Skip to main content

Gagné : Le Lightning a lancé un message aux Bruins

Notre chroniqueur revient sur le dernier duel entre les deux rivaux de la section Atlantique et analyse la glissade des Penguins

par Simon Gagné / Chroniqueur LNH.com

Simon Gagné a disputé 14 saisons dans la LNH et il a réussi 291 buts et totalisé 601 points en 822 matchs, connaissant notamment deux saisons de 40 buts et plus. Il a remporté la Coupe Stanley dans l'uniforme des Kings de Los Angeles en 2012. Sur la scène internationale avec le Canada, il a savouré la conquête de la médaille d'or aux Jeux olympiques de 2002 à Salt Lake City et la conquête de la Coupe du monde en 2004. L'attaquant sélectionné au 22e rang du repêchage 1998 a successivement porté les couleurs des Flyers de Philadelphie, du Lightning de Tampa Bay, des Kings et des Bruins de Boston. Simon a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine afin de discuter de l'actualité de la LNH.

Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, j'ai adoré la rencontre de samedi entre les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay. On dit souvent que l'intensité grimpe d'un cran à l'approche des séries éliminatoires, et cette partie en a été un bel exemple.

À LIRE AUSSI : Les Golden Knights s'éloignent du peloton dans la section PacifiqueGagné : Méfiez-vous des Flyers

Pour ceux qui ont raté la rencontre, remportée 5-3 par le Lightning, on a eu droit à quelques échauffourées et à du jeu très intense.

Il s'agissait d'un deuxième duel en moins d'une semaine entre ces deux sérieux aspirants à la Coupe Stanley, et on a pu voir que les joueurs du Lightning ont cherché à passer un message à ceux des Bruins samedi, surtout qu'ils avaient perdu contre eux quelques jours plus tôt. On a cherché à montrer qu'il ne serait pas possible de les intimider physiquement, ce qui n'était pas nécessairement le cas par le passé. 

Les Bruins ont semblé surpris par la hargne du Lightning, qui ne nous a pas habitués à autant d'agressivité, surtout que le match était disputé à Boston, un amphithéâtre qui peut être très intimidant. On voit rarement Zdeno Chara être renversé comme il l'a été par Pat Maroon, et il y a longtemps que le Lightning n'avait pas envoyé un message comme celui qui a été envoyé à Brad Marchand, qui a eu à faire avec plusieurs joueurs de Tampa Bay.

Tampa a été pris au dépourvu en première ronde la saison dernière par la robustesse et la fougue affichées par les Blue Jackets de Columbus, ce qui leur a valu un humiliant balayage. L'équipe avait été bâtie presque exclusivement autour de joueurs de talent, et quand les choses se sont mises à brasser, on n'a pas trop su comment réagir. Un joueur comme Nikita Kucherov a ainsi été sorti de son jeu et a même été suspendu pour s'être fait justice lui-même.

Le directeur général Julien BriseBois a bien analysé la situation et est allé chercher des joueurs comme Pat Maroon, Blake Coleman et Barclay Goodrow au cours de la dernière année afin de changer un peu le profil de l'équipe. Ce sont des joueurs qui ont déjà gagné, ou qui savent comment réagir quand le jeu devient un peu plus physique.

Video: TBL@DET: Maroon saute sur le retour et crée l'égalité

Ces acquisitions font en sorte que tout le monde sait un peu plus quel est son rôle. C'est ça une équipe de hockey : chacun doit s'acquitter de ses responsabilités, et ça fait en sorte que tout le monde gagne en confiance. On ne verra plus Kucherov ou Steven Stamkos tenter de régler leurs comptes au cours des prochaines séries.

Les joueurs des deux équipes savent qu'il n'y a qu'une seule de ces deux formations, au maximum, qui pourra atteindre la finale de l'Association de l'Est, et on a cherché à passer quelques messages. Si jamais ces deux clubs devaient croiser le fer au cours du tournoi printanier, ce serait du véritable bonbon pour les amateurs. Ce serait sans aucun doute une longue série, qui va se jouer sur les détails.

Le Lightning sait cependant que le train ne va pas passer éternellement, et qu'il doit gagner plus tôt que tard. Si la défensive et le gardien font le travail, je dois donner le titre de favoris dans l'Est au Lightning.

Les Penguins doivent tourner la switch à on

Si le Lightning a appris à ses dépens l'an dernier qu'il n'est pas possible une fois en séries de tourner la switch à on, en bon français, lorsqu'on fonctionne au neutre depuis quelques semaines, il faudra se méfier de ce même piège du côté des Penguins de Pittsburgh cette saison.

Il y a quelques semaines à peine, avec les nouvelles acquisitions de l'équipe et le retour en santé de plusieurs joueurs importants, les Penguins faisaient figure de favoris et rien ne semblait pouvoir les arrêter.

Cependant, depuis le 20 février, les Penguins occupent le dernier rang de toute la LNH avec une fiche de 3-8-0. Ils sont aussi l'équipe qui accorde le plus de buts avec 42 en seulement 11 parties. 

Video: CAR@PIT: Slavin crée l'égalité de la ligne bleue

Les Penguins ont procédé à quelques acquisitions à la date limite des transactions, et il s'agit de bons ajouts. Il ne faut toutefois pas oublier que l'équipe connaissait du succès avant de bouger, et que l'arrivée de joueurs à qui on confie des rôles importants dans la formation signifie que les joueurs qui occupaient ces rôles avant ces transactions doivent accepter de s'effacer quelque peu. Il arrive que ce type de situation froisse l'égo de certains.

De plus, plusieurs de ces nouveaux venus ont été placés sur les trios de Sidney Crosby et Evgeni Malkin. On entend souvent dire que c'est facile de jouer avec eux, mais ce que les gens ne comprennent pas nécessairement, c'est que ce n'est pas facile d'apprendre à jouer avec eux. Ça devient facile une fois que la chimie est installée - pas avant - et ça peut prendre du temps. Comprenons-nous, les joueurs veulent tous évoluer avec des joueurs comme Crosby et Malkin. Il faut simplement comprendre qu'il y a une certaine pression qui est associée à ce rôle.

On ne se le cachera pas, c'est intimidant de jouer avec un joueur de cette trempe. Il faut trouver le bon équilibre entre la volonté de remettre la rondelle à ces vedettes, et jouer de la manière qui a poussé l'équipe à faire notre acquisition. 

Peu importe les raisons qui expliquent cette baisse de régime, il reste encore un mois aux Penguins pour trouver les solutions qui s'imposent. Je ne suis pas inquiet pour eux, car la switch, ils savent qu'ils doivent la trouver avant la grande danse du printemps. Avec le niveau de jeu que l'équipe affiche en ce moment, ils se feraient fort probablement sortir en quatre ou cinq matchs par les Flyers de Philadelphie ou les Capitals de Washington au premier tour. 

Et vous pouvez compter sur des joueurs comme Crosby, Malkin et Patrick Marleau pour le faire comprendre à leurs coéquipiers.

*Propos recueillis par Sébastien Deschambault, directeur de la rédaction LNH.com

En voir plus

La LNH a mis à jour sa Politique de confidentialité en date du 27 février 2020. Nous vous encourageons à la lire attentivement. La LNH utilise des témoins, des pixels espions, et d'autres technologies similaires. En utilisant les sites Web de la LNH ou d'autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et nos Conditions d'utilisation, ce qui inclut notre Politique à l'égard des témoins.