Skip to main content

Marcotte : Jake Evans a mérité sa promotion

L'attaquant devient l'un des rares joueurs à passer une saison complète avec le Rocket avant de faire le saut dans la LNH

par Anthony Marcotte @anthonymarcotte / Chroniqueur LNH.com

Chaque semaine, notre chroniqueur Anthony Marcotte revient sur la dernière semaine du Rocket de Laval, ainsi que sur l'actualité de la Ligue américaine de hockey (LAH). Comme il suit le club-école des Canadiens de Montréal sur une base quotidienne, il permettra aux partisans de suivre assidûment ce qui se passe dans l'antichambre de la meilleure ligue de hockey au monde, ainsi que la progression des nombreux Québécois qui évoluent dans cette ligue.

C'est maintenant officiel, Jake Evans est désormais un membre à part entière des Canadiens de Montréal. Les récents mouvements de personnel de Marc Bergevin ont permis au meilleur marqueur du Rocket de Laval d'obtenir une promotion à temps plein dans le but de compléter la saison. Et c'est pleinement mérité.

À LIRE AUSSI : L'approche conservatrice de Marc BergevinUne partie de Kovalchuk restera à Montréal

Le jeune homme de 23 ans a montré une étonnante maturité à sa deuxième saison chez les professionnels. Il a su faire oublier un très lent départ, où il n'a pas marqué de but avant le 16 novembre, avant d'exploser. À ses 34 derniers matchs à Laval, le Torontois a inscrit 33 points, dont 14 buts.

Le plus impressionnant dans le cas d'Evans a été sa capacité d'adaptation à l'aile droite, une position qu'il n'avait jamais connue chez les professionnels. Le 5 février, Joël Bouchard l'a placé à droite de Jesperi Kotkaniemi et Charles Hudon et la magie a opéré. Après une performance de trois points, Evans était rappelé le lendemain où il allait connaître une excellente audition de six matchs à Montréal. Claude Julien a manifestement aimé ce qu'il a vu et a retenu son nom. 

Dès que Nate Thompson a mis le cap sur Philadelphie lundi, la promotion d'Evans n'était plus qu'une formalité. D'autant plus qu'il avait repris exactement là où il avait laissé avant son rappel à Montréal avec quatre points en trois matchs et une implication défensive de tous les instants. Kotkaniemi n'a d'ailleurs pas tardé à constater à quel point la maturité de son coéquipier lui permettait de se démarquer des autres.

« Je pense que c'est tout un joueur de hockey, ne s'est pas gêné pour dire le Finlandais cette semaine. J'ai regardé tous ses matchs avec les Canadiens et je pense qu'il a fait un excellent travail là-bas. C'est un gars utile sur 200 pieds, il est capable de tout faire sur la glace. C'est un bon patineur qui montre du caractère. Je pense qu'il sera un joueur clé pour cette équipe pendant plusieurs années. »

Evans devient donc le premier « projet » venu à terme après un an et demi de développement avec le Rocket au contact de Joël Bouchard. Il y a bien eu Cale Fleury au début de la saison, mais le jeune homme avait encore besoin d'un peu de temps pour parfaire son apprentissage au niveau inférieur. L'entraîneur du Rocket, bien que dépouillé d'un de ses meilleurs éléments offensifs, ne compte pas changer de philosophie.

« Je le dis depuis le début, mon but c'est de former des joueurs pour la Ligue nationale », avait laissé entendre Bouchard au retour d'Evans à Laval mercredi dernier. « Jake a eu l'ouverture d'esprit d'accepter de transformer son jeu avec nous. Quand il est arrivé l'an dernier, c'était un joueur complètement différent. Dans le cas de Jake, dans le cas de (Alex) Belzile, ou même de (Lukas) Vejdemo, ce sont des gars qui ont eu la maturité de faire leur propre évaluation sur les aspects qu'ils devaient améliorer pour se démarquer des autres. »

Video: ARI@MTL : Evans compte son 1er en carrière

Aussi incroyable que ça puisse paraître, avant la promotion d'Evans, aucun patineur dans la formation actuelle du Tricolore n'avait eu à parfaire son apprentissage pendant une saison complète dans la Ligue américaine au sein de l'organisation. Le gardien Charlie Lindgren est la seule exception à la règle.

Evans aura donc la chance de disputer les 18 derniers matchs de la saison des Canadiens dans le but de cimenter sa place en vue de la saison prochaine. Si jamais le Rocket est en mesure de se qualifier pour les séries, il sera admissible à arriver en renfort. 

***

Le Rocket devra donc tenter sans son meilleur marqueur de maintenir le rythme effréné dans sa section. Malgré une excellente récolte de cinq points sur six à domicile cette semaine, les Lavallois se retrouvent à trois points d'une première qualification en séries avec deux équipes à dépasser. Les Marlies de Toronto, qui se retrouvent un seul point derrière Laval, ont également trois matchs de plus à disputer.

Encore une fois, l'entraîneur du Rocket n'a pas l'intention de déroger de son plan. Les jeunes joueurs de son équipe auront toutes les chances de s'épanouir dans les rôles les plus importants. C'est la raison pour laquelle il a été embauché pour diriger le club-école. 

« Le but que j'ai ici dans la Ligue américaine, c'est de permettre à nos jeunes de vivre une course aux séries et d'être prêts à jouer quand on y sera, a déclaré Bouchard. Les gars n'ont pas de mauvaises intentions. Quand on fait de la vidéo, on leur montre des séquences qu'ils peuvent se permettre de faire à ce niveau. Mais quand tu arrives à Chicago par exemple, dans les séries, tu es dans le trouble. » 

Malgré une formation décimée par les blessures, notamment à la ligne bleue, le Rocket avait bien besoin de cette bonne récolte cette semaine. L'équipe va d'ailleurs disputer ses cinq prochaines rencontres sur les patinoires adverses avec des arrêts à Belleville, Rochester, Utica et Cleveland (à deux reprises) la semaine prochaine. 

La Ligue américaine a aussi sa date limite des transactions qui aura lieu lundi prochain, le 2 mars. À noter que seuls les joueurs sous contrat de la LAH seront admissibles à changer d'adresse. Dans la section Nord du Rocket, le portrait semble très ouvert alors que seuls les Sénateurs de Belleville et les Devils de Binghamton ont présenté des intentions claires de s'améliorer pour la dernière ligne droite de la saison. Si Rochester et Utica ont préféré le statu quo, le Rocket, le Crunch, les Marlies et les Monsters ont tous perdu des plumes. Les quatre premières formations de chaque section vont se qualifier pour les séries.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.