Skip to main content

Duchene et Landeskog dans l'incertitude

Les deux attaquants vedettes de l'Avalanche doivent composer avec une situation peu commode

par Dan Rosen @drosennhl / Journaliste senior NHL.com

NEW YORK - Les attaquants Matt Duchene et Gabriel Landeskog de l'Avalanche du Colorado ne savent pas ce que l'avenir leur réserve. Ce qu'ils savent cependant, c'est que le statu quo n'est pas envisageable à Denver compte tenu des résultats exécrables de l'équipe.

 

 

 

« Des gestes devront évidemment être posés afin d'améliorer l'équipe, probablement dès cette saison ou à tout le moins après la saison, convient Duchene. C'est inévitable. »

Duchene et Landeskog pourraient être impliqués dans les éventuels changements. L'avenir des deux joueurs ayant le plus d'ancienneté au sein de l'équipe (Duchene est le doyen) est fort nébuleux à l'approche de la date limite des transactions dans la LNH, le 1er mars (15h HE).

Duchene et Landeskog sont bien au fait que leur nom circule allègrement dans les rumeurs d'échange.

Le journaliste Elliotte Friedman de Sportsnet a révélé, le mois dernier, que le directeur général Joe Sakic avait fait savoir à toutes les équipes que les seuls intouchables chez l'Avalanche sont les jeunes attaquants Nathan MacKinnon et Mikko Rantanen et que le prix exigé pour Duchene et Landeskog, en particulier, serait élevé.

La situation n'est pas facile à vivre pour eux, quoique compréhensible du point de vue des dirigeants de l'Avalanche parce que l'équipe a raté les séries éliminatoires, la saison dernière, et qu'elle croupit dans les bas-fonds de la LNH cette saison, avec 32 points.

« Ce n'est évidemment pas la situation souhaitée. Vous ne voulez pas entendre votre nom dans des rumeurs d'échange, mais c'est la nature de la bête », commente Landeskog, qui a encore quatre années de contrat à écouler au salaire annuel moyen de 5,571 millions $. « Quand l'équipe sous-performe et que vous sous-performez personnellement, vous devez l'accepter. Ça fait partie du jeu.

« En ce qui me concerne, j'essaie uniquement de me concentrer sur les choses que je peux contrôler. L'expression est usée à la corde, mais c'est réellement ça. J'essaie simplement d'aider l'équipe à avoir du succès. Je n'ai aucun contrôle sur les rumeurs. »

Duchene, qui est sous contrat pour deux autres saisons au coût de 12 millions $, tente de préconiser la même approche. Il soutient que c'est plus facile à dire qu'à faire.

« Il vous arrive parfois de vous demander où vous serez demain, la semaine prochaine ou dans six mois, admet Duchene. C'est ce qui vous passe par la tête par moments. Quand c'est le temps de jouer par contre, j'essaie de tout bloquer le plus possible. Je porte les couleurs de l'Avalanche du Colorado et je vais tout donner sur la glace. »

Landeskog confie avoir manifesté à Sakic son désir de demeurer au Colorado afin d'aider l'équipe à se sortir du bourbier.

« Je suis optimiste de nature et je crois en l'avenir de l'équipe. Les dernières saisons ont été difficiles, il faut s'attendre à ce qu'il ait des répercussions. Je veux être partie prenante des solutions. Je lui ai dit ça. »

Duchene mentionne que les conversations qu'il a eues avec Sakic ont davantage eu trait à l'équipe qu'à sa situation personnelle peu commode.

« Je voue énormément de respect à l'endroit de Joe. S'il décide de m'échanger, je ne lui en tiendrai pas rigueur, souligne-t-il. Nous entretenons une excellente relation et l'aspect des affaires du hockey ne l'affectera pas. »

L'entraîneur de l'Avalanche Jared Bednar dit qu'il tente d'aider du mieux qu'il peut Duchene et Landeskog en maintenant avec eux un bon canal de communication.

Bednar précise qu'il discute à l'occasion avec Sakic d'éventuels changements de personnel.

« C'est (les changements) prévisible en raison de notre position au classement, dit-il. Les gars font du bon travail compte tenu des circonstances. »

Même s'ils sont encore à Denver après la date limite, Duchene et Landeskog ne crieront pas victoire.

Les rumeurs seront persistantes tant que Sakic n'y mettra pas un frein.

« C'est la raison pour laquelle on nous paie pour faire ce que nous faisons, conclut Duchene. Nous sommes choyés de pouvoir jouer au hockey, mais ça vient avec d'autres aspects comme l'aspect financier. C'est le lot des athlètes professionnels. »

 

 

 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.