Skip to main content

Jake Allen effectue un retour sensationnel avec les Blues

Le gardien a relancé sa saison après avoir obtenu du temps pour s'éclaircir l'esprit

par Arpon Basu @ArponBasu / Directeur de la rédaction LNH.com

ST. LOUIS - Les histoires de retour sont assez courantes dans la LNH. Mais nous n'en voyons pas souvent qui ressemblent à celle-ci.

Il n'y a pas beaucoup de ces histoires où on retrouve un joueur, un gardien par-dessus le marché, qui se fait accorder l'équivalent d'un congé par son équipe afin qu'il puisse retrouver son jeu et ses esprits, et que ce joueur parvient à revenir et devenir l'un des meilleurs joueurs de la LNH à partir de ce moment.

Non, car ce que le gardien des Blues de St. Louis Jake Allen est en train de réaliser est rare. Ce pourrait être sans précédent.

Il a poursuivi son parcours incroyable vendredi, se dressant devant son filet avant d'ultimement préserver la victoire cruciale des Blues par la marque de 3-2 dans le match no 2 de leur série de deuxième ronde de l'Association de l'Ouest contre les Predators de Nashville, ce qui crée l'égalité 1-1 dans la série, qui se transporte vers Nashville pour le match no 3 dimanche (15 h (HE); TVA Sports, NBC, CBC).

Allen avait accepté le blâme pour la défaite des Blues dans le match no 1 puisqu'il avait raté son harponnage aux dépens de l'attaquant des Predators Vernon Fiddler, ce qui lui avait permis de pousser la rondelle entre ses jambes pour inscrire le but gagnant avec 5:05 à écouler au troisième tiers, ce qui venait effacer la remontée de deux buts de ses coéquipiers en troisième période.

« Les gars se sont bien battus pour revenir, a affirmé Allen après le match no 1. Une petite erreur de ma part nous a coûté la victoire. »

Dans la troisième période du deuxième match, Allen a stoppé 14 des 15 tirs des Predators, et aucun de ses arrêts n'a été aussi important ou impressionnant que celui réussi sur le tir sur réception de James Neal depuis l'enclave avec un peu plus de 30 secondes à écouler pour préserver la victoire des Blues.

Video: NSH@STL, #2: Allen prive Neal du but égalisateur

« Je crois avoir très bien joué au cours du dernier match à l'exception de ce dernier but, a expliqué Allen. J'ai vraiment bien fait, et j'ai le sentiment d'avoir fait du bon travail tout au long des séries. J'ai fait une petite erreur, et je voulais me racheter auprès de mes coéquipiers.

« Si vous ne pouvez oublier ce genre de but, vous êtes dans le pétrin. Ce n'est qu'un but. J'ai accordé plusieurs [mauvais] buts dans ma vie. »

C'est vrai, et ces mauvais buts semblaient en voie de faire dérailler la saison d'Allen, voire même sa carrière, il y a trois mois.

Les 10, 12 et 19 janvier, Allen a été retiré du match dans trois départs de suite. Il avait accordé 10 buts sur 36 tirs, et les Blues ont pris des mesures extraordinaires en demandant à Allen de demeurer chez lui plutôt que d'accompagner l'équipe pour un voyage d'un match à Winnipeg afin de lui donner la chance de faire le ménage dans sa tête et de travailler sur son jeu.

Les spéculations allaient bon train dans la LNH voulant qu'Allen n'allait jamais redevenir le même gardien, qu'il s'agissait d'un point tournant pour lui et qu'il n'allait jamais s'en remettre. Son départ suivant a eu lieu le 31 janvier, et les choses ne s'étaient guère améliorées. Il a cédé quatre fois sur 23 tirs dans un revers de 5-3 contre les Jets de Winnipeg.

Cette défaite allait s'avérer cruciale pour Allen et les Blues.

L'entraîneur Ken Hitchcock et l'entraîneur des gardiens Jim Corsi ont été congédiés le lendemain, et ils ont été remplacés respectivement par Mike Yeo et Martin Brodeur.

À partir de ce moment, Allen a conservé un dossier de 16-7-2 avec un pourcentage d'arrêts de ,938 et une moyenne de buts alloués de 1,85, et il présente un pourcentage d'arrêts de ,941 avec une moyenne de buts alloués de 1,89 à ses sept premiers matchs des séries éliminatoires de la Coupe Stanley ce printemps.

Il est, pour le dire simplement, l'un des meilleurs joueurs au monde en ce moment.

« Je crois qu'à partir du moment où [Yeo] est arrivé et que nous avons quelque peu changé notre système défensif, que Marty a en quelque sorte pris la relève et qu'il a commencé à communiquer avec [Allen] et [l'auxiliaire Carter Hutton], et lorsqu'il a trouvé sa zone de confort et retrouvé sa confiance, il n'a pas regardé en arrière, a analysé le centre Paul Stastny. Il semble beaucoup plus en contrôle. Il est un gardien athlétique, mais il est maintenant athlétique seulement lorsqu'il a besoin de l'être. Il lui arrivait auparavant d'être un peu trop agressif, alors qu'il se contente maintenant de faire le premier arrêt avant de se fier à nous pour le retour. »

Yeo était adjoint à Hitchcock avant de prendre la relève comme entraîneur, et il a donc vu de près ce qu'a traversé Allen, à quel point il était difficile de connaître autant de difficultés, et il a également vu à quel point Allen travaillait fort pour s'en sortir, mais rien ne fonctionnait.

Personne ne voudrait traverser une période comme celle-là. 

Mais les Blues profitent maintenant de l'expérience d'Allen puisque, d'une certaine manière, ce qui s'est produit dans le match no 1 et la manière dont Allen a rebondi dans le match no 2 représentait un microcosme de sa saison, et peut-être qu'il n'aurait pas pu se relever s'il n'avait pas connu les difficultés qu'il a traversées en janvier.

« Lorsque nous traversions cette séquence, il s'attribuait une bonne partie du blâme, probablement la majorité du blâme, alors que nous faisions tous partie du problème, a mentionné Yeo. Mais il a pris cela sur ses épaules, de la même manière qu'il l'a fait après le dernier match, et selon moi, c'est ce que les gagnants font. 

« Je crois qu'il s'agissait d'une étape important de sa progression en tant que gardien partant, et d'une importante raison qui explique pourquoi il joue à un niveau si élevé en ce moment, et qu'il peut rebondir après un match comme le match no 1. »

Allen est de retour, mais cette histoire de retour n'est pas encore prête à être écrite. Du moins, pas s'il a son mot à dire.

Il aimerait mieux qu'elle se termine en juin avec une Coupe Stanley au-dessus de sa tête.

En voir plus