Skip to main content

Entre les poteaux : Victimes de tireurs d'exception

Notre chroniqueur nous explique comment les gardiens gèrent la présence de tireurs de la trempe de Stamkos et d'Ovechkin en avantage numérique

par Mathieu Garon @OuiOui_32 / Chroniqueur LNH.com

Mathieu Garon a disputé 12 saisons dans la LNH et signé 144 victoires en 341 matchs. Il a porté les couleurs des Canadiens de Montréal, des Kings de Los Angeles, des Oilers d'Edmonton, des Penguins de Pittsburgh, des Blue Jackets de Columbus et du Lightning de Tampa Bay. Mathieu a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine pour nous faire découvrir l'univers des gardiens de la LNH.

Alex Ovechkin approche des 600 buts dans la LNH, et nombre de ces buts ont été inscrits de la même manière. On peut en dire autant de la part de Steven Stamkos, et d'autres joueurs dotés d'un tir foudroyant qu'ils décochent sur réception en avantage numérique.

Le gardien, comme tous les joueurs sur la glace et les partisans dans les gradins, sait très bien ce qui se dessine quand ces joueurs sont sur la patinoire, mais cela ne les empêche pas d'accorder des buts à ces joueurs d'exception.

Copier-coller

L'un des secrets les moins bien gardés de la LNH est fort probablement la manière dont ces joueurs s'y prennent pour marquer la plupart de leurs buts. Leur fameux tir sur réception du haut du cercle des mises en jeu, plus particulièrement en avantage numérique, a fait de nombreuses victimes.

Si tout le monde sait ce qui va se produire, pourquoi continuent-ils d'avoir autant de succès?

En tant que gardien, nous savons que le lancer sur réception viendra sous peu, et lorsque l'on regarde à la télévision, on peut voir le jeu se dessiner tranquillement et les partisans peuvent se demander pourquoi ils sont toujours laissés à découvert. Les séances de vidéos d'avant match qui servent à préparer l'infériorité numérique de chaque équipe démontreront bien de quelle manière les équipes adverses s'y prennent pour réussir régulièrement à refiler la rondelle à ces francs-tireurs. Mais malgré cela, il demeure très ardu de se défendre contre ces attaques massives.

Lorsque l'on doit faire face à cinq joueurs dotés d'habiletés supérieures à la moyenne au chapitre des passes et des tirs, on doit respecter chaque membre présent sur l'avantage numérique. Si l'on triche pour couvrir un Ovechkin ou un Stamkos, un autre joueur sera laissé à découvert, et on est susceptible d'offrir d'autres options à l'équipe adverse.

Video: WSH@CBJ: Ovechkin crée l'égalité avec un tir frappé

Et que dire de l'aplomb et de la précision de leurs lancers! En tant que gardien, lorsqu'on effectue notre poussée latérale de gauche à droite pour contrer le tir sur réception de ces tireurs d'élite, on s'assure de sceller la partie inférieure du filet. Il ne reste qu'à réagir avec nos bras et le haut de notre corps pour les tirs élevés. Évidemment, ce n'est pas aussi simple à effectuer qu'à écrire. Pour le gardien, le temps de réaction pour contrer ces puissants tirs lorsqu'il est en mouvement n'est que d'une fraction de seconde. Pour être honnête, on espère qu'ils nous touchent avec la rondelle ou encore mieux qu'ils manquent la cible.

Le moment où nous devenons le plus vulnérables à un but de ce genre est lorsque nous sommes convaincus que le porteur de la rondelle détient une chance en or de décocher un tir et que nous pensons que notre défenseur est positionné dans la ligne de passe pour éliminer l'option du haut des cercles des mises en jeu.

Il est de mise de modifier son approche lorsque l'on sait que le tireur à notre droite est l'élément le plus dangereux auquel nous devrons faire face, mais encore une fois, tricher à son endroit n'est pas productif. Il faut respecter toutes les options devant nous.

Incliner son chapeau

Tous les gardiens qui ont alloué un but de la sorte à Ovechkin ou Stamkos, de leur endroit de prédilection, vous diront qu'ils savaient exactement où ils étaient situés sur la glace et qu'ils savaient que le coup de canon allait venir d'un moment à l'autre. Il est néanmoins difficile de blâmer le gardien après avoir donné ce genre de but.

En raison du positionnement des joueurs adverses et de l'angle qu'ils se donnent, il est pratiquement impossible pour le joueur défensif de tenter de glisser pour bloquer le disque. Nombreux sont les portiers qui ont été victimes de ce sort, et ils ont tous été forcés d'admettre que parfois il faut incliner notre chapeau devant ces joueurs aux aptitudes supérieures.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.