Skip to main content

Gagné: Chapeau à deux gardiens québécois!

Notre chroniqueur Simon Gagné souligne que Roberto Luongo et Marc-André Fleury font honneur à la tradition d'excellence des hommes masqués de la province

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. Sélectionné au 22e rang du repêchage 1998, il a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings de Los Angeles et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

Je lève mon chapeau cette semaine à deux gardiens québécois qui font honneur à la tradition d'excellence des hommes masqués de la province dans la LNH. Il s'agit de Roberto Luongo des Panthers de la Floride, qui n'est plus qu'à sept matchs du prestigieux plateau des 1000 en carrière, et de Marc-André Fleury des Golden Knights de Vegas, qui vient de savourer sa 400e victoire.

Je commence par Roberto que j'ai bien connu parce que nous sommes du même âge, 38 ans. Lui et moi avons été les deux seuls Québécois dans l'équipe canadienne junior médaillée d'argent en 1999. Nous avions évidemment passé beaucoup de temps ensemble et je l'avais vraiment apprécié comme personne. Pour ce qui est de ses qualités de gardien, elles sont indéniables. C'est un battant qui est prêt à tout pour aider son équipe à connaître du succès.

Il a gagné une médaille d'or olympique comme gardien titulaire avec le Canada, il s'est rendu en Finale avec les Canucks de Vancouver. Les Canucks l'ont échangé aux Panthers, avec lesquels il voulait retourner. Les Panthers étaient en bas de classement et voyez où sont rendus les Canucks.

Video: MTL@FLA: Luongo repousse Petry en échappée

Mille matchs pour un gardien dans la LNH, c'est exceptionnel parce qu'on ne comptabilise pas dans le total les matchs qu'il passe sur le banc comme adjoint. C'est réellement 1000 matchs joués.

J'ai été touché dernièrement par un geste qu'a posé Roberto à la suite de la tuerie de l'école secondaire à Parkland en Floride. Je ne me rappelle pas d'avoir vu un joueur prendre le micro et s'adresser à la foule avant un match comme il l'a fait. C'était très impressionnant.

Je ne savais pas qu'il réside dans le même coin et que ses enfants vont à l'école dans le secteur. C'était un discours très inspirant. C'est sûr que ç'a dû insuffler une bonne dose d'énergie à tout le monde. 

C'est « plate » à dire, on ne souhaite jamais que ça se produise, mais des événements tragiques comme ceux-là peuvent être rassembleurs. Les Panthers se sont serré les coudes avec la communauté. Ils cognent à la porte des séries éliminatoires dans l'Est et je les vois y accéder. Depuis son retour au jeu, Roberto a son grand mot à dire dans la récente poussée de l'équipe.

*****

Marc-André est plus jeune que moi à 33 ans et je le connais peu. Je l'ai souvent affronté par contre quand il jouait chez les Penguins de Pittsburgh. C'est un bel exploit qu'il a réalisé lundi. Comme pour Vincent Lecavalier qui a été le premier choix de la séance de repêchage 1998 par le Lightning de Tampa Bay, Marc-André a été le tout premier choix de la séance 2003. La pression est forte sur les premiers choix au total. Marc-André s'est amené chez les Penguins après avoir commis une bourde monumentale avec Équipe Canada junior. C'était énormément de pression pour un jeune. Il a admirablement relevé le défi. Il a fait partie du groupe de joueurs qui ont ramené l'organisation dans le droit chemin. C'est tout à son honneur.

On ne pensait pas qu'il atteindrait la marque des 400 victoires dès cette saison avec l'équipe d'expansion. Je me réjouis de le voir être de retour au sommet. Les dernières saisons ont été difficiles pour lui. Il n'était pas à son mieux, sa confiance était visiblement affectée. Cette saison, on voit qu'il a retrouvé le plaisir de jouer. Il a toujours le sourire aux lèvres, sa famille et lui ne voulaient pas quitter Pittsburgh, mais c'était visible qu'il avait moins de plaisir au cours des dernières saisons. 

Video: VGK@DET: Fleury vole Abdelkader et Jensen

C'est un gars loyal, il a voulu rester avec les Penguins jusqu'au dernier moment même si le dénouement était inévitable pour lui. Comme rien n'arrive pour rien, l'histoire retiendra que c'est ce qui a permis aux Penguins de remporter la Coupe Stanley en 2017. Les Penguins doivent remercier le ciel de ne pas l'avoir échangé. Ils n'auraient pas franchi une des trois premières rondes en séries éliminatoires, n'eût été du brio de Marc-André parce que le jeune Matt Murray s'est blessé avant le premier match des séries et qu'il n'est revenu au jeu qu'en finale de l'Association de l'Est.

La pépinière des gardiens du Québec est encore bien vivante, même si Patrick Roy (551 victoires) et Martin Brodeur (691 victoires) sont partis à la retraite depuis un bout de temps. Roy et Brodeur sont dans une catégorie à part, mais j'estime que Roberto (467 victoires) et Marc-André ne viennent pas loin derrière eux.

*****

Un mot en terminant pour souhaiter une bonne retraite à l'arbitre québécois Dave Jackson qui va ranger son sifflet à la fin du mois avec plus de 1500 matchs derrière la cravate dans la LNH. 

Personnellement, j'ai toujours eu une bonne relation avec les arbitres. Même quand je n'ai pas eu de lettre sur mon chandail. Il y a toujours eu un respect mutuel entre nous. Il arrivait même qu'on se croisait dans des restaurants ou ailleurs et c'était toujours cordial.

Comme joueur québécois, rien de plus normal que de tisser des liens privilégiés avec les arbitres du Québec ou francophones. Sur la glace, on se parlait en français. Dès qu'il arrivait un joueur qui n'était pas franco, la discussion se poursuivait en anglais.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.