Skip to main content

Il n'y a pas que l'argent pour Steven Stamkos

L'important pour lui est de faire partie d'une équipe qui a le potentiel de gagner un championnat

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

L'argent ne fait pas tout le bonheur pour Steven Stamkos. Après avoir décortiqué toutes les possibilités qui s'offraient à lui jusqu'au dernier moment ou presque, l'attaquant vedette a finalement préféré accepter moins d'argent afin de demeurer chez le Lightning de Tampa Bay.

« Une décision de cette importance nécessite une longue réflexion, a déclaré Stamkos au cours d'un appel-conférence, jeudi. J'ai tenu à colliger le plus d'informations possibles et à sonder des gens de confiance avant de prendre une décision. Au bout du compte, vous devez être heureux du choix que vous faites. Je le suis. C'est la meilleure décision que je pouvais prendre sur le plan personnel et ma famille. »

À quelques heures mercredi d'obtenir le statut de joueur autonome sans compensation, Stamkos a accepté un contrat de 68 millions $ pour huit ans, soit à un salaire annuel comptabilisé sur la masse salariale de l'équipe de 8,5 millions $.

« J'étais sincère cette saison quand j'affirmais que mon désir était de demeurer chez le Lightning. Je veux gagner un championnat et je juge que nous ne sommes pas loin d'y arriver. Le potentiel est là. Je veux poursuivre le travail amorcé avec le solide noyau de joueurs qu'il y a ici. »

Affirmant n'avoir aucun regret d'être allé jusqu'au bout du processus, le hockeyeur natif de Markham, en Ontario, a admis qu'il referait les choses différemment s'il avait su qu'il resterait.

« J'ai suivi la voie de mon cœur et de la loyauté à l'endroit de l'organisation qui m'a repêché et qui a fait de moi le joueur et la personne que je suis. Il y a des moments dans la vie, peu importe sur le plan professionnel ou personnel, où vous laissez votre esprit s'évader. Dans mon for intérieur, je savais que je voulais rester à Tampa. »

Rester quitte à accepter un salaire moins élevé que s'il avait accepté de partir sous d'autres cieux.

« Des joueurs dans ma position tentent d'obtenir le plus d'argent possible. J'ai peut-être laissé de l'argent sur la table. Ce n'est pas le plus important à mes yeux. Pour moi, l'important c'est de faire partie d'une organisation dans laquelle je suis à l'aise et qui me fournit la meilleure chance de gagner. Ç'a été une décision très difficile. Je ne peux pas vous dire que la dernière semaine a été une partie de plaisir. Ç'a été stressant. Pendant tout le processus, il n'y a pas une journée au cours de laquelle le Lightning a été complètement écartée de l'équation. Il y a toutefois eu des journées où je n'étais plus sûr de revenir. Je suis heureux que ça soit terminé et très heureux de ma décision. J'ai hâte de continuer de connaître du succès avec le Lightning. »

Le capitaine de l'équipe, qui a été le premier choix au total de la séance de repêchage 2008 de la LNH, a dit qu'en acceptant moins d'argent il n'a pas voulu envoyer un message à ses coéquipiers qui seront éventuellement confrontés à un choix semblable.

« Ce n'était pas le but visé. Je respecterai les choix que feront mes coéquipiers, peu importe. Mais si la décision que j'ai prise peut inciter des gars à rester eux aussi, ce sera tant mieux pour l'équipe. Le plus important dans tout ça, c'est toujours d'être heureux. »

Il a assuré que ses relations avec l'entraîneur Jon Cooper sont au beau fixe, malgré les rumeurs de conflit qui circulent.

« Ces histoires ont pris des proportions démesurées. Tout ce que je peux dire, c'est que le lien de communication entre nous deux a toujours été ouvert. Vous ne pouvez pas tout le temps être d'accord avec tout le monde, que ce soit avec des coéquipiers, votre entraîneur ou des dirigeants. C'est comme ça. Dans le cas de ma relation avec Jon, on a amplifié l'affaire. Si je n'avais pas voulu rester à Tampa, j'aurais quitté. J'adore jouer ici depuis huit ans, ma famille est super bien traitée par l'organisation et l'équipe a le potentiel d'aspirer aux grands honneurs. »

Stamkos s'est gardé de dévoiler des détails entourant les discussions que son conseiller Don Meehan et lui ont eues avec d'autres équipes, incluant les Canadiens de Montréal, « par respect pour le processus ».

Surpris pour son pote P.K.

Il a tout de même commenté la transaction de P.K. Subban aux Predators de Nashville, en retour de Shea Weber.

« J'ai été surpris comme tout le monde que P.K. soit échangé. D'autant surpris en raison de l'identité de l'autre joueur impliqué. On parle de deux des meilleurs défenseurs de toute la Ligue nationale. Ça n'arrive pas souvent qu'il y ait une transaction à un joueur contre un joueur qui peut faire l'affaire des deux équipes en raison du calibre des deux joueurs. Autant que je sois heureux de ne plus avoir P.K. dans les pattes, ce sera tout autant difficile de se frotter à Shea Weber. La journée de mercredi a été passablement folle sur la scène du hockey. C'est comme ça à l'ère du plafond salarial. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.