tavares. Sans son ancien capitaine, il fera maintenant face à davantage d'adversité.

Les Islanders pourront aussi s'entendre avec d'autres joueurs grâce à la somme de 11 millions $ ou plus qu'ils s'apprêtaient à donner à Tavares. Une partie de ce magot est allé à Leo Komarov, qu'ils ont acquis pour les prochaines quatre saisons.

Ils auront toutefois besoin d'un gardien no 1 et d'améliorer leur défensive. Ce défi ne change pas, avec ou sans Tavares, mais les Islanders ont maintenant l'espace nécessaire sous le cap salarial pour aller chercher de tels éléments.

Le futur des Islanders s'est amélioré de façon drastique lors du dernier repêchage avec la sélection de l'attaquant Oliver Wahlstrom au 11e rang et du défenseur Noah Dobson avec le choix suivant, deux joueurs qui étaient considérés parmi les 10 meilleurs espoirs selon plusieurs.

3. Quatre équipes ont évité le scénario des Islanders.

Les Islanders ont eu une année complète, depuis le 1er juillet 2017, pour prolonger le contrat de Tavares. Ils n'ont pas réussi et l'ont perdu en retour de rien. Les Kings de Los Angeles, les Coyotes de l'Arizona, le Lightning de Tampa Bay et les Sharks de San Jose se sont assurés de ne pas se retrouver dans la même position.

Les quatre formations se sont entendues avec un de leur joueur étoile pour un contrat à long terme qui ne s'amorcera pas avant la saison 2019-2020.

Ryan McDonagh a paraphé une entente de sept ans d'une valeur de 47,25 millions $ avec le Lightning, qui se retrouve avec l'un des meilleurs groupes de défenseurs gaucher dans la Ligue avec Victor Hedman et Mikhail Sergachev. Hedman, qui vient de remporter le trophée Norris, est sous contrat pour les sept prochaines campagnes alors que Sergachev, 20 ans, n'a disputé qu'une des trois saisons de son contrat de recrue.

Les Kingsont officialisé leur entente de huit saisons, pour 88 millions $, avec le défenseur Drew Doughty, qui se retrouve avec le salaire le plus élevé sur le cap salarial (11 millions $) pour un défenseur en vue de la saison 2019-2020. Erik Karlsson pourrait obtenir davantage lorsqu'il signera son prochain contrat.

Les Coyotes ont fait de même avec le défenseur Oliver Ekman-Larsson, tout comme les Sharks avec le joueur de centre Logan Couture. Les modalités financières de ces ententes n'ont pas été dévoilées.

4. Stastny, un ajout majeur pour les Golden Knights

Les Golden Knights de Vegas ont été impliqués dans le derby Tavares mais n'ont jamais eu la chance de faire une présentation finale au joueur de centre. Pour se reprendre, ils ont mis la main sur le deuxième meilleur joueur autonome disponible, Paul Stastny.

Le joueur de centre a obtenu 53 points (16 buts, 37 passes) en 82 rencontres la saison dernière, dont 13 en 19 matchs après que les Jets ont fait son acquisition dans une transaction.

Stastny avait eu l'occasion de voir les Golden Knights à l'œuvre de près puisque les Jets les ont affrontés en finale de l'Association de l'Ouest. Le fils de Peter Stastny avait indiqué qu'il voulait trouver une destination où il se sentirait à l'aise.

Les Golden Knights, qui ont peiné en Finale de la Coupe Stanley face à la profondeur des Capitals au poste de centre, devraient utiliser Stastny comme deuxième centre derrière William Karlsson et devant Cody Eakin.

Erik Haula pourrait être envoyé à l'aile, potentiellement pour remplacer James Neal sur le deuxième trio. Neal, qui est joueur autonome sans compensation, pourrait revenir à Vegas. Tomas Tatar pourrait aussi obtenir sa chance aux côtés de Stastny.

5. Les Canadiens toujours à la recherche d'un centre

Les Canadiens de Montréal se retrouvent encore à la recherche d'un centre de premier trio après le refus du clan de Tavares de discuter avec l'équipe, et la décision de Stastny d'aller à Vegas. Tomas Plekanec a été rapatrié par l'équipe pour la prochaine année, une entente de 2,25 millions $, mais il n'a plus l'étoffe d'un centre de haut niveau avec une équipe qui aspire aux grands honneurs.

L'option la plus logique pour les Canadiens est d'être patient s'ils réalisent qu'il n'y a pas d'option de haut calibre pour eux et qu'ils devraient surpayer pour un joueur qui n'est pas aussi bon qu'un Tavares ou un Stastny.

