Skip to main content

Jimmy Vesey voit une opportunité d'accéder à la LNH

L'attaquant met fin au suspense en s'entendant avec l'équipe newyorkaise

par Brian Compton @BComptonNHL / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

Jimmy Vesey peut finalement se détendre et souffler un peu. Le processus est terminé. Le jeune attaquant est maintenant un membre des Rangers de New York.

Après des semaines, sinon des mois de spéculations quant à l'endroit où il allait jouer cette saison, le fort convoité joueur autonome a conclu une entente avec les Rangers, vendredi.

Vesey a été réclamé par les Predators de Nashville au troisième tour (66e au total) du repêchage 2012 de la LNH. Il a eu l'occasion de signer un contrat avec les Predators et de jouer pour eux vers la fin de la saison régulière ainsi qu'en séries éliminatoires de la Coupe Stanley après avoir complété sa quatrième et dernière campagne à l'Université de Harvard, mais Vesey a refusé. Ses droits ont été échangés aux Sabres de Buffalo le 20 juin, et en dépit des efforts des Sabres, ils ont eux aussi été incapables d'en venir à une entente avec Vesey. Celui-ci voulait tenter sa chance sur le marché en tant que joueur autonome sans compensation, statut qu'il a obtenu mardi.

Le processus a été éreintant pour Vesey. Il s'est parfois senti dépassé tellement son cas a attiré l'attention. Il est maintenant heureux que tout cela soit terminé.

« Cela a assurément pris des proportions énormes, et je ne crois pas que moi ou quiconque aurait pu s'y attendre, mais ce n'est pas ce que je recherchais, a assuré Vesey. Si vous parlez à tous ceux qui me connaissent, ils vous diront que je suis un jeune homme discret. Je n'avais absolument pas l'intention que cela devienne un tel phénomène dans les médias. Ce fut plutôt mouvementé par moments, alors je suis simplement heureux que le processus soit maintenant terminé. »

Le directeur général des Rangers Jeff Gorton est soulagé lui aussi. C'est lui qui a rencontré Vesey, en compagnie d'autres membres du personnel de direction de la formation new-yorkaise, y compris le directeur du développement des joueurs Chris Drury. Les dirigeants new-yorkais savaient que ce ne serait pas facile de s'assurer les services de Vesey, surtout que la liste d'équipes intéressées comprenait notamment les Blackhawks de Chicago et les Penguins de Pittsburgh. Gorton était confiant après que son groupe eut rencontré les membres du clan de Vesey, mercredi, mais c'est seulement au moment où la décision a été prise que le stress a disparu.

« Quand nous avons quitté la salle de réunion, je dirais que nous nous sentions vraiment à l'aise avec le fait que la discussion s'était bien déroulée. Nous avions réussi à aborder plusieurs aspects que nous voulions présenter, a indiqué Gorton. J'ai trouvé que nous avions réussi à établir une bonne communication avec le jeune homme.

« J'étais content quand j'ai vu l'afficheur et le numéro de téléphone en provenance de Boston. J'ai vite répondu. Quand il a dit, "Salut, c'est Jimmy Vesey, ma décision est prise et j'aimerais aller à New York", j'ai probablement lancé un juron. Je ne me souviens pas exactement de ce que j'ai fait, mais je dirais que ma réplique a été assez colorée. Je ne pourrais probablement pas le dire publiquement. »

Gorton a nié les rumeurs voulant que Vesey ait exigé de jouer immédiatement au sein d'un des deux premiers trios.

« Je n'ai jamais senti qu'il voulait que je lui promette quoi que ce soit, a dit Gorton. Je crois que c'est un gars fier. Je crois qu'il a une grande confiance en son talent, et quand il a regardé notre équipe, il a sans doute vu qu'il aurait une opportunité de jouer. Je pense qu'il aime le fait que d'autres jeunes joueurs qui se sont joints à l'équipe récemment ont eu l'occasion de jouer. Je crois qu'il a aimé s'entretenir avec [l'entraîneur Alain Vigneault] et qu'il a aimé ce qu'Alain avait à dire sur les jeunes joueurs et le style de jeu qu'il met de l'avant offensivement.

