Skip to main content

Dupuis n'a pas fait le saut chez les retraités

Tous les jours, le Québécois souhaiterait encore jouer

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

PITTSBURGH - Quand Pascal Dupuis prend place sur la tribune de presse pour griffonner des notes sur un bout de papier dans son nouveau rôle de soutien au personnel d'entraîneurs des Penguins de Pittsburgh, il lui arrive d'avoir à emprunter un stylo à son voisin.

C'est que, voyez-vous, Pascal Dupuis est encore un joueur de hockey dans sa tête. Dimanche, c'était plus fort que lui: il s'est installé à une table à l'occasion de la Journée des médias, réservée pour les entrevues avec les joueurs des équipes finalistes de la Coupe Stanley.

 

« Je n'ai pas encore fait le saut du côté des retraités », a reconnu l'ancien attaquant des Penguins, qui a été contraint de mettre un terme à sa carrière au début de la saison en raison de problèmes de santé.

« Je suis en paix avec la décision que j'ai prise, mais pas en paix avec moi-même, a-t-il repris. Tous les jours, je voudrais être encore un joueur. Je me considère encore comme un joueur. Je porte ma barbe des séries. »

Dupuis a essayé de décrocher au moment où il a dû se résoudre à prendre sa retraite en décembre, à l'âge de 36 ans. De demeurer à l'écart était devenu insoutenable pour lui, au point où il a tenu à revenir dans le giron des Penguins.

On l'occupe en l'impliquant avec le personnel d'entraîneurs, au même titre que le défenseur retraité Sergei Gonchar. Il voyage avec l'équipe. À défaut d'être en paix avec lui-même, il peut donc y aller de recommandations et d'encouragements.

« Je me pointe à l'aréna et j'ai mon casier pour me changer avec les gars. Je mets le même survêtement qu'eux et je les accompagne dans leur routine de préparation. Je reste avec eux jusqu'à ce qu'ils se rendent dans le vestiaire avant les matchs.

« Après, j'enfile mon complet et je monte sur la tribune de presse afin de prendre des notes. Je redescends entre les périodes faire part de mes observations à l'entraîneur Mike Sullivan. C'est mon nouveau rôle. Je trouve ça difficile. Ça le sera davantage en voyant les gars en Finale de la Coupe Stanley, mais j'essaie d'aider l'équipe du mieux que je peux. »

Le Lavallois, à qui on accorde d'excellentes chances de remporter le trophée Masterton le 22 juin, apprécie énormément toutefois que les Penguins le fassent sentir comme un membre à part entière de l'équipe.

« Je suis passé par là deux fois en Finale de la Coupe Stanley. Je peux sans doute faire profiter mon expérience aux plus jeunes.

« Le jeu va être tellement intense, le moindre détail peut faire toute la différence. Juste de côtoyer les gars et de les taquiner par moments, si je peux en aider quelques-uns j'aurai fait mon travail. »

Dupuis a fait partie de l'équipe championne de 2009 qui a défait les Red Wings de Detroit en sept matchs. Il avait connu les affres de la défaite en Finale l'année précédente contre ces mêmes Red Wings.

Il a livré 871 matchs dans la LNH au sein de cinq équipes, obtenant 409 points. Les Penguins ont fait son acquisition des Thrashers d'Atlanta en février 2008.

 

En voir plus