Skip to main content

Excès de vitesse en vue

La Finale de la Coupe Stanley entre les Sharks et les Penguins va offrir aux amateurs du jeu très rapide

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Il ne faudra pas trop cligner des yeux en Finale de la Coupe Stanley parce que ça va aller vite… Très vite!

La rapidité est la qualité la plus recherchée chez les 30 équipes de la LNH. Les amateurs de hockey comprendront pourquoi en voyant à l'œuvre les Penguins de Pittsburgh et les Sharks de San Jose, qui n'ont pas volé leur place dans l'acte final de la saison 2015-16.

 

Sidney Crosby a dit s'attendre à une série semblable à celle contre le Lightning de Tampa Bay.

« Deux équipes qui veulent préconiser le même style », a annoncé le joueur de centre vedette des Penguins.

Le choc va provoquer un déferlement d'action, semblable à ce qu'on a vu au cours des deux dernières périodes du match no 7 de la finale de l'Association de l'Est, jeudi.

Une Finale toute en turbulences, au cours de laquelle les changements de rythme et les revirements de situation se multiplieront parce que chacune des équipes voudra marquer le pas en dictant sa propre allure.

D'un côté les Joe Pavelski, Joe Thornton, Brent Burns et Logan Couture, de l'autre les Crosby, Evgeni Malkin, Kristopher Letang et le trio HBK au complet - (Carl) Hagelin, (Nick) Bonino et (Phil) Kessel.

Les Sharks sont très impressionnants. Après avoir liquidé les Kings de Los Angeles en cinq rencontres, ils en ont eu plein les bras avec les Predators de Nashville, avant de régler l'affaire en sept matchs. Contre les Blues de St.Louis, en finale d'association, ils ont nettement été la meilleure équipe même si la série a atteint les six matchs.

Les Penguins ont été tout aussi impressionnants en écartant de leur chemin les Rangers de New York (cinq matchs) et les Capitals de Washington (six) - champions du Trophée des Présidents en saison régulière. Ils ont toutefois éprouvé plus de difficulté contre le Lightning, ce qui augure mal pour la Finale face aux Sharks.

Le capitaine Pavelski est en mission, Thornton également. Sans enlever de mérite à Tyler Johnson et à Nikita Kucherov du Lightning, les deux vétérans des Sharks représenteront un défi plus costaud pour la défense des Penguins. Dans l'ensemble, les meilleurs éléments des Sharks ont été plus dominants que ceux des Penguins jusqu'à maintenant en séries. Burns a été supérieur à Letang en défense.

Le principal atout des deux équipes, c'est leur profondeur - comme c'est habituellement le cas pour les deux dernières équipes restantes en séries. À ce chapitre, les Penguins sont mieux nantis principalement en raison du brio de leur troisième trio, celui de Bonino, qui pourrait être le deuxième, voire le premier de plusieurs équipes de la LNH.

Le trio a eu son grand mot à dire dans les victoires contre les Rangers, les Capitals et le Lightning, avec une récolte de 45 points. C'est seulement cinq points de moins que le total de 50 points du gros trio des Sharks - Thornton, Pavelski et Tomas Hertl. Kessel est le meilleur buteur et marqueur des Penguins avec neuf buts et 18 points.

Les champions de l'Est doivent souhaiter que le trio ne tombe pas en panne, si près de l'objectif ultime.

L'autre grande intrigue de la série qui va s'amorcer au Consol Energy Center, lundi (20 h (HE); TVA Sports, CBC, NBC), c'est le gardien recrue des Penguins Matt Murray. Il doit s'attendre à être plus sollicité qu'il l'a été contre le Lightning. Saura-t-il être à la hauteur du haut de ses 22 ans? Marc-Andre Fleury pourrait être appelé en renfort de nouveau. Si tel devait être le cas, il ne faudrait pas que le vétéran rate sa seconde chance.

 

En voir plus