Skip to main content

FIHG : Claude Giroux, un leader naturel pour le Canada

Après une saison difficile avec les Flyers, le Franco-Ontarien tentera de mener son pays aux grands honneurs

par Emna Achour / Correspondante LNH.com

PARIS -- Pour tous les joueurs de la Ligue nationale, le seul endroit où ils espèrent être au mois de mai, c'est en séries éliminatoires de la Coupe Stanley.

Mais il n'y a évidemment que 16 équipes qui peuvent se qualifier pour le grand bal du printemps, laissant derrière plus de 300 joueurs déçus et à la recherche d'un nouveau passe-temps pour les quatre prochains mois.

Les plus chanceux n'auront le temps de verser que quelques larmes avant de recevoir le coup de fil de leur fédération de hockey nationale pour les inviter à participer au Championnat du monde de la FIHG. Et une infime partie de ces chanceux recevront un vote de confiance supplémentaire de leur équipe en étant nommés capitaines.

C'est notamment le cas de Claude Giroux, capitaine des Flyers de Philadelphie et, depuis peu, capitaine de la formation canadienne à Paris.

Rien de surprenant pour son coéquipier à Philadelphie et rival français au Championnat du monde 2017, Pierre-Édouard Bellemare.

« C'est un leader naturel, donc qu'il se retrouve à être capitaine dans toutes les équipes où il va, ça ne m'étonne pas, a-t-il déclaré. Ça fait 10 ans qu'il est dans la ligue, donc c'est certain qu'il y a des saisons où il va avoir des hauts et d'autres où il va avoir des bas. La difficulté pour les joueurs, c'est de réussir à passer par-dessus ça et de revenir plus fort. Et je pense que le fait qu'il ait été nommé capitaine au Mondial, qu'il soit en charge un peu de cette équipe, on sait très bien qu'au niveau du Canada un Mondial ce n'est pas non plus le truc qui est le plus médiatisé, le plus important. Mais du coup, d'avoir un joueur qui est capitaine, qui a le cœur et qui va donner tout pour son maillot, je pense que c'est bien. »

Sélectionné pour faire partie de l'équipe canadienne lors de la Coupe du monde de hockey 2016 à Toronto à l'automne dernier, Giroux a finalement dû se contenter du rôle de 13e attaquant, étant laissé de côté pour tous les matchs du Canada sauf un.

Puis, en 82 rencontres avec les Flyers cette saison, le Franco-Ontarien a inscrit 14 filets - son deuxième plus bas total depuis qu'il est devenu un régulier dans la LNH, lui qui avait marqué 13 buts en 2012-13 lors de la saison écourtée par le lock-out - et amassé 58 points.

Malgré la déception de ne pas être en Amérique du Nord à se battre soir après soir pour mettre la main sur la Coupe Stanley, plusieurs joueurs présents au Championnat du monde voient en ce tournoi l'occasion de racheter leur saison… mais pas Giroux, d'après son coéquipier chez les Flyers Sean Couturier.

« Je ne pense pas qu'il le voie comme ça », a mentionné Couturier, qui fait également partie d'Équipe Canada. « Claude, c'est un gars de caractère. Il veut toujours gagner et il donne tout ce qu'il peut pour aider l'équipe; c'est un peu l'image du Canada. C'est un candidat facile à nommer capitaine.

« Il ferait n'importe quoi pour aider l'équipe. C'est un bon gars, il est près des joueurs, les gars aiment ça être autour de lui. Sur la glace, c'est un gars de caractère qui n'aime pas perdre et qui ferait tout pour gagner. C'est le genre de leader que tu veux avoir dans ton équipe. »

Critiqué plus souvent qu'à son tour par certains partisans qui aimeraient qu'on lui révoque le titre de capitaine à Philadelphie après une élimination hâtive aux mains des Capitals de Washington au premier tour des séries de 2015-16 et une exclusion des séries cette année, Giroux se montre plutôt prudent lorsqu'il répond aux questions des journalistes concernant ce qui cloche avec les Flyers.

Il a évoqué un manque de constance, mais a aussi tenu à souligner le fait que l'équipe a tout de même signé 10 victoires d'affilée - une première pour Philadelphie en plus de 30 ans - au cours de la campagne.

Dave Hakstol, entraîneur-chef des Flyers et adjoint à Jon Cooper pour le Canada au Championnat du monde, n'est pas surpris par l'élan de positivisme de son capitaine, pour qui il ne tarit pas d'éloges.

« En tant que leader, "G" est toujours celui qui va mettre un pied de l'avant et prendre l'entière responsabilité sur ses épaules, a indiqué Hakstol. Il l'a fait toute l'année, à travers nos hauts et nos bas. Avoir la chance de venir ici et d'avoir le "C" sur son chandail, je sais que c'est une chose qui le rend très fier. Je crois qu'il sera un très bon leader pour nous au fur et à mesure que notre tournoi avancera. »

Un hommage particulier

Giroux n'a jamais caché sa fierté de venir de Hearst, petite ville du nord de l'Ontario à majorité francophone.

Inspirée par son plus digne ambassadeur, une équipe de hockey junior A verra le jour dès l'an prochain dans la municipalité d'un peu plus de 5000 habitants : les Lumberjacks de Hearst. S'il a donné un coup de main financier pour aider à la création de l'équipe, le logo qu'on verra sur les chandails, lui, n'est pas l'idée de Giroux.

On peut y apercevoir un bûcheron (la traduction littérale de « lumberjack ») à la barbe rousse dans un décor orange et noir, des clins d'œil évidents à Giroux et aux Flyers. Les Lumberjacks ont même pris soin de dessiner un tatouage sur le bras droit du bûcheron, le chiffre 28, qui représente en fait le logo de la Fondation Claude Giroux.

Tweet from @lumberjacks2017: pic.twitter.com/VvQDPEWhhi

« C'était notre façon de remercier Claude », a déclaré Patrick Vaillancourt, président des Lumberjacks, dans le Timmins Press cette semaine. « Son soutien financier est une des raisons pour lesquelles nous avons une équipe à Hearst maintenant, et nous sommes très reconnaissants de tout ce qu'a fait Claude pour notre ville. »

D'après Giroux, ce partenariat s'est fait naturellement.

« On s'était parlé pendant l'été, les représentants de la ville de Hearst et moi. C'était important pour eux et pour moi qu'il y ait une équipe à Hearst, a-t-il dit. Et je pense que les gens sont très excités à l'idée que ça se concrétise.

« Ils m'avaient montré le logo. C'est gentil qu'ils aient ajouté mon logo personnel sur leur personnage. J'ai très hâte de voir ce que ça va donner sur la glace. »

En voir plus