Skip to main content

Adieux émouvants à Ed Snider à Philadelphie

Les Flyers vont pleurer longtemps le départ de leur fondateur

par Adam Kimelman @NHLAdamK / Directeur adjoint de la rédaction NHL.com

PHILADELPHIE - L'amour inconditionnel sous toutes ses formes a été au coeur de l'émotive oraison funèbre d'une durée de deux heures qui a commémoré la vie du fondateur des Flyers de Philadelphie et président de l'équipe Ed Snider au Wells Fargo Center, jeudi.


L'amour de sa famille. L'amour de la ville de Philadelphie. Et plus particulièrement l'amour des Flyers de Philadelphie.

 

« Le Wells Fargo Center a été la deuxième demeure d'Ed Snider, a affirmé le commissaire de la LNH Gary Bettman. Il s'intéressait à beaucoup de choses, l'art, le tennis et la philosophie, entre autres. Mais les Flyers étaient la passion d'Ed. »


Snider est décédé le 11 avril à l'âge de 83 ans.


« Même si nous savions que la fin approchait pour M. Snider et que nous avons pu nous préparer à son départ, la douleur est vive », a déclaré le vice-président senior et membre du Temple de la renommée du hockey Bob Clarke said. « Et ce sera le cas pendant longtemps. »



Plusieurs personnes ont partagé des souvenirs plus intimes avec Snider, illustrant comment il avait marqué leur vie.

 

Le commissaire Bettman a relaté une des dernières discussions qu'il a eues avec Snider, qui a pris fin avec Snider lui disant : « Tu es le meilleur. Je t'aime ».

 

« Ce n'est pas quelque chose que le commissaire entend souvent de la part d'un de ses patrons, a continué Bettman. Je l'aimais également, nous l'aimions tous… L'influence positive qu'il a exercée sur nous tous est permanente. Le feu dans ses yeux est maintenant une flamme éternelle. »

 

Rien ne pouvait s'interposer dans l'affection sans borne qu'il portait à l'endroit de ses Flyers. Pas même un milliardaire homme d'affaire et candidat à la présidence des États-Unis nommé Donald Trump.


Drew Katz, fils de l'ami de longue date de Snider, le regretté co-propriétaire des Devils du New Jersey Lewis Katz, a raconté une anecdote au sujet de Snider qui a expulsé de sa loge Trump pendant un match des Flyers en séries éliminatoires.


« Ça n'avait rien à voir avec la politique, a indiqué Drew Katz. C'est que Trump n'arrêtait pas de parler à Ed pendant le match. Il ne voulait rien manquer des matchs. »


Les joueurs des Flyers peuvent témoigner de la grande passion qui a animé Snider pendant les 50 années qu'il a passées comme chef de file de l'organisation.

 

Clarke a évoqué un moment qui l'a marqué à la suite de l'élimination des Flyers lors des séries de la Coupe Stanley en 1977.

 

Les Flyers venaient d'être balayés par les Bruins de Boston et peu de temps après, Barry Ashbee, un adjoint à l'entraîneur et ancien coéquipier de Clarke avec lequel il a remporté la Coupe Stanley, est décédé de la leucémie. Aux funérailles d'Ashbee, Clarke a présenté des excuses à Snider pour son mauvais rendement en séries.

 

« Je lui ai dit que j'avais trouvé très difficile de rester concentré à jouer au hockey quand un ami proche est sur son lit de mort. M. Snider, en empruntant un ton très paternaliste, m'avait répondu que Barry n'aurait pas souhaité ça. S'il y a quelque chose, j'aurais dû profiter de la situation difficile pour jouer plus fort pour Barry. C'est une leçon de vie que je n'ai jamais oubliée. »


Clarke a ajouté que la loyauté que Snider avait pour ses joueurs a été la principale raison pour laquelle ils étaient prêts à se défoncer pour lui. Jeudi, des douzaines d'anciens Flyers de toutes les générations étaient présents afin de lui rendre un dernier hommage.

 

Jay Snider, le fils d'Ed, a mentionné que son père a tenu au cours des derniers moments de sa vie à laisser savoir aux partisans des Flyers combien il les appréciait.



« La dernière phrase complète qu'il m'a dite, et il voulait que je vous la partage, a été : « Je ne peux pas suffisamment remercier les Flyers pour tout ce qu'ils ont donné à moi et à ma famille. »

 

 

En voir plus