Skip to main content

Jaromir Jagr a déjà connu de meilleures soirées

L'attaquant de 45 ans a joué durant 13:38 à son premier match dans la LNH en six mois

par Lisa Dillman @reallisa / Journaliste NHL.com

LOS ANGELES - La première étape n'a pas été facile pour l'ailier droit des Flames de Calgary, Jaromir Jagr, à son premier véritable match de hockey en six mois.

Sa nouvelle équipe l'a emporté en prolongation, ayant raison des Kings de Los Angeles 4-3 au Staples Center mercredi. Il s'agissait du 1712e match de Jagr dans la LNH, au quatrième rang dans l'histoire. Ses 765 buts dans la LNH le classent au troisième échelon derrière Wayne Gretzky (894) et Gordie Howe (801).

Jagr, qui a paraphé une entente d'un an et un million $ le 4 octobre, a joué durant 13:38, dont 2:23 en avantage numérique. Il n'a décoché aucun tir au but et a conclu la rencontre avec un différentiel de moins-1.

Il était fatigué et morne après la rencontre.

« Je ne me sentais pas très bien, a dit Jagr. Mais je m'attendais à ça. Je suis content que ce soit derrière moi et que je me sente mieux lors du prochain match. »

Il y a quand même eu du positif, notamment quelques bonnes présences en première période en compagnie de Kris Versteeg et de Sam Bennett sur le troisième trio.

« Il y a quelques présences où nous avons été en mesure de jouer en fond de territoire, a expliqué Jagr. C'est de cette manière que nous devrions jouer. Lorsque mes jambes reviendront, ce sera un peu différent. »

Jagr n'a pas manqué de se lancer une ou deux flèches.

« Je n'ai pas joué en cinq, six mois, a-t-il dit. Et j'ai 45 ans. »

Quelqu'un lui a fait remarquer que sa couleur était désormais le rouge puisqu'il s'aligne avec les Flames.

« Mon visage est rouge, oui», a-t-il lancé en riant.

Il avait disputé son dernier match dans la LNH le 9 avril 2017 avec les Panthers de la Floride. Il devait s'attendre à devoir chasser la rouille. Même un joueur de 35 ans éprouverait des difficultés après une absence de six mois, sans camp d'entraînement et après avoir patiné avec ses nouveaux coéquipiers pendant moins d'une semaine.

« Je pense qu'il a joué pendant environ 13 minutes, a expliqué l'entraîneur-chef Glen Gulutzan. C'est la prochaine étape dans le processus sans camp d'entraînement. Nous n'avions pas pu simuler ce qu'il a obtenu ce soir en 13 minutes.

« Nous visions 10 ou 12, donc il en a eu un peu plus. Nous allons y aller graduellement. Il va retrouver ses repères. »

L'attaquant Michael Frolik, qui est originaire de Kladno en République tchèque tout comme Jagr, a indiqué qu'il observe son compatriote attentivement depuis qu'il s'est joint aux Flames.

« Évidemment, c'est intéressant, a déclaré Frolik, qui a amassé un but et une aide contre les Kings. C'est tellement une légende, et comme il vient de la même ville c'était mon idole en grandissant. C'est assez excitant d'être avec lui dans le même vestiaire et sur la patinoire. »

Le directeur général Brad Trelieving a ajouté que Jagr s'était rapidement intégré au groupe.

« C'est Jaromir Jagr, a simplement dit Treliving. La moitié des gars n'étaient pas nés quand il a commencé à jouer. Quand il est arrivé ici, il est rapidement devenu l'un des gars et il a fait ses choses.

« Ensuite, ils le voient sur la patinoire et disent: ''Ce gars peut nous aider".»

En voir plus