Skip to main content

Gagné: Jaromir Jagr parmi les grands

Notre chroniqueur Simon Gagné affirme qu'on ne peut pas faire autrement que de considérer l'attaquant tchèque dans la même lignée que les Gretzky, Lemieux et Messier

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. Sélectionné au 22e rang du repêchage 1998, il a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings de Los Angeles et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

Jaromir Jagr a possiblement disputé son dernier match dans la LNH. Si c'est le cas, on se souviendra de lui comme ayant été un des grands de l'histoire. Ses statistiques parlent d'elles-mêmes. Il montre le deuxième meilleur total de points, 1921, derrière Wayne Gretzky. On ne peut faire autrement que de le placer parmi les grands. Mais pour une raison que j'ignore, il est dans l'ombre des Gretzky, Mario Lemieux et Mark Messier. Peut-être est-ce parce qu'il est allé jouer en Russie pendant quelques saisons. Ou qu'il a changé d'équipes plusieurs fois à son retour. Je ne le sais pas. Il mérite à mon avis d'être considéré comme un grand. Il a été très durable. Le fait qu'il ait joué jusqu'à l'âge de 45 ans ne devrait pas jouer en sa défaveur. Il les a faits quand même tous ces points. 

 

Je l'ai affronté en masse quand j'étais avec les Flyers de Philadelphie. Tout d'abord quand il était avec les Penguins de Pittsburgh et ensuite avec les Capitals de Washington, mais le meilleur que j'ai vu de lui c'est avec les Rangers de New York. Il était très impressionnant et dominant dans ce temps-là.

Je me souviens de la saison 2005-06 parce que nous nous étions livré une chaude lutte pour le titre de meilleur buteur de la ligue.

L'image qui me revient, c'est celle de lui près de la bande en avantage numérique, qui reçoit la rondelle, prend son temps avant de s'avancer jusque dans le cercle pour décocher un tir du point de mise au jeu. Il ne tirait pas nécessairement fort, mais la rondelle frappait toujours l'intérieur du poteau éloigné pour rentrer dans le but. On se disait chaque fois que le gardien devait pourtant savoir. On avait beau en parler entre nous ou essayer d'élaborer des stratégies pour le contrer, il parvenait la plupart du temps à avoir le meilleur.

C'est incroyable le nombre de fois que je l'ai vu marquer des buts semblables en « power play » au cours de la saison que nous avons été en compétition directe. C'en était enrageant.

Il avait terminé la saison avec 54 buts et moi avec 47. Nous avions toutefois été coiffés à l'arrivée par Jonathan Cheechoo des Sharks de San Jose. Cheechoo a réussi 10 buts dans ses sept derniers matchs pour finir avec 56 buts. Mais pendant la majeure partie de la saison, Jagr et moi avions été au coude à coude.

Son grand atout, c'était la façon dont il protégeait la rondelle. Il était fort physiquement et avec ses grosses hanches, il pouvait vous tourner le dos et maîtriser la rondelle à sa guise. Les défenseurs en avaient plein les bras. Ils étaient incapables de lui enlever la rondelle. Il y a un seul défenseur que j'ai vu connaître du succès contre lui. C'est mon coéquipier Chris Therien. Il avait le numéro de Jagr. Il réussissait tout le temps à l'embêter et je suis sûr que Jagr mentionnerait son nom si lui on demandait quels défenseurs lui ont donné le plus de fil à retordre. C'est pour dire, Therien était un bon défenseur, mais il n'avait rien d'un Nicklas Lidstrom. 

Jagr doit sa longévité à ses techniques d'entraînement peu orthodoxes et au fait qu'il ait été épargné par les blessures. Il était du genre à s'entraîner sur la glace à toutes heures du jour avec des poids attachés aux patins. Peu de joueurs peuvent faire comme lui. Il n'avait pas de famille également, il pouvait se consacrer entièrement au hockey. Je connais peu d'épouses de joueurs qui verraient d'un bon œil que leur mari aille patiner à l'aréna à 22 h un soir de congé. C'est sans doute pour ça qu'il a pu durer longtemps.

***

Je ne peux pas terminer cette chronique sans faire un clin d'œil à ma ville d'adoption, Philadelphie, et aux partisans des Eagles qui fêtent en grand la conquête du Super Bowl LII depuis dimanche soir.

Le football est le sport no 1 à Philadelphie. C'est une ville de cols bleus, d'où le fort sentiment d'attachement des gens pour les Eagles. Gagne ou perd, ils sont fidèles au rendez-vous. Ils peuvent être durs pour leurs favoris, mais ce sont des passionnés.

Je suis devenu un fan des Eagles à mes débuts avec les Flyers à l'âge de 19 ans. Une fois par saison, nous faisions une sortie d'équipe au football. Souvent, nous jouions à domicile le dimanche midi et après nous n'avions qu'à traverser le stationnement pour aller au stade. Mon fils Matthew est né à Philadelphie et il est également un mordu. Je peux vous dire qu'il a porté fièrement son chandail des Eagles pour aller à l'école lundi.

Nous avons suivi le match chez mon frère avec des amis. Je n'ai pas eu de difficulté à prendre des gageures parce qu'il y avait plusieurs partisans des Patriots de la Nouvelle-Angleterre. Disons que ç'a été une fructueuse soirée!

On ne donnait pas cher de la peau des Eagles contre les Patriots, surtout qu'ils étaient privés de leur quart étoile Carson Wentz. Son remplaçant Nick Foles a fait du travail colossal. Chapeau à lui, son avenir est assuré.

Je suis content que la ville puisse enfin célébrer un premier championnat de la NFL. Dans le temps où j'étais à Philadelphie, les Eagles étaient très bons avec le quart Donovan McNabb, mais ils ne se rendaient jamais loin en séries éliminatoires. S'il y a eu 1 million de personnes pour le défilé des Phillies au baseball en 2008, je ne serais pas surpris qu'il y en ait davantage pour le défilé des Eagles jeudi. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.