Skip to main content

Étoiles : les entraîneurs ne sont pas préoccupés par la sécurité d'emploi

Cassidy et Tocchet font partie de ceux qui croit « que tu ne peux pas t'inquiéter avec ce genre de choses »

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste NHL.com

ST. LOUIS - Bruce Cassidy a ri et a même fait une blague à son endroit lorsque le sujet de la sécurité d'emploi pour les entraîneurs de la LNH a fait surface, car que pourrait faire d'autre l'homme qui dirige les Bruins de Boston à part prendre ça avec un grain de sel. 

« Peter Laviolette, Peter DeBoer, Gerard [Gallant], tous des finalistes de la Coupe Stanley qui n'ont pas gagné dans les dernières années, a dit Cassidy. Alors, j'ai commencé à penser, qui a perdu en Finale de la Coupe l'an passé? Ce gars est le prochain. »

À LIRE AUSSI : Pastrnak nommé joueur par excellence du Match des étoilesLa section Pacifique championne de nouveau

Cassidy est celui qui s'est incliné en Finale de la Coupe Stanley la saison dernière alors que ses Bruins affrontaient les Blues de St. Louis. Gallant a perdu avec les Golden Knights de Vegas contre les Capitals de Washington en 2018, Laviolette avec les Predators de Nashville contre les Penguins de Pittsburgh en 2017 et DeBoer avec les Sharks contre ces mêmes Penguins en 2016.

Gallant a été congédié par Vegas le 15 janvier et remplacé par DeBoer, qui avait été limogé par les Sharks le 11 décembre. Laviolette a pour sa part été remercié par les Predators le 6 janvier avant d'être remplacé par John Hynes, lui aussi congédié plus tôt cette saison par les Devils du New Jersey (3 décembre).

Il n'y a pas si longtemps, ils pensaient tous que leur emploi était en sécurité.

Et maintenant?

« Le sport a prouvé que personne n'est réellement en sécurité », a affirmé Cassidy. 

Il y a eu sept changements d'entraîneurs dans la Ligue cette saison. Cinq étaient liés aux performances de l'équipe, dont celui de Mike Babcock par les Maple Leafs de Toronto le 20 novembre, et deux (Jim Montgomery, Stars de Dallas et Bill Peters, Flames de Calgary) étaient reliés à des comportements préoccupants.  

Ces sept changements sont encore bien loin des 11 et du record de la Ligue pour une seule saison (2002-03), mais ils sonnent une cloche à la communauté des entraîneurs quand ça inclut trois des quatre derniers pilotes s'étant rendus en Finale de la Coupe Stanley.

« Je ne pense pas à ce genre de choses, mais quand un gars comme Gallant est congédié, ça vous fait réfléchir », a relaté l'entraîneur des Coyotes de l'Arizona Rick Tocchet. « Je crois que la relation avec le directeur général et le propriétaire est cruciale. Mais en tant qu'entraîneur tu ne peux pas te soucier de la possibilité d'être congédié. »

Video: ATL@PAC: Pastrnak marque du revers en échappée

C'est la façon de penser des quatre entraîneurs qui étaient au Match des étoiles Honda 2020 au Enterprise Center (Tocchet, Cassidy, Todd Reirden des Capitals et Craig Berube des Blues) - se concentrer sur le présent et faire de son mieux sans se soucier de ce qui pourrait survenir. 

Cassidy croit cependant que ce qui est arrivé cette saison redéfinit quelque peu la sécurité d'emploi pour la communauté des entraîneurs. 

« Nous étions habitués de voir des gars qui pouvaient probablement faire 10 ans, a expliqué Cassidy. Vous n'avez qu'à penser à Al Arbours. Il a gagné, d'accord, mais peut-être même que d'autres gars qui n'ont peut-être pas gagné autant pourraient rester six, sept, huit ans. Aujourd'hui, dans le meilleur des mondes, vous pouvez peut-être compléter deux contrats, donc environ six ans. »  

L'entraîneur du Lightning de Tampa Bay Jon Cooper est actuellement celui qui est en poste depuis le plus longtemps avec la même équipe dans la LNH. Il a été engagé le 25 mars 2013 et en est donc à sa sixième saison complète.

Cassidy, engagé par les Bruins le 7 février 2016, en est à sa quatrième saison complète, ce qui fait de lui le sixième entraîneur titulaire du même poste depuis le plus longtemps et un des neuf entraîneurs à avoir été à la barre de la même équipe pour les trois dernières saisons.

Quatorze entraîneurs sont en poste depuis moins d'un an.

« Mais je suppose que pour les gars comme moi, pourvu qu'ils te réengagent, vous êtes correct, a dit Cassidy. Quand ils arrêtent de vous réengager, quand vous êtes rendus trop vieux, c'est à ce moment que je vais trouver ça moins drôle. » 

Avec les attentes élevées auxquelles les entraîneurs font face aujourd'hui, les changements peuvent survenir à n'importe quel moment.

« Est-ce que je dors la nuit? Est-ce que c'est ce que vous demandez? Ça fait partie du contrat dans lequel nous nous engageons », a rigolé Cassidy.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.