Skip to main content

J-F Bérubé contribue à la poussée des Islanders

Le gardien recrue profite au maximum de l'occasion qu'on lui donne de jouer

par Brian Compton @BComptonNHL / Adjoint au directeur de la rédaction à NHL.com

NEW YORK -- Jean-François Bérubé a fait ses débuts dans la LNH avec les Islanders de New York au cours de la première fin de semaine de la saison. Son match suivant n'est survenu qu'en février.
Les Islanders ont réclamé Bérubé au ballottage des Kings de Los Angeles le 6 octobre afin qu'il soit le réserviste de Thomas Greiss en attendant que le gardien no 1 Jaroslav Halak se remette de la blessure au haut du corps qu'il a subie durant le camp d'entraînement.

Son premier test est survenu quatre jours plus tard contre les champions en titre de la Coupe Stanley, les Blackhawks de Chicago. Bérubé a réalisé 30 arrêts dans un revers de 4-1 au United Center. Halak a disputé son premier match de la saison une semaine plus tard, et Bérubé n'a eu d'autre choix que d'attendre la prochaine opportunité de montrer ce qu'il peut faire.
Il s'agissait d'un revirement de situation dramatique par rapport à ce qu'il avait vécu au printemps, quand Bérubé avait mené les Monarchs de Manchester à la conquête de la Coupe Calder, emblème du championnat de la Ligue américaine de hockey. Mais sachant que Bérubé allait devoir passer par le ballottage pour retourner à Bridgeport dans la LAH cette saison, le directeur général des Islanders Garth Snow a choisi de garder Bérubé, un Québécois natif de Repentigny et âgé de 24 ans, au sein de sa formation principale en tant que gardien no 3 au lieu de risquer qu'une autre équipe le réclame.
« Ça fait partie du sport », a déclaré Bérubé, mercredi, après avoir réalisé 22 arrêts pour aider les Islanders à mettre fin à une séquence de quatre défaites au moyen d'une victoire de 3-1 contre les Sénateurs d'Ottawa au Barclays Center. « Je cherche juste à travailler fort, à faire ce que je peux avec ce que j'ai, à bien travailler pendant les entraînements et à être toujours prêt. Évidemment, je sais qu'on a deux très bons gardiens ici, mais étant donné que Jaro est blessé, c'est une bonne opportunité pour moi de disputer des matchs. J'essaie d'apprendre le plus possible, d'apprendre ce qu'est le métier de gardien de but dans la LNH. »
Bérubé est allé à Bridgeport à des fins de remise en forme durant la pause du Match des étoiles de la LNH en janvier et il l'a emporté à chacun de ses quatre départs, cédant alors quatre buts au total. Il est retourné à New York et a réussi 40 arrêts à son premier match après la pause, aidant les Islanders à l'emporter 5-3 contre le Wild du Minnesota le 2 février. Il a ainsi signé sa première victoire dans la LNH.
Mais par la suite, avec Halak et Greiss en santé, il a une nouvelle fois dû se contenter d'affronter des tirs dans les séances d'entraînement seulement.
Mais Bérubé savait qu'il aurait droit à d'autres départs lorsque les Islanders ont officiellement annoncé que Halak allait devoir s'absenter pour une période de six semaines après avoir subi une blessure au bas du corps dans les derniers moments d'un match que les Islanders ont remporté 2-1 contre les Penguins de Pittsburgh, le 8 mars. Il a obtenu son troisième départ dans la LNH une semaine plus tard, lors d'un autre affrontement contre les Penguins mais au Consol Energy Center cette fois, et il a été brillant à l'occasion d'une prestation de 33 arrêts. Les Islanders se sont inclinés 2-1 en fusillade.
L'entraîneur des Islanders Jack Capuano a reconnu qu'il a songé à revenir avec Bérubé deux soirs plus tard lors du duel contre les Predators de Nashville, mais il a fini par confier le filet à Greiss.
« Il s'agit de créer une saine compétition, a indiqué Capuano. Et ce, que ce soit devant le filet, à la ligne bleue ou à l'attaque. Il joue bien. Nous avons confiance en nos deux gardiens, alors que nous savons que celui qui aura droit au départ nous aidera à accomplir le boulot. Nous aurons d'autres séries de deux matchs en deux soirs. Nous avons beaucoup voyagé. »
Le voyagement est peut-être un des facteurs qui a contribué à la récente léthargie à l'attaque des Islanders. Avant le match de mercredi, la formation new-yorkaise avait affiché un dossier de 1-4-2 à ses sept matchs précédents, avec une production de 11 buts durant cette séquence. L'équipe avait besoin que quelque chose - ou quelqu'un - vienne renverser cette tendance.
Capuano y est allé avec son intuition, donnant le filet à Bérubé en vue du match de mercredi contre les Sénateurs, et ç'a porté ses fruits. Alors que le score était de 0-0 en première période, Bérubé a réussi un arrêt étincelant aux dépens de l'attaquant d'Ottawa Mark Stone, plongeant devant son filet pour gober du gant ce qui semblait destiné à être un but facile. L'attaque des Islanders s'est ensuite éveillée en deuxième période et Bérubé a décroché sa deuxième victoire en carrière dans la LNH.

