Skip to main content

Erik Karlsson des Sénateurs a amené son jeu à un autre niveau

Grâce aux quatre mentions d'aide primaire et au jeu inspiré du défenseur, Ottawa se trouve à un gain d'éliminer les Bruins

par Amalie Benjamin @AmalieBenjamin / Journaliste NHL.com

BOSTON - Il est facile de s'émerveiller devant Erik Karlsson, sa vitesse, son coup de patin et sa vision. Il est facile de se demander comment il réussit tout ça, comment quelqu'un peut être à ce point bon, rapide et intelligent quand vient le temps de décider quoi faire et quand le faire sur la glace. La seule personne que cela n'émerveille pas, toutefois, est Karlsson lui-même. 

Il n'est pas ébloui. Il n'est pas impressionné. 

Lorsqu'il a été questionné à ce propos, plus précisément sur sa passe qui a mené au seul but dans un gain des Sénateurs d'Ottawa 1-0 sur les Bruins de Boston au TD Garden mercredi, il a haussé les épaules en disant : « C'est ce que je suis payé pour faire ».

Techniquement, oui. Néanmoins, il est difficile de dire qu'il faut s'attendre à ce que tout autre joueur joue aussi bien.

Jusqu'ici dans cette série, il a été presque aussi régulier qu'une horloge. Un autre match, une autre passe de classe mondiale de la part de Karlsson. C'est son brillant relais à Derick Brassard qui a mis la table au but gagnant dans le match no 2. C'est sa passe soulevée sur toute la longueur de la glace à Mike Hoffman qui a mené au premier filet du match no 3. Ce fut son tir-passe qui a été capté par Bobby Ryan, auteur du seul but de match no 4, ce qui a placé les Sénateurs en avant 3-1 dans leur série de première ronde de l'Association de l'Est. 

« Dès que [Brassard] a eu un peu de temps, je savais qu'il allait me remettre la rondelle, et je savais que Bobby se trouvait là, a expliqué Karlsson. J'ai tenté de ne pas trop montrer mes intentions et j'ai effectué une feinte de lancer. Heureusement, il est parvenu à bien contrôler le disque et à le pousser dans le filet, d'une manière ou d'une autre. »

Bien sûr qu'il l'a fait.

Les Sénateurs ont marqué 10 buts dans cette série. Karlsson a obtenu une mention d'aide primaire sur quatre d'entre eux. 

« Ce que j'aime, c'est qu'Erik a élevé tous les traits d'un joueur d'élite à un autre niveau, a souligné l'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher. Oui, il a toujours été très bon offensivement, il a toujours eu cette vision, il a toujours eu ce talent, mais ce qu'il a fait cette année, c'est qu'il a utilisé ses dons dans les bons moments pour les bonnes raisons. 

« Il a exercé le bon leadership dès le départ. Il n'inspire pas seulement ses coéquipiers parce qu'il joue très bien dans sa zone et qu'il paie le prix défensivement. Il le fait aussi parce qu'il s'implique au bon moment en attaque. Encore une fois, cela vient avec la maturité et la volonté d'adhérer au système. »

Mais autant Karlsson peut hausser les épaules, rediriger les louanges et faire comme si sa manière de jouer était normale, ses coéquipiers ne vont pas l'imiter. 

Lorsqu'il lui a été demandé si Karlsson jouait de manière différente récemment comparativement à d'habitude, l'attaquant Zack Smith a répondu, « de manière surhumaine? ».

« Nous le voyons jouer toute l'année en saison régulière, et nous voyons certains des jeux qu'il peut réaliser, a poursuivi Smith. Il est difficile d'imaginer qu'il peut atteindre un autre niveau à l'aube des séries, mais c'est ce qu'il fait. Certains des jeux qu'il a réussis jusqu'ici - tout le monde a vu sa passe soulevée au cours du dernier match - et ce soir, sa passe à Ryan est un jeu que très, très peu de joueurs peuvent réussir. »

Chaque joueur tente d'élever son jeu d'un cran, a admis Smith. Mais peu peuvent le faire comme le fait Karlsson. Tout d'abord, peu de joueurs affichent son niveau, et ensuite, peu de joueurs peuvent en offrir davantage. 

Alors, oui, a répondu Ryan, les joueurs commencent à manquer de qualificatifs pour décrire leur capitaine. 

Mais même si les mots leur manquent, que les adjectifs sont utilisés à outrance, ils sont plus qu'heureux de continuer à tenter de trouver de nouvelles façons de le décrire. Car si les Sénateurs continuent à devoir répondre à ce type de questions, cela signifie que Karlsson continue d'évoluer à un niveau complètement fou, et à jouer d'une manière que presque personne ne peut imiter. 

« Il est notre meilleur joueur et peut-être le meilleur joueur au monde, alors vous savez que chaque soir, il va trouver une manière d'ouvrir le jeu, que ce soit en tirant ou en réalisant des jeux comme celui qu'il a réussi ce soir », a expliqué Ryan.

Et ce n'est pas que ça. Si sa passe à Brassard dans le match no 2 a été remarquée, les paroles que Karlsson a adressées à Brassard, alors qu'il a enguirlandé son coéquipier en raison de jeux qu'il jugeait inacceptables, surtout le but inscrit par Tim Schaller à court d'un homme en infériorité numérique, l'ont été tout autant. 

Il force les joueurs à se regarder dans le miroir et à évaluer leurs efforts et leur rendement, il leur montre qu'il fait tout ce qu'il peut, et il demande la même chose de la part des joueurs autour de lui. Il est dur avec lui-même, et avec les autres. 

« Il s'attend à cela chaque soir, a avoué Ryan. Il s'attend à ce que nous donnions le meilleur de nous-mêmes, et il demande le meilleur de tous ceux qui l'entourent. »

Cette influence peut être vue, ressentie et comprise. Elle est logique. 

« Lorsque votre meilleur joueur adhère au plan de match comme ça, cela a une incidence sur toute l'équipe, qui voudra suivre son exemple, a indiqué Boucher. Lui et Dion [Phaneuf] ainsi que d'autres joueurs, comme [Chris Kelly], ils ont fait un travail incroyable afin de rassembler tout le monde et de diriger l'équipe dans la même direction. 

« Pour moi, c'est ce qui explique tout. Oui, il réalise des jeux sensationnels, mais cela va plus loin que ça. Ce joueur a atteint un autre niveau, dans tous les aspects du jeu. »

En voir plus