Skip to main content

Gabriel Vilardi, le moteur des Spitfires

Peu importe la situation, l'attaquant rend ses coéquipiers meilleurs

par Mike G. Morreale @mikemorrealeNHL / Journaliste NHL.com

L'entraîneur des Spitfires de Windsor Rocky Thompson est un grand adepte des statistiques avancées et il n'hésite pas à les utiliser pour suivre la progression de ses joueurs au cours de la saison de la Ligue de l'Ontario (OHL).

Quand vient le temps d'expliquer les succès du joueur de centre Gabriel Vilardi, il semble toujours y avoir un dénominateur commun.

« Les statistiques avancées nous indiquent que Vilardi est le moteur de cette équipe parce que l'indice Corsi des joueurs qui évoluent en sa compagnie augmente, a déclaré Thompson. Sans lui, ils diminuent de manière significative. Nous avons eu beaucoup de blessures cette année donc nos trios ont beaucoup changé. Mais ce qui revient, c'est l'habileté de Vilardi de rendre les autres joueurs meilleurs. »

Vilardi (6 pieds 3 pouces, 201 livres) est classé au quatrième rang des meilleurs patineurs nord-américains sur la liste finale du Bureau central de dépistage de la LNH. Il a attiré l'attention de tous les dépisteurs de la LNH au cours des deux dernières saisons.

« Il est très calme avec la rondelle et il utilise sa vision du jeu et ses habiletés de fabricant de jeux pour influencer le match dans les trois zones, a déclaré Matt Ryan du Bureau de dépistage de la LNH. Il excelle en bas des cercles en zone offensive où il utilise son gabarit et sa portée pour dicter le jeu et générer des occasions de marquer. »

Vilardi a totalisé 61 points (29 buts, 32 aides) en 61 matchs cette saison et six points, dont deux buts, en sept matchs de séries éliminatoires où les Spitfires ont subi l'élimination en sept matchs face aux Knights de London.  

« Le classement du Bureau me pousse à travailler encore plus fort; je ne suis pas au sommet et je veux grimper au sommet. Le repêchage est encore dans longtemps, mais c'est bien de voir que mon travail est reconnu. »

Le joueur de centre des Wheat Kings de Brandon Nolan Patrick occupe le premier rang sur la liste du Bureau de dépistage, suivi de Nico Hischier des Mooseheads d'Halifax.

Vilardi admet qu'il ne porte pas encore attention au repêchage. Il compte sur plusieurs coéquipiers qui ont vécu le même processus en 2016, dont Logan Brown (Sénateurs d'Ottawa), Logan Stanley (Jets de Winnipeg), Mikhail Sergachev (Canadiens de Montréal) et Sean Day (Rangers de New York).

« Quand vous regardez les joueurs de la LNH, ils se donnent tous les soirs, ils travaillent toujours fort, a fait remarquer Vilardi. Je suis bon dans les trois zones. Je suis un gros joueur qui bagarre en fond de zone et je suis bon pour faire circuler la rondelle et prévoir le jeu avant qu'il ne survienne. »

Thompson a indiqué que Vilardi avait mis beaucoup d'efforts pour améliorer son coup de patin au cours de la saison morte et qu'il s'agit de l'aspect de son jeu qu'il a le plus amélioré.

« Il est très intelligent, a ajouté Thompson. Il est très facile à diriger, vous pouvez faire des ajustements pendant le match et changer de système et il peut s'adapter en raison de son sens du hockey. »

Vilardi est un joueur de centre naturel, mais il a alterné entre le centre et l'aile gauche cette saison en raison des blessures qui ont décimé la formation des Spitfires.

Influence italienne

Même s'il joue au hockey au Canada, Vilardi n'a rien perdu de son héritage italien. Lorsqu'il ne marque pas de but pour les Spitfires, il s'amuse avec le ballon rond ou il suit de près les activités du club de soccer italien Inter Milan avec son père Lino.

« J'ai choisi de jouer au hockey, mais je joue au soccer avec mon père et mon frère, a indiqué Vilardi. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours voulu devenir un joueur de hockey. J'ai connu du succès à un jeune âge et j'ai fait beaucoup de sacrifices pour me développer, et je crois que c'est pour cette raison que j'ai poursuivi ma carrière au hockey. »

Les parents de Vilardi sont des Italiens de première génération qui ont déménagé à Kingston, en Ontario. Son frère Francesco, qui joue au niveau universitaire, a commencé à jouer au hockey quand il avait cinq ans.

Gabriel, qui a quatre ans de moins que son frangin, a suivi ses pas. Et ses coéquipiers à Windsor sont bien heureux qu'il ait choisi le hockey plutôt que le soccer.

« Il est le gars le plus travaillant, a lancé le gardien des Spitfires Michael DiPietro. Tout ce qu'il veut faire, c'est devenir un joueur de hockey et tout ce qu'il fait tourne autour de ça. C'est quelque chose que j'admire chez lui. »

Il n'est pas étonnant que DiPietro reconnaisse l'éthique de travail de Vilardi puisqu'il semble que c'est cet aspect qui le distingue des autres espoirs de sa cuvée.

« J'aime travailler fort; quand je suis impliqué dans des batailles pour la rondelle, je veux en sortir gagnant, a affirmé Vilardi. Je veux toujours m'améliorer. C'est le plus important. »

Vilardi aura une occasion en or de briller sur la plus grande scène de la Ligue canadienne de hockey lors du 99e tournoi de la Coupe Memorial Mastercard qui sera présenté à Windsor du 18 au 28 mai. L'équipe hôtesse reçoit une invitation automatique, et c'est pourquoi les Spitfires reprendront l'action dans quelques semaines même s'ils ont subi l'élimination au premier tour dans la OHL.

 

En voir plus