Skip to main content

Gallagher prend un malin plaisir à foutre le trouble

Le fougueux attaquant aime en découdre avec le capitaine des Rangers Ryan McDonagh

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

NEW YORK - Brendan Gallagher affiche son plus beau sourire, et ça rend les Rangers de New York de mauvaise humeur.

Le pugnace ailier droit des Canadiens de Montréal arbore ce sourire narquois d'adolescent scélérat qui donne juste le goût à ses rivaux de le maltraiter physiquement. Quand ils cèdent à la tentation, comme ç'a été le cas pour les Rangers dans le deuxième match de la série de premier tour entre les deux équipes de l'Association de l'Est, il leur sourit davantage!

« C'est tellement une petite peste qui prend un malin plaisir à foutre le trouble », a décrit son coéquipier Steve Ott, qui ne donne pas sa place en matière de « petite peste ». « Il joue avec tellement d'intensité, en plus d'être talentueux. Je discutais justement de lui avec mon père après le match, vendredi. Je lui disais combien ce petit bonhomme est un grand compétiteur, et que c'est le "fun" de l'avoir de son bord », a confié le vétéran attaquant à l'arrivée du CH à New York, samedi, en vue du match no 3 de la série, dimanche (19 h (HE); TVA Sports, CBC, NBCSN).

Gallagher a été détestable au cube vendredi, même si l'entraîneur Claude Julien a argué que le fougueux attaquant n'essaie pas de tomber sur les nerfs de ses adversaires.

« Il ne fait que s'acquitter de sa tâche qui consiste à foncer vers le filet », a-t-il élaboré, en soulignant la discipline impressionnante avec laquelle il le fait. « Que ça frustre les autres ou pas, ça n'a rien à voir. »

Il faudrait demander au défenseur des Rangers Ryan McDonagh ce qu'il en pense. McDonagh a « dé-casqué » Gallagher à quelques reprises parce qu'il le trouvait trop insistant devant le filet de Henrik Lundqvist. Ou encore à Brady Skjei, un autre défenseur, qui a écopé d'une pénalité à son endroit.

« C'est le "fun" », a dit Gallagher au sujet des batailles qu'il a livrées au capitaine McDonagh. « Il est un des meilleurs joueurs de la Ligue nationale, un fier compétiteur. C'est un défi que j'affectionne. Vous n'avez pas fini de me voir tenter de le relever. Ça me pousse à fournir le meilleur de moi-même. »

En plus d'avoir été un élément perturbateur, Gallagher a été fort actif dans la dramatique victoire de 4-3 du Tricolore, acquise en prolongation. Il a réalisé une superbe pièce de jeu sur le but de Paul Byron en première période, en plus d'obtenir neuf tirs au but sur les 58 lancers au total de l'équipe.

Tout le trio a été très impliqué, avec le vétéran joueur de centre Tomas Plekanec. L'unité avait connu une rentrée en la matière discrète dans la série, deux jours plus tôt.

« J'ai eu beaucoup de plaisir vendredi, a commenté Gallagher. L'émotion était à son comble, ce sont les séries éliminatoires. Il nous faut maintenant enchaîner dans le match no 3, qui est un match pivot dans la série. »

Le hockeyeur âgé de 24 ans natif d'Edmonton, en Alberta, a dit que d'évoluer avec les deux mêmes partenaires depuis plusieurs matchs l'aide énormément à trouver son propre rythme.

« La cohésion que nous avons créé ensemble est un facteur très important, a-t-il soulevé. Nous n'avions pas connu un bon premier match dans la série. Nous en avons discuté ensemble et nous sommes revenus fort. C'est important de nourrir cette cohésion, en espérant que nous continuions à avoir du succès. »

Changements prévisibles

À l'entendre samedi, Julien paraît prêt à apporter des changements à la formation. Malgré la victoire vendredi, il avait déploré des erreurs inacceptables commises en défense. L'entraîneur a séparé les membres du troisième duo, Nathan Beaulieu et Nikita Nesterov. Le Russe Nesterov a été cloué au banc pendant de longs moments.

« Nous avons les joueurs disponibles pour faire des changements », a réagi Julien quand on lui a posé la question. « Je n'apprécie pas de dévoiler mes plans trop à l'avance parce que beaucoup de choses peuvent se produire d'ici là. Les décisions seront annoncées dimanche. Avec la profondeur que nous avons, il pourrait y avoir des changements. »

Brandon Davidson est le seul remplaçant disponible en défense. À l'attaque, le Norvégien Andreas Martinsen pourrait céder sa place à Torrey Mitchell.

Emelin patine

Le vétéran défenseur Alexei Emelin, blessé, se rapproche d'un retour au jeu. Julien a indiqué qu'Emelin a recommencé à patiner à Montréal. On juge qu'il pourra réaliser de plus grands progrès en s'entraînant en solitaire au Complexe sportif Bell de Brossard.

L'entraîneur a évité de se prononcer quand on lui a demandé s'il existait une possibilité que le Russe puisse rejoindre l'équipe à New York en vue du match no 4, mardi.

Julien n'a pas également voulu dire si Alex Galchenyuk amorcerait le match no 3 au sein du trio d'Andrew Shaw et d'Artturi Lehkonen, comme joueur de centre ou ailier gauche.

Galchenyuk, qui a amorcé la série dans le quatrième trio, a été muté avec Shaw et Lehkonen à compter de la deuxième période du deuxième duel. Il a d'abord été utilisé à l'aile gauche avant de se retrouver au centre.

Les Canadiens s'attendent à une forte réplique des Rangers, d'autant qu'ils vont renouer avec leurs partisans.

« C'est bien d'avoir gagné comme nous l'avons fait vendredi, ça nous permet de commencer le match suivant sur une note positive, a résumé Julien. Mais ça va repartir à 0-0. Tout sera à recommencer en neuf. »

En voir plus