Skip to main content

Gretzky visite la Grande muraille de Chine

La Merveille fait la promotion du hockey auprès des Chinois, qui tentent d'améliorer leur programme de hockey mineur

par Dan Rosen @drosenlnh / Journaliste principal LNH.com

PÉKIN - Pour une rare fois, deux merveilles se sont retrouvées une face à l'autre.

De passage en Chine, Wayne Gretzky ne s'est peut-être pas rendu au sommet de la Grande muraille de Chine, mais il aura au moins vu de ses propres yeux l'une des sept merveilles du monde, mardi, lors d'une brève visite, puisqu'il devait attraper un vol vers Los Angeles.

« Mon père m'aurait tué si je ne l'avais pas vue », a raconté Gretzky, qui, à sa première visite en Chine, a passé les six derniers jours à faire la promotion du hockey chez les jeunes et tenir des entraînements.

« Mes gars [Trevor et Ty] m'ont dit hier soir que « si je n'allais pas voir la Grande muraille, j'allais être la seule personne qui s'est rendue en Chine et qui ne l'a pas vue. Je n'ai pas eu le choix. »

En posant le regard sur la section Mutianyu de la muraille, construite il y a 540 ans, Gretzky ne pouvait qu'être émerveillé par le travail des hommes qui ont bâti la gigantesque structure.

« La qualité de leur travail, c'est vraiment impressionnant. De réussir à accomplir un tel ouvrage à l'époque, c'est incroyable. »

C'est Trevor qui s'est occupé de donner quelques leçons à propos de la Grande muraille à son père alors que les deux étaient en route vers celle-ci.

« Il me racontait plein de choses, à quel point ça avait été difficile à construire, combien de gens étaient morts sur le chantier et que certains ont été enterrés dans la muraille. Je pense que ça fait partie de l'identité culturelle des Chinois. Ils sont très diligents, travaillants et amicaux. 

C'est d'ailleurs grâce à ces qualités que Gretzky croit que les Chinois tomberont en amour avec le hockey dans les prochaines décennies. La LNH pense la même chose, ce qui explique la présence d'équipes pour disputer des matchs préparatoires, mais aussi la tenue d'événements ainsi que des formations pour les entraîneurs et les joueurs afin de permettre à la Chine d'avoir les outils nécessaires pour enseigner et faire grandir le sport.

À LIRE : Les Flames découvrent la Grande muraille | L'art de négocier, selon les Bruins

La présence de Gretzky coïncidait, mais n'était pas faite en association, avec la tenue des Matchs de la LNH en Chine O.R.G., dont le dernier aura lieu mercredi au Cadillac Arena de Pékin entre les Bruins de Boston et les Flames de Calgary (7h30 H.E.; NBCSN, SN).

« C'était un voyage fascinant », a indiqué Gretzky.

Le périple de Gretzky afin de promouvoir le hockey s'est amorcé en août quand il s'est allié avec le HC Red Star Kunlun, la seule équipe de la Ligue continentale de hockey en Chine, afin de devenir l'ambassadeur de l'équipe et faire la promotion du hockey chez les jeunes.

Le Red Star, qui évolue à Pékin, ainsi que l'Association de hockey sur glace de Chine et le gouvernement chinois tentent de faire croitre le nombre de joueurs, mais aussi la qualité des programmes de hockey mineur, en vue des Jeux olympiques de Pékin en 2022.

Gretzky a donc tenu des séances d'entraînement lors des six derniers jours à Pékin, Shanghai et Shenzen. Il a enfilé les patins pour prendre des tirs et pratiquer des passes avec les enfants, en plus de prendre des photos et signer des autographes. 

« Tout d'abord, la Chine veut une équipe qui se tient pour les Jeux olympiques de 2022 puisqu'ils sont le pays hôte, a rappelé Gretzky. Mais Billy [Ngok], le propriétaire du Red Star, veut vraiment faire la promotion du hockey mineur. Il adore le hockey. Il m'a dit lundi que 4000 jeunes ont commencé à jouer au hockey lors des quatre dernières années. Ils essayent de mettre les bases pour assurer une croissance du sport. Évidemment, le gouvernement a un gros mot à dire sur ce qui se passe dans le pays et il adore le hockey et tente vraiment d'en faire la promotion. On tente de les aider et il en est reconnaissant. »

La Merveille dit avoir été impressionnée par les jeunes qui se sont retrouvés dans ses entraînements. À son avis, la naissance d'une culture hockey en Chine commence avec ces enfants.

« Ça va non seulement prendre la LNH, mais aussi des jeunes Chinois qui ont envie de faire grandir le sport. Ils sont un élément important pour connaître du succès. Ils doivent avoir du plaisir et c'est comme cela que le sport va grandir. »

L'aventure au pays du Soleil-Levant pour Gretzky a aussi inclus une visite à la Cité interdite, un match du Red Star contre le Dinamo Riga à Shanghai, ainsi qu'un dîner officiel au Palais de l'Assemblée du Peuple, où il a été accueilli par le président exécutif du Centre international de communication culturelle de Chine, Long Yuxiang. 

« C'était une expérience incroyable, a avoué Gretzky. C'était un endroit avec un cadre très officiel. Ils accueillent des dignitaires de partout dans le monde à cet endroit. C'est un peu comme leur parlement. J'étais un peu dépassé de me retrouver dans un tel endroit. »

« L'aventure chinoise de Gretzky s'est finalement terminée à la Grande muraille, la Merveille émerveillée par une des sept merveilles du monde. »

« C'est presque irréel, tout ce périple. »

Ce ne sera pas son dernier.

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.