Skip to main content

Entre les poteaux: Les vétérans tiennent encore tête aux jeunes loups

Notre chroniqueur Mathieu Garon nous explique comment les gardiens s'adaptent à mesure qu'ils avancent en âge

par Mathieu Garon @OuiOui_32 / Chroniqueur LNH.com

Mathieu Garon a disputé 12 saisons dans la LNH et signé 144 victoires en 341 matchs. Il a porté les couleurs des Canadiens de Montréal, des Kings de Los Angeles, des Oilers d'Edmonton, des Penguins de Pittsburgh, des Blue Jackets de Columbus et du Lightning de Tampa Bay. Mathieu a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine pour nous faire découvrir l'univers des gardiens de la LNH.

Personne ne peut prédire comment la carrière d'un gardien va évoluer à mesure qu'il prend de l'âge. Si le noyau des gardiens de la ligue est composé de gardiens dans la fin de la vingtaine et le début de la trentaine, des cerbères défient le temps et s'imposent toujours malgré leur âge avancé. Tout cela sans oublier les jeunes loups qui soufflent dans le cou de leurs aînés.

Les styles diffèrent un peu entre chaque groupe, mais ce qui change le plus au fil des ans est la maturité et la manière de performer. 

Les gardiens de 35 ans et plus, groupe qui comprend notamment les Roberto Luongo, Henrik Lundqvist et Pekka Rinne, sont encore capables de disputer beaucoup de matchs. Leurs entraîneurs doivent toutefois leur octroyer plus de repos, car il est plus difficile de récupérer lorsqu'on vieillit et notre corps devient plus vulnérable aux blessures. 

Parlez-en à Luongo qui a vu son nom être inscrit sur la liste des blessés à de multiples occasions déjà cette saison. Les aines, genoux, hanches et bas du dos sont propices aux raideurs et blessures. 

La manière de se préparer pour un match ou un entraînement change beaucoup avec l'âge pour un gardien. Beaucoup plus d'étirements sont nécessaires pour un gardien plus vieux. Je me souviens de mes premières saisons dans la LNH, alors qu'il était simple de se préparer pour une pratique matinale. Un étirement de quelques minutes et mon corps était prêt pour l'entraînement. À maintes reprises ai-je entendu des vétérans me dire lorsque je m'étirais : « prends soin de ton corps et ton corps prendra soin de toi » ou « étire ta carrière ». Au fur et à mesure que les saisons passaient, plus de temps était requis pour arriver au même résultat. J'ai alors compris ce que mes coéquipiers plus âgés voulaient dire.

Certains gardiens vont modifier leur équipement en vieillissant. À une certaine époque, pour contrer leur manque de vitesse, plus les gardiens vieillissaient, plus leurs jambières étaient longues. Luongo a pour sa part apporté quelques changements, dont des bâtons plus légers et des patins incluant une semelle qui lui permet de pousser plus facilement lorsqu'il se trouve à genoux.

Quand on parle de gardiens de cet âge, on pense que leurs plus beaux jours sont derrière eux, souvent avec raison, mais Rinne a quand même su mener ses Prédateurs jusqu'en Finale de la Coupe Stanley l'an dernier et connaît une autre saison sensationnelle. Ces gardiens expérimentés savent bien comment gérer leur énergie et sauront comment faire des arrêts non conventionnels qui datent souvent d'une autre époque.

Video: OTT@NYR: Lundqvist prive Hoffman du premier but

Les gardiens qui sont autour de la trentaine sont souvent à l'apogée de leur carrière. L'histoire est différente pour chacun, mais normalement, à cette période de leur carrière, ils ont acquis plus d'expérience et de maturité. Ce sont les Sergei Bobrovsky, Braden Holtby, Corey Crawford, Jonathan Quick et Carey Price. Ils ont appris de leurs erreurs et sont encore assez jeunes pour avoir pu ajouter à leur style certaines nouveautés comme le RVH (Reverse vertical horizontal) qui est la nouvelle tendance.

Si le style papillon pratiqué largement par les gardiens plus âgés n'aide aucunement la cause des blessures et raideurs de hanche et genoux chez les portiers, l'apparition du RVH augmente également les problèmes de genoux et surtout de chevilles de par la position de la jambière contre la glace et l'inclinaison du corps vers le poteau. Les gardiens plus jeunes ne sont donc pas davantage à l'abri de blessures que ne l'étaient leurs aînés.

Les jeunes gardiens qui ont entamé leur carrière récemment comme Matt Murray, Andrei Vasilevskiy, Connor Hellebuyck, John Gibson et Malcolm Subban seront les étoiles de demain. Bien que la plupart d'entre eux sont déjà des rouages importants dans leurs équipes respectives et performent parfois au-delà des attentes, un peu plus d'expérience viendra solidifier leurs prouesses et plus de maturité apportera du calme et du contrôle dans leur façon de jouer. Ils ont tous une foudre dans leurs déplacements et nous en font voir de toutes les couleurs avec leurs arrêts à couper le souffle.

Video: ANA@VGK: Gibson sort la mitaine et vole Tuch

Certains jeunes gardiens ne seront pas capables de garder le rythme pour l'étape suivante, certains seront encore meilleurs, mais chose certaine, tous les gardiens qui savent dominer leur sport à l'âge de 35 ans ou plus commandent énormément de respect.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.