Skip to main content

Entre les poteaux : Écrans, déviations et contacts devant le filet

Notre chroniqueur Mathieu Garon nous parle des défis que posent aux gardiens les joueurs qui foncent vers eux ou qui se postent devant leur filet

par Mathieu Garon @OuiOui_32 / Chroniqueur LNH.com

Mathieu Garon a disputé 12 saisons dans la LNH et a signé 144 victoires en 341 matchs. Il a porté les couleurs des Canadiens de Montréal, des Kings de Los Angeles, des Oilers d'Edmonton, des Penguins de Pittsburgh, des Blue Jackets de Columbus et du Lightning de Tampa Bay. Mathieu a accepté de collaborer avec l'équipe de LNH.com chaque semaine pour nous faire découvrir l'univers des gardiens de la LNH.

L'action devant le demi-cercle du gardien de but ne manque jamais lors d'un match de la LNH. Lorsque la rondelle se situe en zone défensive, le cerbère doit constamment lutter pour protéger son territoire et être en mesure de voir la rondelle. 

Il n'y a rien de plus frustrant que d'avoir la vue voilée continuellement. Heureusement que la ligue nationale a implanté une plus grande protection pour les gardiens depuis quelques années. Dès qu'il y a contact et que ceux-ci ne peuvent se repositionner, les buts sont normalement refusés. 

Ça n'empêche pas que le gardien doit quand même vivre avec un adversaire près de son espace de travail continuellement. La plupart du temps, il y a aussi un coéquipier d'impliqué, qui crée encore plus de mouvement. Il n'est pas surprenant de voir un si grand nombre de buts chaque soir résultant d'une déviation ou d'une circulation abondante devant la cage. Les gardiens semblent inlassablement vulnérables et sans réponse face à ces situations. 

Les gardiens dotés d'un plus grand gabarit peuvent être avantagés dans ces situations, mais la position du gardien fait une grande différence. On veut tenter d'être le plus près possible du joueur qui nous voile la vue ou qui fait dévier la rondelle. Il est plus facile de voir autour d'un joueur près de nous que s'il se situe plus haut dans l'enclave. On veut regarder à gauche et à droite et même parfois au-dessus des épaules du joueur si celui-ci est plus petit. Il faut repérer à tout prix le disque avant qu'il soit décoché vers le filet. Sinon, on se fie aux probabilités et à la chance en espérant se faire frapper par la rondelle. On veut garder l'écran à proximité de nous, car s'il fait dévier le disque, celui-ci changera moins de trajectoire. Voici deux exemples qui démontrent la différence entre une déviation rapproche et une qui se produit plus loin du filet.

Avec une déviation près de lui, le gardien peut être en situation de bloc et sceller les trous. 

Video: undefined

Avec un joueur plus loin du demi-cercle, la réaction du gardien doit généralement être plus grande, et il est très difficile de bouger à temps.

Video: CAR@ANA: Williams redirige le tir de van Riemsdyk

Il y a souvent plusieurs coups de bâton qui s'échangent entre le gardien et le joueur adverse. Les arbitres en laisseront généralement passer quelques-uns et le gardien profitera d'une plus grande latitude, mais lorsqu'il recevra un avertissement, le moindre geste par la suite sera puni. Certains utilisent leur gant pour repousser l'écran devant eux, mais il est beaucoup plus logique de garder le joueur près de soi, comme je l'ai déjà mentionné. On peut par contre avoir affaire avec une peste comme Sean Avery et devoir garder son sang-froid comme l'avait fait Martin Brodeur, dans son désormais légendaire face-à-face avec la petite peste au cours des séries éliminatoires de la Coupe Stanley en 2008.

Les gardiens sont très vulnérables aux contacts en raison de leur position immobile et fortement agenouillée. Les joueurs tentent de se créer un chemin vers le filet à toute allure et foncent vers un gardien sans défense. Beaucoup de blessures sont attribuées à un adversaire ou un coéquipier qui tombe sur un gardien en mauvaise posture. Plusieurs cas de commotions cérébrales et de déchirures ligamentaires aux genoux sont survenus à la suite de contacts avec des joueurs qui n'ont pu éviter les gardiens après avoir foncé vers la cage adverse.

L'un des meilleurs joueurs actifs pour créer de l'obstruction et voiler la vue des gardiens est probablement Brian Boyle des Devils. Ce géant de 6 pieds 6 pouces utilise avec brio son gabarit pour aveugler les hommes masqués.

Mais le meilleur pour dévier les rondelles était sans aucun doute Tomas Holmstrom des Red Wings, qui a fait carrière dans la ligue nationale en se positionnant devant les cages adverses et en redirigeant tout ce qui passait à ses côtés.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.