« Je crois qu'il a bien aimé rencontrer Chris Drury et voir les similitudes qu'il y avait entre eux; les deux ont gagné le trophée Hobey Baker (en 1998) et se comportent de la même manière. Je pense qu'au fil de la réunion, nous avons établi des liens et il a aimé ce que nous avions à dire, et évidemment nous l'aimions en tant que joueur. »

Il y a bien des choses à aimer chez Vesey. L'attaquant de 23 ans a inscrit 23 buts et 22 aides avec un différentiel de plus-11 en 33 matchs à sa dernière campagne à Harvard. On l'a récompensé pour ses efforts en lui décernant le trophée Hobey Baker, remis au meilleur joueur dans les rangs universitaires aux États-Unis. L'ailier gauche de six pieds trois pouces et 203 livres a pris part à 128 matchs en l'espace de quatre saisons à Harvard, totalisant 80 buts et 64 aides au cours de cette période. Il a marqué 56 buts à ses 70 dernières rencontres.

« Je dirais que ma façon de jouer est un hybride entre celui d'un attaquant de puissance et d'un attaquant qui mise sur ses habiletés, a déclaré Vesey. Je crois que mon instinct offensif, c'est ma force. »

Les Rangers tenaient tellement à mettre la main sur Vesey qu'ils ont demandé à différentes personnalités connues, comme le lanceur des Mets de New York Noah Syndergaard et la comédienne Susan Sarandon, de courtiser le diplômé de Harvard sur Twitter.

« Pour être honnête, j'ai essayé d'éviter le plus possible les médias sociaux cette semaine, mais j'ai des amis et des membres de ma famille qui m'ont mis au courant de ces gazouillis, a fait savoir Vesey. Donc je l'ai su quand même, et c'était plutôt drôle et pas mal "cool" de voir ces personnalités prendre le temps de m'écrire. Je ne crois pas que cela a eu un impact sur ma décision, mais une des choses que j'aime à propos de New York, c'est la qualité de vie que cette ville offre. »

Né à North Reading, au Massachusetts, Vesey a fait allusion à ses solides liens avec des membres de l'organisation des Rangers, tout particulièrement l'attaquant Kevin Hayes. Vesey a reconnu qu'il a demandé conseil à Hayes, un ancien choix de premier tour (24e au total) que les Blackhawks ont repêché en 2010 et qui a refusé de signer un contrat avec cette équipe afin de devenir joueur autonome. Hayes a conclu une entente avec les Rangers en 2014.

« C'est quelqu'un que je connais depuis l'enfance, a dit Vesey de Hayes. Nous avons joué un peu ensemble il y a quelques années, et nous nous entraînons et patinons ensemble l'été. J'ai beaucoup discuté avec Kevin et il a vécu le même processus que moi il y a deux ans, alors je me suis beaucoup fié à ce qu'il m'a dit. Je crois qu'il a eu une forte influence sur moi. Un autre que je connais bien, c'est (l'attaquant des Rangers) Chris Kreider, qui est originaire du Massachusetts. Chris Drury est quelqu'un qui m'a vraiment impressionné durant la réunion avec les Rangers. J'ai beaucoup de respect à son endroit en raison de ce qu'il a accompli au fil de sa carrière.

« Il y avait certainement des liens avec la Nouvelle-Angleterre et mon patelin d'origine, mais je crois que c'était un facteur parmi plusieurs dans ma prise de décision. »

Étant donné que Vesey n'allait jamais obtenir mieux que les termes prévus par la convention collective pour un premier contrat professionnel (durée de deux ans pour les joueurs de son âge, salaire de base de 925 000 $ plus les bonis), il allait faire son choix en fonction des chances qu'on lui donnerait de jouer dans l'immédiat. Il semble que les Rangers sont prêts à lui donner cette opportunité, mais Vesey réalise que rien ne lui sera présenté tout cuit dans le bec quand le camp d'entraînement commencera le mois prochain.

Les Rangers amorceront leur saison le 13 octobre contre les Islanders de New York au Madison Square Garden.

« Évidemment, il n'y a aucune garantie dans le sport, mais je trouve que New York est un endroit où je peux me faire une niche tout de suite, en espérant rester dans la LNH, a dit Vesey. C'est sûr que rien ne me sera donné. Je vais devoir faire le travail et bien faire sur la glace. Mais New York était un endroit où je pouvais me faire une place tout de suite et me retrouver au sein de la formation dès le match d'ouverture. »

 

En voir plus