Skip to main content

Jaret Anderson-Dolan veut avoir un impact sur la communauté LGBT

Élevé par deux mères, l'espoir des Chiefs de Spokane a développé une grande maturité à un jeune âge

par Mike G. Morreale @mikemorrealenhl / Journaliste NHL.com

Jaret Anderson-Dolan est l'un des joueurs les plus compétitifs que l'on peut trouver dans la cuvée admissible au repêchage de 2017.

Il est aussi un leader aguerri, un coéquipier attentionné chez les Chiefs de Spokane et il est très clair sur les choses qui sont importantes pour lui: la famille et le hockey. Ce sont des traits de caractère qu'il a acquis à un très jeune âge grâce à deux personnes très importantes.

Anderson-Dolan et son frère Dorian ont été élevés par deux mères, Fran et Nancy. Fran est la mère biologique de Jaret et Nancy, celle de Dorian.

Il est fier de son éducation et honoré à la fois d'être un porte-étendard de la lutte contre l'homophobie dans les sports.

« Je ne connais rien d'autre, donc pour moi c'est normal, a dit Anderson-Dolan. Quelques fois durant les matchs ou à l'école, les gens m'ont passé des commentaires, mais comme j'ai dit, je n'ai pas honte de ça. Je crois que c'est très important que j'essaie d'avoir un impact dans la communauté et sur la patinoire, et je ne suis pas gêné de le faire. »

James Gilholme, le père d'Eric, l'un des meilleurs amis de Jaret depuis l'âge de cinq ans, a été témoin de certains de ces épisodes sur la patinoire.

« On ne pouvait pas le deviner avec Jaret parce qu'il restait tellement calme, a expliqué Gilholme. J'ai vu quelques incidents, et il ne s'est jamais laissé emporter; il les ignorait. Il n'a jamais laissé ces commentaires stupides envers sa famille affecter son jeu.

« Il a clairement développé cette force intérieure à un jeune âge. Il s'est toujours élevé au-dessus de ça et je dirais que ça l'a motivé à atteindre le plus haut niveau. »

Lors d'un match à domicile des Chiefs, le 26 février, Jaret a décidé de soutenir la campagne « Le Hockey est pour tout le monde » de la LNH en apposant du ruban aux couleurs de l'arc-en-ciel sur son bâton. 

« Le soutien que j'ai reçu ce soir-là était incroyable, a raconté Anderson-Dolan. Tous mes coéquipiers ont participé. Ça signifiait beaucoup pour mes mères et pour moi de savoir qu'ils étaient tous derrière moi. »

Ce n'est pas pour rien que Gilholme voit Anderson-Dolan comme un futur porte-parole de la communauté LGBT.

« Il croit tellement en ça en raison de l'éducation qu'il a reçue de Nancy et Fran et il ne le perdra jamais de vue, a-t-il expliqué. Je pense que la société dans laquelle nous vivons maintenant comparativement à celle d'il y a cinq ou dix ans aidera aussi Jaret à continuer d'être un défenseur de la cause à l'avenir. »

Sur la patinoire, Anderson-Dolan (5 pieds 11 pouces, 188 livres) devrait être sélectionné au premier ou au deuxième tour lors du repêchage qui aura lieu au United Center de Chicago, les 23 et 24 juin.

Jaret, qui a commencé à patiner alors qu'il n'avait que 18 mois, a récolté 76 points (39 buts, 37 aides), un sommet personnel, en 72 matchs cette saison dans la Ligue de l'Ouest. Le gaucher a mené les Chiefs avec 14 buts en avantage numérique et a enregistré six buts gagnants.

Il est répertorié au 21e rang sur la liste des meilleurs patineurs nord-américains du Bureau central de dépistage de la LNH, faisant un saut de 19 positions par rapport à la liste de mi-saison publiée en janvier. En plus de ses mères et de son frère, Gilholme et son fils seront également à Chicago pour soutenir Jaret. 

« C'est mon rêve de jouer dans la LNH depuis que je suis tout petit et le repêchage est la première étape vers ce rêve, a expliqué Anderson-Dolan. Le vrai travail commence après le repêchage, mais ce sont des moments excitants en ce moment. Ma famille a fait beaucoup de travail en coulisses, elle ne reçoit pas beaucoup de crédit pour ça, mais je suis très reconnaissant. 

« Mon but est d'être repêché en première ronde, mais si je suis choisi plus tard, ce sera un honneur d'être simplement repêché. »

L'oncle de Jaret, Thomas Dolan, sera également dans les gradins du United Center pour cette journée importante. Le modèle masculin du jeune hockeyeur est un coach de vie à Honolulu, à Hawaï, et il garde un contact étroit avec son neveu.

« Il est probablement ce que j'ai eu qui ressemblait le plus à une figure paternelle en grandissant et il est tellement important pour moi, a indiqué Anderson-Dolan. Le fait d'être avec lui et de voir la manière dont il traite les gens m'impressionne. »

Le jeune de 17 ans a d'ailleurs de la facilité à identifier les valeurs que lui ont inculquées ses parents.

« Fran a de grandes habiletés de leader, a-t-il dit. Quand elle jouait au hockey, elle était capitaine de son équipe. Nancy, elle, est très claire par rapport à ce qu'elle veut dans la vie. C'est important parce que les gens vont vous traiter de la même manière que vous les traitez. »

Fran était capitaine des Canadiens de Calgary dans la Ligue de hockey féminine du sud de l'Alberta et elle a gagné le championnat provincial en plus du titre de l'Ouest canadien en 2008.

« Nancy est plus philosophe; elle aime faire des randonnées et a une superbe vision de la vie, a expliqué Gilholme. Fran est plus intense et quelqu'un que je caractériserais comme une leader vocale; Jaret est un leader plus silencieux et aime montrer l'exemple. Je pense que certaines des qualités de leader de Jaret proviennent aussi de Nancy et de sa vision de la vie.

« Fran et Nancy ont fait tellement de sacrifices pour leurs deux fils. »

En voir plus