Ce scénario n'est pas le plus facile à réaliser dans un marché comme Montréal, mais si les Canadiens pensent à long terme, ils pourraient être bien meilleurs dans un an ou deux lorsque le joueur de centre Jesperi Kotkaniemi, le troisième choix du dernier repêchage, sera possiblement prêt à avoir un impact significatif avec l'équipe.

Les Canadiens devront d'ailleurs décider ce qu'est la meilleure avenue pour Kotkaniemi cette saison. S'il est assez bon pour évoluer dans la LNH, l'entourer de Plekanec semble une bonne idée. Il pourrait lui montrer les rudiments du hockey professionnel.

6. Les Flyers comblent une lacune avec van Riemsdyk

James van Riemsdyk devrait se battre pour un poste parmi le groupe des six meilleurs attaquant chez les Flyers de Philadelphie et surtout, donner un ailier gauche à Nolan Patrick.

Les Flyers ont besoin que Patrick devienne une option de qualité comme deuxième joueur de centre derrière Sean Couturier. Le jumeler avec un marqueur naturel comme van Riemsdyk, qui a un bon physique, qui protège bien la rondelle et qui va au filet, pourrait rapporter des dividendes.

Les Flyers pourront utiliser Jakub Voracek à la droite de Claude Giroux et Couturier, puis Wayne Simmonds ou Travis Konecny à la droite de Patrick et van Riemsdyk.

7. Les Canucks font confiance à leur jeunesse

Les Canucks de Vancouver ont rendu un service à leur noyau de jeunes joueurs en mesure d'évoluer dans le top-6 offensif en ajoutant de la profondeur et de la robustesse avec la signature de trois vétérans qui devraient évoluer sur les troisième et quatrième trios de l'équipe.

Les Canucks se sont entendus avec les attaquants Jay Beagle (quatre ans, 12 millions $), Antoine Roussel (quatre ans, 12 millions $) et Tim Schaller (deux ans, 3,8 millions $). Trois joueurs qui ne sont jamais agréable à affronter et qui ont une bonne réputation dans le vestiaire.

Ces trois nouveaux venus ne règleront pas les problèmes des Canucks pour marquer des buts, eux qui ont inscrit 61 points en 234 matchs la saison dernière. Toutefois, les Canucks sont d'avis qu'ils obtiendront une bonne dose d'offensive de la part des attaquants de première année Elias Pettersson, 19 ans, et Adam Gaudette, 21 ans, qui auront la tâche de remplacer Henrik et Daniel Sedin.

Pettersson, qui a été le cinquième choix de repêchage de 2017, et Gaudette devraient faire partie du top-6 de Vancouver avec Brock Boeser (21 ans), Bo Horvat (23) et possiblement Sven Baertschi (25), qui a signé un nouveau contrat de trois ans d'une valeur de 10,101 millions $, dimanche.

Les Canucks compteront aussi sur Jake Virtanen, 21 ans, qui est joueur autonome avec compensation, ainsi que les attaquants Brandon Sutter, Loui Eriksson et Sam Gagner.

8. Les Blues se renforcent au milieu de la patinoire

Les Blues étaient une autre des équipes qui avaient Tavares sur leur radar, mais ils ont dû changer leur plan lorsqu'ils ont réalisé que ce scénario n'allait pas se réaliser. C'est ce qu'ils ont fait en faisant l'acquisition de Ryan O'Reilly dans une transaction avec Buffalo, en plus de mettre sous contrat Tyler Bozak pour trois ans, 15 millions $.

St. Louis a dû donner aux Sabres Patrik Berglund, Vladimir Sobotka, Tage Thompson et des choix de première et deuxième ronde pour obtenir les services d'O'Reilly. Un prix cher payé, mais qui leur permet d'obtenir le meilleur joueur de cette transaction et de solidifier leur ligne de centre, ce qui était le plan du directeur général Doug Armstrong.

Les Blues se retrouvent donc avec Brayden Schenn, O'Reilly, Bozak et, fort possiblement, Robert Thomas, qui aura 19 ans lundi. Thomas pourrait grimper dans la formation en milieu de saison, ce qui pourrait envoyer Schenn, O'Reilly ou Bozak à l'aile.

Les Blues ont raté les séries éliminatoires la saison dernière, une grande déception à St. Louis, mais leur nouvelle profondeur au centre pourrait les placer en position pour aspirer à la Coupe Stanley. Encore mieux, la section centrale sera sans Stastny la saison prochaine, mais aussi sans Tavares puisque les Stars n'ont pas été en mesure d'obtenir ses services.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.