Skip to main content

En santé cette fois, Dominik Hasek a fait le travail pour pas cher

LNH.com @NHL

DETROIT (PC) - Dominik Hasek a beaucoup crié après ses joueurs depuis le début des séries: pour s'enlever de son champ de vision, pour aller chercher une rondelle dans un coin de patinoire, pour enlever un adversaire de devant lui...

"Je dois voir - j'ai entendu ça beaucoup", a reconnu le défenseur Niklas Lidstrom.

Mais les résultats sont là et si les Red Wings de Detroit vont entreprendre la finale de l'Association Ouest contre les Ducks d'Anaheim vendredi, c'est beaucoup à cause du vétéran gardien de 42 ans, redevenu le "Dominator" qu'il était lorsqu'il a gagné la coupe Stanley à Detroit en 2002, après avoir constitué une distraction à Ottawa la saison dernière à la suite d'une blessure à la hanche subie aux Jeux de Turin.

Plusieurs ont pourtant cru que le directeur général Ken Holland était tombé sur la tête quand il a rengagé Hasek qu'on pouvait croire au bout du rouleau.

"La différence c'est qu'il est resté en santé", a expliqué son coéquipier encore plus âgé Chris Chelios.

Les 750 000 $ consentis à Hasek pour un contrat d'un an auront donc valu des millions et apparaissent comme une des meilleures aubaines sinon la meilleure de la saison dans la LNH.

"C'est la vie, constate Hasek sans amertume. J'ai accepté l'offre à cause de la période de l'année et parce que j'avais été blessé la saison précédente. Nous avons accepté un petit contrat avec des bonis. Je ne suis pas du tout fâché."

Hasek n'est pas dans la dèche: il reçoit un boni pour chaque ronde éliminatoire gagnée et il s'enrichira de 1,1 million $ supplémentaire s'il gagne la coupe Stanley.

Les Red Wings étaient supposés s'éteindre à la suite de la retraite de Steve Yzerman et du départ de Brendan Shanahan, et le retour de Hasek n'avait pas créé d'engouement à Hockeytown.

"J'ai signé avec les Red Wings parce que je croyais que c'était une équipe très talentueuse qui avait une chance", a précisé ce dernier.

Hasek montre une moyenne de 1,97 en matchs éliminatoires, la deuxième meilleure parmi les gardiens ayant pris part à 100 matchs ou plus.

Martin Brodeur domine avec une moyenne de 1,93, Turk Broda est troisième à 1,98, suivi de Jacques Plante et Ed Belfour à 2,17.

En voir plus