Skip to main content

Fleury heureux pour Murray et de voir l'équipe réussir des buts

Le vétéran gardien doit encore faire passer les intérêts des Penguins en premier

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

OTTAWA - Professionnel jusqu'au bout des ongles, Marc-André Fleury a accepté de faire face à la musique, vendredi, à l'issue de la courte victoire de 3-2 des Penguins de Pittsburgh contre les Sénateurs d'Ottawa.

On connaît des gardiens qui n'auraient pas voulu se prêter à l'exercice pour moins que ça.

« Matt a bien joué, il a gagné. C'est ce qui est le plus important. Je n'étais pas inquiet pour lui. C'est un bon gardien », a-t-il affirmé.

La décision de l'entraîneur Mike Sullivan de lui préférer Murray a sûrement dû lui déplaire royalement, mais il n'a pas voulu faire de vague.

« Je vais garder privée la conversation que j'ai eue avec Mike. Je ne veux pas faire une histoire personnelle. C'était la même chose l'an dernier. Je fais passer les intérêts de l'équipe en premier. Nous avons gagné. Nous avons marqué des buts. C'est ce qui compte. »

Les Penguins ont réussi plus d'un but dans un match pour la première fois de la finale de l'Association de l'Est.

Mercredi, ils s'étaient inclinés 5-1, Fleury ayant été victime des quatre premiers buts des Sénateurs.

À l'issue du match vendredi, le Sorelois a reçu des mots de réconfort et des éloges de coéquipiers.

« Il est le meilleur coéquipier que je n'ai jamais eu, a affirmé l'ailier Carl Hagelin. Il est toujours positif et il a fait de l'excellent travail pour nous devant le filet. Je ne crois pas que vous puissiez trouver de meilleur coéquipier. »

Sidney Crosby a dit partager la déception de son coéquipier de longue date.

« La position de gardien ne pardonne pas, a dit le joueur de centre vedette. Il n'était pas le coupable de la défaite de mercredi. Nous avions tous joué un mauvais match. Nous voulions mieux faire devant Matt. Je sais que c'est difficile pour lui. Il a toujours été un excellent coéquipier. Il accepte les décisions des entraîneurs. »

Même Murray, avec lequel il a dû s'habituer à jouer les seconds violons depuis le début de la cohabitation entre les deux il y a plus d'un an, lui a rendu un bel hommage.

« Ce n'est rien de nouveau pour nous, nous savons comment ça fonctionne. Celui qui n'est pas envoyé dans la mêlée est là pour soutenir l'autre. Nous faisons du très bon travail à ce chapitre et nous entretenons une bonne relation pour cette raison. »

Murray a dit que l'attitude décontractée de Fleury l'avait aidé à aborder le défi de vendredi avec beaucoup moins de nervosité.

« Nous avons tenté de garder l'atmosphère détendue au cours de la séance d'entraînement matinale. Ça m'a beaucoup aidé à gérer le stress. Marc-André est toujours très bon pour ça. Il aime bien plaisanter et il dit les bonnes choses. Je l'ai toujours dit : il est très bon avec moi et je lui dois énormément pour ça, c'est certain. » 

Défense indestructible

Devant Murray vendredi, la défense a plié, mais elle n'a pas rompu. C'est comme ça depuis le début de la saison.

Olli Maatta, Brian Dumoulin, Ian Cole, Trevor Daley et Ron Hainsey ont fait du travail colossal à la suite de la perte de Chad Ruhwedel vers la fin de la première période. Victime d'une commotion cérébrale, Ruhwedel a été limité à 6:02 de temps d'utilisation.

Le jeune Maatta a pris les bouchées doubles, terminant la rencontre avec 24:58 de temps de jeu.

Déjà que les Penguins sont privés des services de Kristopher Letang, opéré au cou dernièrement, et de Justin Schultz, blessé au haut du corps depuis le match no 2 de la série, c'est tout un exploit que signe le groupe en place.

« Dès qu'un défenseur tombe au combat, nous nous serrons tous les coudes, a noté Dumoulin. Les attaquants participent en faisant l'effort additionnel en repli et le nécessaire afin de nous permettre d'aller changer au banc. Ce n'est pas facile de jouer à cinq défenseurs. Nous avons gardé nos présences sur la glace courtes et nous nous sommes appliqués à faire sortir la rondelle de notre zone et à ne rien compliquer. »

Si Schultz n'est pas en mesure d'effectuer un retour au jeu dimanche, le vétéran Mark Streit devrait être appelé en renfort.  

En voir plus