Skip to main content

Joe Thornton l'ailier

Le joueur vedette des Sharks souhaite qu'on continue de le voir comme un joueur de centre

par Shawn P. Roarke @sroarke_nhl / Directeur de la rédaction - NHL.com

ST. LOUIS - Joe Thornton des Sharks de San Jose n'est plus un joueur de centre à temps plein. 

Membre du trio numéro un des Sharks, Thornton voit le capitaine Joe Pavelski s'acquitter de la tâche au centre plus souvent qu'autrement. Tomas Hertl, un troisième joueur de centre dans le trio, joue également principalement à l'aile.

En prenant de l'âge, le patineur âgé de 36 ans est appelé à évoluer plus souvent à l'aile, mais ne vous avisez pas de le qualifier d'ailier.

« Eh bien, pour dire vrai, nous avons trois joueurs de centre dans notre trio, commente-t-il. Aucun d'entre nous n'est un ailier. Tomas est un centre, 'Pav' est un autre et j'en suis un. Peu importe lequel des trois est à la mise au jeu à un moment précis. Nous nous considérons tous des centres. Appelez-moi joueur de centre, s'il vous plaît."

Appelez-le comme vous le voulez, mais ça fonctionne. Le trio est le plus efficace des Sharks en séries de la Coupe Stanley 2016.

L'unité a été la plus dominante dans le premier match de la finale de l'Association de l'Ouest contre les Blues de St.Louis au Scottrade Center.

Les Blues l'ont peut-être emporté 2-1, mais ils savent qu'ils devront mieux contenir le trio dans la deuxième rencontre mardi (20h HE; TVA Sports, CBC, NBCSN). Le trio a fourni le seul but des Sharks, celui de Hertl, en plus d'obtenir une douzaine de lancers au but.

En 13 matchs en séries cette année, Thornton a trois buts et huit passes pour 11 points. C'est le quatrième meilleur total de l'équipe derrière Logan Couture (17), Brent Burns (16) et Pavelski (14).

L'entraîneur des Blues Ken Hitchcock, qui voit Thornton à l'oeuvre depuis plus d'une dizaine d'années et qui l'a côtoyé au sein d'Equipe Canada sur la scène international à trois reprises, juge que Thornton est plus efficace comme ailier en raison de son imprévisibilité.

À titre d'exemple, en troisième période du match de dimanche, Thornton quittait son territoire avant ses coéquipiers dans l'espoir de relancer l'attaque au moment où les Sharks tentaient d'égaler la marque. Il n'aurait pas pu agir de la sorte s'il avait eu à s'acquitter des tâches de joueur de centre.

« De ne pas être confiné à temps plein au poste de centre lui accorde la liberté de se déplacer partout sur la glace afin de tenter de créer des surnombres pour son trio, soumet Hitchcock. Il a toujours été un des joueurs les plus futés de la Ligue nationale. Il a maintenant plus de liberté. »

Les Bruins de Boston ont choisi Thornton, un joueur de centre de puissance, au tout premier rang de la séance de repêchage 1997 de la LNH. Mesurant six pieds quatre pouces et pesant 220 livres, il possédait le physique de l'emploi afin d'être dominant. Ce qu'on ne savait pas à ce moment, c'était l'ampleur de son sens inné du jeu.

Trop souvent, à cause de ses aptitudes physiques et psychologiques, son aisance sur la patinoire a été perçue comme de la nonchalance.

Mais ceux qui l'ont dirigé ou qui ont été son coéquipiers savent mieux que quiconque.

 

L'entraîneur des Sharks Peter DeBoer avait forgé sa propre appréciation du talent de Thornton quand il était à la barre des Panthers de la Floride et des Devils du New Jersey. Après l'avoir dirigé cette saison, DeBoer a une bien meilleure compréhension de la qualité du joueur qu'il est.

« Je n'avais pas remarqué combien il est un joueur honnête, combien il travaille fort quand il n'est pas en possession de la rondelle et combien il a soif de succès, relève DeBoer. Vous ne pouvez pas l'appréciez à sa juste valeur tant que vous ne le côtoyez pas sur une base régulière. »  

Hitchcock peut en témoigner.

« Je l'ai connu dans trois compétitions internationales et il a été notre meilleur joueur dans les trois. Il a été, de loin, le meilleur joueur du tournoi de la Coupe du monde 2004 », opine Hitchcock, qui a également vu Thornton de près dans les tournois des Jeux olympiques de 2006 et de 2010.

« Vous constatez en travaillant avec lui son côté très compétitif et son sens inné du jeu. Il est peut-être un des joueurs les plus futés de l'histoire de la ligue. Il a un fort impact à chacun des matchs. »

Thornton peut faire l'étalage de son immense talent à une nouvelle génération d'amateurs de hockey, en raison de la présence des Sharks en finale d'association pour la première fois depuis 2011.

« Joe est un joueur possiblement mésestimé uniquement parce qu'il a passé la grande majorité de sa carrière sur la côte ouest américaine, prétend DeBoer. S'il jouait à Toronto, à Montréal ou à New York, il serait une légende vivante. Il est si bon que ça et si impressionnant. »

 

En voir plus