Skip to main content

Eric Staal prend des appels chez lui à Thunder Bay

Le vétéran centre admissible à l'autonomie sans compensation cherche un nouveau départ à l'âge de 31 ans

par Tom Gulitti @tomgulittinhl / Journaliste NHL.com

Depuis l'ouverture samedi dernier de la période des entrevues des joueurs admissible à l'autonomie sans compensation, Eric Staal est demeuré bien tranquille à sa maison de Thunder Bay, en Ontario, à recevoir des coups de téléphone provenant de « plusieurs équipes » qui pourraient être intéressées, selon son agent Rick Curran.

Contrairement à plusieurs gros noms qui seront admissibles au statut de joueur autonome sans compensation vendredi sur le coup de midi, Staal n'a pas visité les villes où il serait intéressé à jouer.

« Je demeure à Thunder Bay, a-t-il indiqué mardi. Ce n'est pas évident d'aller quelque part d'ici. J'ai cependant eu plusieurs bonnes conversations et c'est très différent. C'est un processus intéressant. »

 

Staal, qui a joué 12 ans pour les Hurricanes de la Caroline et qui semblait destiné à terminer sa carrière là-bas, se retrouve maintenant en territoire inconnu. Les Hurricanes étaient en mode reconstruction et Staal, qui en était à la dernière année de son contrat de sept ans d'une valeur de 57,75 millions $, a donc levé sa clause de non-échange pour accepter de passer aux Rangers de New York le 28 février dernier.

 

La chance d'évoluer en compagnie de son frère Marc n'a cependant pas donné les résultats escomptés. Les Rangers ont été éliminés en cinq parties dès le premier tour dans l'Association de l'Est des séries éliminatoires de la Coupe Stanley par les éventuels champions, les Penguins de Pittsburgh. Eric Staal ne s'est pas inscrit au pointage lors de la série. Il a obtenu sept tirs au but et a montré un différentiel de moins-7.

 

L'attaquant de 31 ans recherche maintenant la bonne équipe afin de revigorer sa carrière en déclin. Son total de 13 buts et 26 aides en 2015-16 représente sa plus faible récolte de points depuis sa saison recrue en 2003-04.

 

« J'ai eu une belle carrière, mais je pense que je peux encore donner du bon hockey a-t-il indiqué. Les deux dernières années ont été difficiles en Caroline. Je veux une nouvelle chance de me joindre à un bon groupe et j'espère montrer à tous ce que je peux faire ou tout simplement redevenir le joueur que j'étais. »

 

Staal a remporté la Coupe Stanley avec les Hurricanes en 2006 et a participé quatre fois au Match des étoiles. Il n'y a pas si longtemps, il aurait certainement été l'un des joueurs les plus en demande sur le marché des joueurs autonomes. Mais au cours des derniers jours, on se demande beaucoup plus où aboutiront Steven Stamkos, Milan Lucic, Loui Eriksson et Kyle Okposo.

 

« Avec tous ces noms, Staal est un peu dans l'oubli », a révélé l'analyste John MacLean de NHL Network.

 

MacLean, qui a dirigé Staal chez les Hurricanes alors qu'il était entraîneur adjoint, croit qu'un changement de décor sera peut-être profitable après avoir joué si longtemps au même endroit.

 

« J'ai été surpris de voir que ça n'a pas bien fonctionné à New York, a avoué Maclean. Je crois que la clé du succès pour Eric, c'est de se retrouver au sein des six premiers attaquants d'une équipe. Il préfère évoluer au centre après avoir connu du succès aussi longtemps à cette position. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose pour lui de jouer à l'aile à condition d'être au sein d'un des deux premiers trios. À New York, il jouait au sein de la troisième ligne. Pour connaître du succès, il doit absolument jouer au sein des deux premières unités offensives.

 

« Il mesure 6 pieds 4 pouces, patine encore très bien et peut vous donner des points. Il doit absolument jouer ce rôle pour connaître du succès. »

 

MacLean a raison quand il avance que Staal préfère jouer au centre et surtout être l'un des six premiers attaquants d'une équipe. Avoir une chance de gagner est une priorité beaucoup plus importante que la longueur du contrat qu'il signera.

 

« Tous les joueurs veulent se retrouver dans une position pour connaître du succès, a mentionné Staal. Je pense avoir encore de bonnes années devant moi, compétitionner à un haut niveau et me mesurer aux meilleurs joueurs de la ligue. Je veux donc me donner la chance d'atteindre ces buts. Je veux que ma prochaine équipe croit que je peux être un facteur important. »

 

Même si son expérience avec les Rangers a été courte, Staal a bien aimé se retrouver en séries de fin de saison. C'était sa première participation aux éliminatoires depuis 2009 et seulement sa troisième en carrière.

 

« Cela a été fantastique de sauter sur la glace à Pittsburgh pour le premier match et sentir l'atmosphère dans l'amphithéâtre a-t-il avoué. J'en ai eu la chair de poule pendant un bon deux ou trois minutes. En tant que joueur, vous voulez ressentir ces choses. »

 

Même s'il était confortable avec les Hurricanes, ces sensations lui ont manqué au cours des sept dernières campagnes. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne retournera pas là-bas, mais les Hurricanes n'ont démontré aucun intérêt jusqu'ici.

 

« Je suis ouvert à toutes les possibilités, a dit Staal. Mais de la façon dont ça s'est terminé en Caroline, d'avoir été échangé et de voir où ils s'en vont, je ne pense pas vraiment les intéresser. D'un autre côté, j'ai passé toute ma carrière là-bas et j'ai aimé cela. C'est une belle organisation, il y a de bonnes personnes, c'est un bon endroit, alors je ne ferme pas la porte. 

 

« Ce doit cependant être comme cela des deux côtés et nous n'avons pas vraiment discuté l'an dernier. J'ai finalement été échangé à la date limite des transactions. C'est la vie et ça me va. Je suis heureux et excité de voir ce qui va maintenant se passer. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.