Video: OTT@NYI: Bérubé vole un but au Sénateurs
« Pour être honnête, je pense que le tir allait rater la cible, a affirmé Bérubé. Mais je suivais la rondelle du mieux que je pouvais. Je l'ai vue se diriger vers moi et j'ai posé un geste de désespoir. »
L'arrêt a permis de garder le score vierge jusqu'à ce que les Islanders trouvent leurs repères.
« Ç'aurait pu être le point tournant du match. Il faut que ton gardien réalise les arrêts importants, a souligné Capuano. Il avait l'air confiant ce soir. Il s'est battu, il a bataillé pour son espace de jeu. J'ai trouvé qu'il a bien géré la rondelle. Chaque fois que tu profites d'un arrêt aussi solide que celui-là, ça motive les gars et ça leur lance le message que le gars entre les deux poteaux est venu pour jouer ce soir, et qu'il faut batailler pour lui. »
Après l'avoir vu attendre aussi longtemps, les coéquipiers de Bérubé savent qu'ils doivent l'aider à profiter au maximum de l'opportunité qu'on lui offre présentement.
« Le dernier match [contre Pittsburgh], j'ai trouvé qu'il a été formidable là aussi, a fait remarquer le défenseur Travis Hamonic. Ce soir, il a réussi de très beaux arrêts. Je ne suis pas un gardien de but, mais le fait d'attendre aussi longtemps que ton tour vienne, ça doit être frustrant, mais il faut aussi être prêt à bien faire quand on fait appel à toi afin de montrer à tout le monde que tu peux faire le travail. J'ai trouvé qu'il a très bien joué. C'est la situation dans laquelle nous nous trouvons en ce moment. Je crois que nous avons confiance en tout le monde à l'heure actuelle. Il s'est amené et il a été vraiment alerte. »

Video: OTT@NYI: Bérubé dit non à Ryan avec la jambière
C'est à l'image des prestations qu'il a données le printemps dernier, quand Bérubé a affiché un dossier de 13-3 avec une moyenne de buts alloués par match de 2,30 en séries éliminatoires de la LAH. C'était là le genre de pression dont Bérubé raffole. Un an plus tard, il tente d'aider les Islanders à assurer leur place en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.
« C'est sûr qu'il y a beaucoup de pression quand tu disputes la Coupe Calder, a noté Bérubé. C'était la première fois que j'allais aussi loin dans les séries. Évidemment, je sais comment composer avec ce genre de pression. Pour être honnête, c'est ce qui me permet d'élever mon niveau de jeu et c'est dans ce contexte-là que je me sens le plus à l'aise. J'aime avoir des papillons dans l'estomac, c'est dans ces moments-là que j'ai l'impression que je peux livrer mes meilleures performances.
« Je sais ce que je suis capable de faire. J'ai beaucoup confiance en mes habiletés. Je suis quelqu'un qui est confiant. C'est un effort d'équipe. »

En voir plus