Skip to main content

Gerard Gallant prêt à s'y mettre chez les Golden Knights

L'entraîneur adjoint d'Équipe Canada a hâte d'entreprendre la première saison de l'équipe d'expansion dans la LNH

par Brian Hedger / Correspondant LNH.com

COLOGNE, Allemagne -- Le sourire de Gerard Gallant est de retour, ainsi que son sifflet.

Ce n'est pas une coïncidence, car les deux aspects de sa vie sont liés. Le premier entraîneur dans l'histoire des Golden Knights de Vegas aime se trouver sur une patinoire, et il y est à nouveau, presque six mois après avoir été congédié par les Panthers de la Floride le 27 novembre.

Gallant est entraîneur de nouveau, et il ne peut pas être plus heureux.

Il sert à titre d'entraîneur avec le Canada au Championnat du monde de hockey 2017 de la FIHG avant de se rendre à Las Vegas, où se situe son équipe d'expansion. Les Golden Knights ont deux joueurs sous contrat, un tout nouveau T-Mobile Arena et des centres d'entraînement de premier plan.

C'est tout bon, mais tout ce que Gallant a vraiment souhaité à la suite de la décision des Panthers, c'était une autre chance derrière le banc.

« Les deux premières semaines ont été très éprouvantes, pour être franc », a confié Gallant, 53 ans, à LNH.com. « En effet, cela est demeuré éprouvant jusqu'à mon prochain emploi, parce que j'aimais la vie là-bas. Notre équipe passait dans la bonne direction et j'étais content. Quand j'ai été congédié, c'était un très dur coup.

La chose qui l'a frappé le plus, c'était la manière rapide dont tout s'est déroulé.

Gallant en était au 21e match de sa troisième saison avec la Floride, qui présentait une fiche de 11-10-1. Les Panthers viennent de connaître une saison où ils ont participé aux séries éliminatoires de la Coupe Stanley grâce au développement de leur noyau de jeunes joueurs.

Alors que Gallant partait dans un taxi la soirée de son congédiement, il tentait de comprendre ce qui venait de lui arriver.

« J'ai connu des succès avec cette équipe et cette organisation, et tout passait dans la bonne direction, a-t-il dit. Mais comme ils le disent... ça pourrait te déranger à cette époque, mais en y réfléchissant, je peux dire que cela a ouvert la porte à une autre opportunité. »

Cette « autre opportunité » s'est trouvée avec Vegas, qui avait besoin d'un entraîneur expérimenté qui voudrait s'impliquer dans la construction et le développement d'une toute nouvelle équipe.

Gallant a été le candidat parfait, et il a été nommé entraîneur-chef des Golden Knights le 13 avril.

Il a joué le rôle d'entraîneur dans les rangs juniors, travaillant avec de jeunes joueurs, et il a affiché une fiche de 152-140-31 (avec quatre matchs nuls) en six saisons avec les Blue Jackets de Columbus et les Panthers. Il y a également une longue liste de joueurs qui se sont développés sous Gallant au fil des années, et cette expérience devrait être d'une importance primordiale chez Vegas.

« Il est un incroyable entraîneur et j'ai aimé le temps que j'ai passé avec lui », a déclaré le défenseur des Panthers Michael Matheson, qui a rejoint Gallant au sein d'Équipe Canada lors du Championnat du monde. « Il inspire beaucoup de confiance dans ses joueurs. Il comprend que tu feras parfois des erreurs, mais ce n'est pas la fin du monde. Il te renverra sur la glace parce qu'il a toujours confiance en toi. »

Matheson, 23 ans, a vécu ce même scénario avec la Floride en 2016. Après avoir disputé trois matchs de saison régulière, il a été déployé par Gallant dans cinq des six matchs des Panthers dans leur défaite en première ronde dans l'Association de l'Est contre les Islanders de New York.

Il a conclu la série avec une mention d'aide en passant en moyenne 21:41 sur glace par match, ce qui s'est avéré un bon tremplin pour le jeune défenseur. Il a entamé sa saison recrue avec confiance et a récolté 17 points (sept buts) en 81 rencontres.

« Quand j'ai été rappelé en vue des séries, il m'a inséré dans l'alignement dans le match no 2, a dit Matheson. Ce n'était sûrement pas la décision la plus prudente, mais il l'a fait quand même parce qu'il avait confiance en moi. C'était une expérience tellement instructive qui m'a bien préparé pour cette saison-ci. »

Un autre joueur qui s'est épanoui sous la direction de Gallant en Floride était l'attaquant Nick Bjugstad, qui a évolué avec les États-Unis au Championnat du monde.

« Il est un de mes entraîneurs préférés, a avoué Bjugstad. Je crois que tout le monde l'aimait, des joueurs retranchés jusqu'aux vedettes de l'équipe. Tout le monde le respectait. Il a hérité d'une jeune équipe, et il n'a pas perdu beaucoup de temps en nous guidant vers la prochaine étape. Il n'y a aucune raison pour qu'il ne puisse pas faire pareil avec sa prochaine équipe. »

Vegas sera toutefois une situation différente.

Le directeur général des Golden Knights George McPhee doit construire une équipe à partir de zéro, se servant du repêchage d'expansion et du repêchage 2017 de la LNH en juin, ainsi que du marché des joueurs autonomes et des transactions.

Gallant, qui obtiendra une première chance d'observer la nouvelle acquisition des Golden Knights, l'attaquant Vadim Shipachyov, quand le Canada affrontera la Russie en demi-finale au Lanxess Arena samedi (21h15 H.E.), va offrir à McPhee ses opinions avant chaque repêchage et l'ouverture du marché des joueurs autonomes. Puis il se mettra à se concentrer sur son rôle d'entraîneur.

« Je crois que c'est un excellent choix pour Vegas », a déclaré l'entraîneur du Lightning de Tampa Bay et d'Équipe Canada, Jon Cooper. « J'ai fait la connaissance de Gerard pendant la [Coupe du monde de hockey 2016], et c'est une grande raison pour laquelle il est ici avec nous aujourd'hui. Il connaît très bien le hockey, les joueurs travaillent fort pour lui, et je pense qu'il fera un excellent travail à Vegas. »

Gallant a hâte de relever ce défi, mais il doit d'abord aider le Canada à remporter une troisième médaille d'or consécutive au Championnat du monde.

Dès qu'il arrivera à Las Vegas, il sera à la recherche de deux choses: une maison et des joueurs de hockey.

« Ce sera une période chargée à Vegas parce que je dois chercher un foyer et rassembler notre équipe, a dit Gallant. Tout se passera pendant une période de trois semaines. Tout se passera très vite. »

S'il y a quelqu'un qui y est prêt, c'est Gallant, qui sait très bien la soudaineté de la vie d'un entraîneur dans la LNH. Il pourrait y avoir un autre taxi qui l'attend à Vegas, mais cette fois-ci, Gallant saura où aller.

En voir plus