Skip to main content

Fleury est un match parfait à Vegas, sans blague!

Le gardien des Golden Knights s'assure que l'ambiance soit détendue dans son camp

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

LAS VEGAS - Le 5 octobre, la veille du premier match de l'histoire des Golden Knights face aux Stars de Dallas, Marc-André Fleury, David Perron et Jonathan Marchessault passaient le temps dans la chambre d'hôtel de Marchessault.

« J'y vais, a lancé Fleury alors que Perron et Marchessault jouaient aux cartes. On se revoit. »

Quelques minutes plus tard, Perron s'est rendu à la salle de bain et a réalisé que Fleury n'avait toujours pas quitté.

En silence et discrètement, Fleury - disons-le comme ça - réparait la plomberie. Perron a joué avec Fleury chez le Penguins de Pittsburgh et savait ce qui se tramait. Il est donc retourné jouer aux cartes sans dire un mot à Marchessault.

Quelques jours plus tard, on a demandé à Marchessault s'il avait eu un léger problème avec sa toilette à Dallas.

« Oui, elle coulait. »

« Sais-tu pourquoi? »

« Non, pourquoi? »

« Tu n'as aucune idée? »

« Aucune idée. »

Fleury souriait. Chuuuut...

« Je suis encore discret dans cette équipe, a dit Fleury. Les gars ne me connaissent pas encore. »

Ils vont bien apprendre à le connaître bientôt, et malgré cette chronique. Fleury aime avoir du plaisir; ses coéquipiers vont l'aimer comme il l'était à Pittsburgh. Il peut bien leur faire nettoyer un petit dégât dans le cadre d'une blague parce qu'après tout, n'est-ce pas lui qui se charge de leurs dégâts la plupart du temps?

« Il est très drôle, a dit Perron. Il aime jouer des tours. »

On remarque déjà pourquoi Fleury est le gardien parfait pour les Golden Knights à plusieurs niveaux.

Il veut jouer beaucoup. Il adore recevoir beaucoup de lancers, exprimant parfois même sa joie après avoir effectué un arrêt important comme un joueur qui marque. Il ne baisse jamais les épaules et blâme encore moins ses coéquipiers.

Même s'il a perdu son poste de no 1 à Pittsburgh en raison de l'émergence de Matt Murray, il est encore en mesure d'être le partant à 32 ans et de donner une chance à son équipe chaque soir.

C'est un bon atout pour une équipe d'expansion. Ç'a permis aux Golden Knights de réclamer Malcolm Subban au ballotage et d'échanger le substitut Calvin Pickard la semaine dernière. Ils pensent que Subban n'est pas aussi bon que Pickard à court terme, mais qu'il peut être meilleur que lui à long terme, comme no 1 éventuellement. Subban n'a pas encore joué et les Golden Knights veulent qu'il améliore quelques aspects de son jeu.

Pendant ce temps, Fleury est là.

Il a été nommé la première étoile lors de la première victoire des Golden Knights, repoussant 45 lancers dans un gain de 2-1 contre les Stars, vendredi.

« C'est dans ce genre de match qu'il est excellent, a dit Perron. Il aime quand il y a de l'action. Il aime quand il y a de l'émotion. Et je crois qu'il y avait beaucoup d'émotions pour lui et pour nous aussi, mais probablement encore plus pour lui. Il est heureux de retrouver le filet comme no 1. »

Fleury a enchainé avec 27 arrêts face aux Coyotes de l'Arizona dans une victoire de 2-1 en prolongation. Il a ensuite repoussé 31 lancers pour permettre aux siens de battre les Coyotes à nouveau lors du premier match présenté à Las Vegas, mardi.

Il montre une fiche de 3-0-0 avec une moyenne de buts alloués de 1,32 et un taux d'efficacité de ,963. Pas mauvais, n'est-ce pas?

Mais son attitude est encore plus importante. C'est une équipe d'expansion qui essaie d'établir une culture. Les Golden Knights connaîtront certainement des moments difficiles. Fleury prend son travail au sérieux, mais pas sa personne. Il met ses coéquipiers à l'aise et fait en sorte qu'ils aient hâte de se présenter à l'aréna.

« C'est plaisant sur la patinoire avec lui, a dit Marchessault. C'est un gars compétitif. Si vous célébrez quand vous marquez, il se fâche. Même chose quand il fait l'arrêt contre moi. J'aime ça. C'est sain. Tout le monde a le sourire. »

Après la victoire en prolongation en Arizona, les joueurs ont entouré le marqueur: l'attaquant James Neal. Fleury s'est assuré de ramasser la rondelle. Neal a marqué les deux buts de leur première victoire, mais n'a pu en garder aucune parce qu'elles étaient réservées au Temple de la renommée du hockey. Fleury lui a remis dans le vestiaire.

« Oui je l'ai vue qui traînait là, des vieilles habitudes, j'imagine, a-t-il dit. Garder la rondelle gagnante. »

Oui, garde-la Marc-André.

En voir plus