Skip to main content

Franzen marque trois buts et les Red Wings se moquent de l'Avalanche, 5-1

LNH.com @NHL

DETROIT - Johan Franzen et les Red Wings de Detroit distribuent les coups de pied aux joueurs de l'Avalanche du Colorado alors que ceux-ci se trouvent déjà au plancher.

Face à une formation amochée, Franzen a inscrit trois buts et il a guidé les Red Wings vers une victoire de 5-1, samedi après-midi, procurant aux champions de la Ligue nationale une avance de 2-0 dans leur série demi-finale de l'Association de l'Ouest.

Franzen, un joueur de centre de six pieds trois pouces et 220 livres surnommé le "Mulet", a ouvert la marque en faisant dévier un tir derrière José Théodore tôt en première période. Il a ensuite déjoué le gardien de l'Avalanche en contournant rapidement le filet, au deuxième vingt. Il a complété son premier tour du chapeau en carrière en frappant une rondelle dans les airs, à mi-chemin du dernier tiers, en désavantage numérique.

Darren McCarty était le dernier joueur des Red Wings à marquer trois buts lors d'un match des séries éliminatoires, un exploit réalisé lors de la finale de l'Association de l'Ouest, également contre l'Avalanche, en 2002. Cette saison-là, les Red Wings ont remporté la coupe Stanley.

"Je suis désolé Mac, lui a lancé Franzen, d'un air blagueur. Que veux-tu? J'ai été chanceux."

Cette performance de Franzen s'ajoute à son doublé réussi lors du match initial de la série.

"Son bâton est comme de l'or, a noté Joel Quenneville, l'entraîneur en chef de l'Avalanche, au sujet de Franzen. Chaque fois qu'il touche à la rondelle, on dirait qu'elle aboutit dans le but."

Ian Laperrière a marqué le seul filet de l'Avalanche, au début de la troisième période, privant Chris Osgood d'un blanchissage. Osgood a réalisé 19 arrêts

Théodore a accordé quatre buts sur un total de 20 tirs, et il a dû laisser sa place à Peter Budaj pour un deuxième match consécutif. Budaj a bloqué les 12 tirs dirigés vers lui en deuxième période et il a terminé la rencontre avec 19 arrêts.

La troisième rencontre de la série sera présentée mardi soir au Colorado, et les joueurs de l'Avalanche espèrent sans doute que ces retrouvailles avec leurs partisans et les deux journées de congé qui précéderont le match leur seront d'un grand secours.

"Nous aurons l'occasion de nous ressaisir après deux matchs difficiles ici, a mentionné Quenneville. Souhaitons que ce retour à domicile et ce petit congé aideront à changer le rythme de la série."

L'Avalanche a affronté les Red Wings samedi sans les services du centre Peter Forsberg (aine), du défenseur Scott Hannan (bas du corps) et l'ailier Wojtek wolski (haut du corps). Mais Laperrière n'a pas voulu invoquer le bilan de santé de l'équipe pour justifier ses performances lors des deux premières rencontres.

"Si nous utilisons les blessures en guise d'excuses, peut-être devrions-nous faire autre chose de nos vies, a imagé le fougueux attaquant de l'Avalanche. Toutes les équipes passent par là."

Forsberg a chaussé les patins avant le match de samedi, mais son nom a tout de même été rayé de la formation.

"Il connaît son corps et il a dit qu'il n'était pas en mesure de jouer", a confié Quenneville.

Théodore était de retour sur la glace, lui qui avait été invité à retourner à l'hôtel de l'équipe pendant le premier match de la série, jeudi, parce qu'il était malade. Mais il n'a pas fait long feu samedi.

"Mon travail était de garder l'équipe dans le match, et je ne l'ai pas fait", a résumé Théodore.

Les Red Wings l'ont sorti de la rencontre au milieu de la deuxième période, après les deux premiers buts de Franzen, tous deux réussis en avantage numérique, et ceux de Valtteri Filppula et Henrik Zetterberg.

Après le match, Quenneville a indiqué qu'il ne prévoyait pas effectuer de changement dans les filets de l'équipe, mardi prochain.

A l'autre extrémité de la patinoire, Detroit n'a donné que peu de chances à ses rivaux de connaître du succès. L'envahissante brigade défensive des Red Wings a limité l'Avalanche à quatre tirs au premier vingt, six pendant la période médiane et 10 en troisième période, alors que les joueurs de Joel Quenneville ont ouvert le jeu dans l'espoir d'effacer le déficit.

Après avoir vu les Red Wings prendre une avance de trois buts lors du premier match, l'Avalanche a marqué deux filets consécutifs mais s'est néanmoins incliné 4-3.

"Nous espérions que le match d'aujourd'hui serait un prolongement de celui de jeudi, mais ça ne s'est pas produit, a déploré le vétéran Joe Sakic. De toute évidence, ce fut une mauvaise performance de notre part. Ils avaient de meilleures jambes que nous."

En voir plus