Skip to main content

Éviter le piège dans la section Atlantique

Tampa Bay, Boston et Toronto doivent maintenir le cap, même s'ils sont assurés d'une place en séries depuis belle lurette

par Siniša Šindik @SinisaSindik / Collaborateur LNH.com

Les trois équipes de tête de la section Atlantique, les Bruins de Boston, le Lightning de Tampa Bay et les Maple Leafs de Toronto, savent depuis belle lurette qu'ils feront partie des séries éliminatoires, ce qui historiquement n'a pas toujours été une bonne chose. 

Par le passé, on a souvent vu des équipes lever le pied en fin de saison lorsque leur place en séries était acquise, sans malheureusement être capable de remettre la machine en marche au bon moment. 

Dans le cas de la section Atlantique, deux de ces trois formations vont s'affronter en première ronde, ce qui rend la course au premier rang si importante.

Au cours des dernières semaines, les trois clubs ont (un peu) ralenti, mais pour différentes raisons. On vous propose aujourd'hui une analyse de chacune de ces équipes et de ce qui les attend d'ici la fin de la campagne.

Le Lightning ralentit (un peu)

Le Lightning, qui semble avoir le pied sur l'accélérateur depuis le début de la saison, a une fiche de 6-4-0 à ses 10 derniers matchs. La formation floridienne a perdu un deuxième match consécutif lundi soir, en s'inclinant 4-1 contre les Coyotes de l'Arizona. Il s'agissait d'une quatrième défaite à ses sept derniers matchs. Doit-on appuyer sur le bouton de panique?

Tout dépend si on voit le verre à moitié plein ou à moitié vide. Depuis le début du mois de mars, le Lightning a huit victoires en 12 matchs et a tout de même amassé 16 points sur une possibilité de 24.

Steven Stamkos a raté le dernier match en raison d'une blessure au haut du corps, mais devrait toutefois être à son poste jeudi face aux Bruins de Boston. Il n'a pas marqué à ses neuf dernières rencontres, même s'il a amassé neuf points durant cette séquence. À part Stamkos, Ryan Callahan est le seul autre joueur du Lightning à être tenu à l'écart du jeu.  

Video: PHI@TBL: Stamkos tire sur réception en A.N.

Or, si le Lightning est moins flamboyant, c'est probablement en raison du ralentissement de certains joueurs.

Yanni Gourde, dont le nom circulait dans les discussions entourant le trophée Calder, traverse une séquence plus difficile, avec cinq points à ses neuf derniers matchs, dont deux matchs de deux points. Même son de cloche du côté de Brayden Point (62 points), qui compte, lui aussi, cinq points à ses neuf dernière sortie, dont un match de trois points.

Andrei Vasilevskiy n'est pas le même gardien qu'en début de saison. Il a accordé trois buts ou plus dans sept de ses huit derniers matchs et présente un pourcentage d'arrêts de moins de ,920 durant cette période.

Une partie de la réponse provient également du travail en désavantage numérique. Depuis la date limite des transactions (26 février), la troupe de Jon Cooper présente la 27e pire unité en infériorité numérique ayant accordé 15 buts en 47 tentatives (68,1 pour cent).

Avec six matchs à faire, le Lightning a encore son destin entre les mains. Il affrontera deux fois les Bruins de Boston, dans deux véritables matchs de quatre points. Il croisera aussi le fer avec les Rangers de New York, les Predators de Nashville, les Sabres de Buffalo et les Hurricanes de la Caroline. 

Des blessés à Boston, et alors?

Avec le point acquis dans la défaite de 5-4 en tirs de barrage contre les Jets, mardi soir, les Bruins sont maintenant à un point du premier rang de la section Atlantique, détenu par le Lightning, avec encore un match en main. La formation de Bruce Cassidy connaît de bons moments, avec trois victoires à ses quatre derniers matchs, mais avait perdu quatre des six duels précédents.

Encore une fois, tout dépend de la façon dont on regarde la situation. Les Bruins ont une fiche de 10-2-3 à leurs 15 derniers matchs et ont accordé deux buts ou moins dans cinq de leurs sept derniers matchs. 

La formation est lourdement hypothéquée par les blessures. À l'infirmerie se trouvent présentement Rick Nash (haut du corps), Zdeno Chara (haut du corps), Jake DeBrusk (haut du corps), Charlie McAvoy (genou) et David Backes (coupure à la jambe). Ce sont là de très gros morceaux, mais ça ne semble pas déranger les Bruins.

En l'absence de gros canons, Brad Marchand a décidé de prendre les choses en main. L'attaquant de 29 ans est en feu, lui qui a récolté sept points (deux buts, cinq aides) à ses trois derniers matchs et dix points (trois buts, sept passes) à ses six derniers matchs.

Video: BOS@MIN: Marchand procure la victoire aux Bruins

Avec sept matchs à faire, les Bruins sont en très bonne position. Ils ont encore quatre matchs à domicile à disputer. Ils affronteront leur principal rival, le Lightning, à deux reprises, les Panthers de la Floride trois fois, les Flyers de Philadelphie et les Sénateurs d'Ottawa. 

Les Maples Leafs ont souffert sans Matthews

Parmi le trio de tête de la section Atlantique, les Maple Leafs affichent le plus faible rendement depuis la date limite des transactions, avec une fiche de 6-4-2 à leurs 12 derniers matchs. Ils se trouvent aujourd'hui à neuf points du premier rang. Avec six matchs à jouer, la tâche risque d'être très compliquée, probablement trop compliquée.  

La semaine dernière, les Leafs ont salué le retour de leur super vedette, Auston Matthews. Ce dernier avait dû rater dix matchs en raison d'une blessure à l'épaule. Sans lui, les Leafs ont souffert durant les quatre premiers duels, subissant trois défaites. Par la suite, les hommes de Mike Babcock se sont ressaisis en remportant quatre matchs consécutifs. 

S'ils veulent entrer en séries en grande forme, les Leafs devront espérer que l'attaque à cinq poursuive son bon travail. Depuis le 26 février dernier, Toronto présente le meilleur rendement avec l'avantage d'un homme (41,9 pour cent), avec un impressionnant total de 13 buts en 31 tentatives.

Video: TOR@NSH: van Riemsdyk ouvre la marque pour Toronto

En revanche, ils devront peaufiner le travail en infériorité numérique, eux qui ont un taux d'efficacité de 76,7 pour cent depuis le 26 février. Les Torontois auront aussi besoin d'un apport un peu plus soutenu de William Nylander, qui n'a que six points à ses 12 derniers matchs, dont seulement trois buts.

D'ici la fin de la saison, les Maple Leafs auront quatre matchs à domicile. Ils feront face aux Panthers de la Floride, aux Islanders de New York, aux Jets de Winnipeg, aux Sabres de Buffalo, aux Devils du New Jersey et aux Canadiens de Montréal. 

Avec un affrontement Bruins-Leafs ou Lightning-Leafs en première ronde, la fin de saison risque d'être palpitante. Reste à savoir qui aura le dessus.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.