Skip to main content

Hagelin a trouvé un foyer chez les Penguins

L'attaquant suédois pourrait conclure « une année folle » avec une conquête de la Coupe Stanley

par Bill Price @BillPriceNHL / Rédacteur en chef à NHL.com

PITTSBURGH - À sa cinquième saison dans la LNH, Carl Hagelin est déjà un vétéran des séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Quand l'attaquant des Penguins de Pittsburgh affrontera les Sharks de San Jose à l'occasion du match no 5 de la Finale de la Coupe Stanley au Consol Energy Center jeudi (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBC), il s'agira de son 96e match dans les séries éliminatoires depuis ses débuts avec les Rangers de New York en 2011-12. Ce sera le plus grand nombre de matchs éliminatoires disputés pendant cette période par un joueur de la LNH, un de plus que l'attaquant du Lightning de Tampa Bay Brian Boyle, un coéquipier de Hagelin chez les Rangers pendant trois saisons.

Au cours de ses quatre premières campagnes, Hagelin a joué en Finale de la Coupe Stanley une fois et en finale de l'Association de l'Est à trois reprises, mais il n'a jamais été aussi proche d'une victoire de la Coupe Stanley qu'il l'est présentement. Les Penguins mènent les Sharks 3-1 dans la série quatre de sept et pourront remporter la Coupe Stanley avec une autre victoire.

« C'est agréable pour l'instant », a dit Hagelin à la suite de la victoire de 3-1 des Penguins lors du match no 4 lundi. « Mais je n'y pense pas de cette façon. Nous sommes en avant 3-1 et nous sommes heureux. Et puis nous devons retourner chez nous et remporter le prochain match. »

La prochaine victoire a souvent été hors de la portée de Hagelin. Les Rangers ont atteint la Finale en 2014, mais ils se sont inclinés en cinq matchs face aux Kings de Los Angeles. La saison dernière, les Rangers étaient à un gain d'une deuxième participation consécutive en Finale de la Coupe, mais ils ont perdu à domicile aux mains du Lightning de Tampa Bay dans le match no 7 de la finale de l'Association de l'Est.

Pour Hagelin, ce fut une fin de saison décevante, ainsi que la fin de son séjour chez les Rangers. Cela a amorcé ce que le Suédois a appelé « une année folle ».

Hagelin a été échangé aux Ducks d'Anaheim le 27 juin en retour de l'attaquant Emerson Etem, et il a signé un contrat de quatre ans avec Anaheim le 14 août.

Cependant, il a connu des difficultés à Anaheim, ayant amassé 12 points (quatre buts) et un différentiel de moins-10 en 43 rencontres, et les Ducks l'ont envoyé à Pittsburgh le 16 janvier en retour de l'attaquant David Perron et du défenseur Adam Clendening.

Les Penguins sont devenus sa troisième équipe en huit mois.

« C'était un petit choc, a admis Hagelin. J'y ai signé un contrat de quatre ans et je pensais que j'y allais demeurer pendant longtemps. Mais je suis venu dans une équipe remplie de bons gars et j'ai profité de l'expérience. »

Les Penguins aussi.

L'entraîneur Mike Sullivan, qui avait servi à titre d'entraîneur adjoint des Rangers pendant les deux premières saisons de Hagelin dans la LNH, a établi un système qui a permis à Hagelin d'utiliser sa vitesse. En 37 matchs de la saison régulière, il a marqué 10 buts, il a récolté 27 points et il a affiché un différentiel de plus-18. Il a également inscrit six buts gagnants pour Pittsburgh après n'en avoir marqué aucun chez les Ducks.

Avant la transaction, Pittsburgh présentait une fiche de 20-16-7 (pourcentage de points de ,546). Après la transaction, ils ont compilé une fiche de 28-10-1 (,731) pour terminer au deuxième rang dans la section Métropolitaine.

« Il est un élément clé de nos succès », a confié son coéquipier Patric Hornqvist.

Quand Hagelin s'est joint aux Penguins, il a évolué à l'aile gauche au sein d'un trio avec le joueur de centre Evgeni Malkin et l'ailier droit Phil Kessel. Quand Malkin s'est blessé le 11 mars, Nick Bonino a comblé le vide et le trio « HBK » est né. Au cours des 13 derniers matchs de la saison régulière, Kessel a amassé six buts et huit aides, Hagelin a réussi six buts et sept aides, et Bonino a apporté une contribution de quatre buts et huit aides.

« [Hagelin] apporte tant de vitesse à ce trio, a noté Hornqvist. Kessel et lui jouent très bien ensemble. Ils ont d'abord joué avec Malkin et puis Bonino est entré dans la scène et ils se sont encore améliorés. Il a vraiment été un facteur clé. »

Le trio HBK est nominalement le troisième trio des Penguins, mais il a joué un rôle primordial dans le long parcours de l'équipe en séries éliminatoires. En 22 matchs, Kessel mène Pittsburgh avec 10 buts et 21 points; Bonino mène le club avec 13 mentions d'aide. Hagelin a ajouté cinq filets et 10 aides, incluant trois passes en quatre matchs pendant la Finale.

Hagelin a trouvé un foyer à Pittsburgh et il semble qu'il sera là pour rester.

« Je suis un homme qui ne s'attarde pas sur le passé, a-t-il dit. Je tente juste de me concentrer sur l'avenir. Je suis très excité de jouer au sein d'une équipe tellement exceptionnelle. »

Une équipe qui n'est plus qu'à une victoire de la Coupe Stanley.

 

En voir plus