Skip to main content

Dubois a tôt fait de sortir de sa coquille

L'attaquant recrue âgé de 19 ans seulement est un rouage important des Blue Jackets

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Des rangs juniors à joueur de centre numéro un de son équipe dans la LNH, Pierre-Luc Dubois en a fait du chemin en l'espace d'un an.

« C'est drôle quand on y repense. Ça passe tellement vite », lance l'attaquant recrue des Blue Jackets de Columbus au bout du fil en entrevue à LNH.com. 

Dubois, âgé de 19 ans seulement, est appelé à jouer un rôle de premier plan chez les Blue Jackets qui se démènent afin d'obtenir une place en séries éliminatoires.

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Dubois répond présent à titre de pivot du premier trio entre les talentueux ailiers Artemi Panarin et Cam Atkinson.

Sa récolte de 37 points, incluant 15 buts, en 69 matchs est fort respectable, d'autant qu'il dit avoir connu des débuts timides. Après avoir réussi son premier but à son premier match dans la LNH, le 6 octobre, il a été tenu en respect au score dans les 11 autres matchs des Blue Jackets en octobre. 

« Je savais qu'il me faudrait du temps parce que j'ai toujours été comme ça quand je change de calibre de jeu ou que je joins une nouvelle équipe, évoque-t-il. Je me fais discret au début. Je ne suis pas moi-même. C'était le cas dans le hockey mineur, quand je passais de la catégorie pee-wee à bantam. Je n'ai jamais voulu occuper une grande place trop rapidement.

« À mes débuts dans la LNH, je ne gardais pas trop la rondelle en ma possession. Je craignais de commettre des erreurs et je ne savais pas trop comment aider l'équipe. »

Un entretien avec l'entraîneur John Tortorella l'a aidé à sortir de sa coquille.

« J'ai été le voir afin de lui demander ce que je pouvais faire de mieux et il m'a répondu très clairement. Il m'a dit ce qu'il pensait de moi et ça m'a fait du bien. » 

Au même moment, l'équipe a eu quelques blessés et on lui a confié des tâches plus importantes.

« J'ai commencé à tenter plus de jeux et ça allait mieux. Vers la fin de novembre, on m'a jumelé à Panarin et ç'a tout de suite cliqué entre nous. Il est un des joueurs les plus talentueux de la ligue et Cam (Atkinson) est un des plus rapides. Je m'estime chanceux de les avoir comme ailiers. »

Le plan respecté

Dubois ne se dit pas nécessairement surpris des succès qu'il connaît parce qu'il souligne qu'il a tout mis en œuvre la saison dernière afin d'être prêt à relever le défi.

C'est qu'après avoir impressionné à son premier camp d'entraînement avec l'équipe, le troisième espoir réclamé au repêchage 2016 derrière Auston Mattews et Patrik Laine est retourné dans la LHJMQ avec un plan précis en tête : devenir un joueur plus complet.

« Je m'étais prouvé ce que je pouvais faire sur le plan offensif au cours de ma saison de 17 ans, relève-t-il. Je m'étais donné comme objectif d'être un joueur plus complet pour ma saison de 18 ans. Les gens ont dit la saison dernière que je n'avais pas connu une bonne saison sur le plan des statistiques (55 points en 48 rencontres, avec Cap-Breton et Blainville-Boisbriand), ce n'était pas important pour moi. Je voulais apprendre à mieux jouer à la position de centre et à améliorer mon jeu sans la rondelle. » 

Utilisé comme ailier à ses débuts dans la LNH, Dubois dit que ça lui a pris une quinzaine de matchs d'adaptation.

« Je savais que ce n'était qu'une question de temps, soumet-il. Je sais maintenant ce que je peux faire ou pas et de quelle façon je peux soutenir mes ailiers et les défenseurs. » 

Dubois, dont le père Éric oeuvre dans l'organisation des Jets de Winnipeg comme adjoint à l'entraîneur de l'équipe-école de la Ligue américaine de hockey, dit apprécier le franc-parler de Tortorella qui n'emprunte pas de détour pour dire sa façon de penser.

« Ce que j'apprécie de lui, c'est qu'il ne va pas te dire que tu joues bien si tu joues mal. Il va te le laisser savoir assez clairement si tu ne joues pas bien. C'est ce que je souhaite entendre parce que je ne veux pas prendre de mauvaises habitudes pendant trop longtemps, surtout à ce stade de la saison. »

Du renfort apprécié

Le patineur natif de Sainte-Agathe-des-Monts indique que les Blue Jackets ont trouvé un bon rythme depuis qu'ils ont obtenu du renfort à la date limite des transactions, le 26 février.

L'arrivée des vétérans attaquants Thomas Vanek et Mark Letestu ainsi que du défenseur Ian Cole a ré-énergisé le groupe.

« Nous jouons avec plus de confiance depuis notre récent voyage en Californie. Nous avions subi la défaite à Los Angeles et à Anaheim, même si nous n'avions pas mal joué, avant de l'emporter à San Jose. À notre retour à domicile, nous avons vaincu les Golden Knights de Vegas et nous avons enchaîné avec deux autres victoires. »

Les Blue Jackets ne peuvent pas se permettre le moindre relâchement avec 13 matchs à disputer. Ils se font chauffer par les Panthers de la Floride qui ne sont qu'à deux points d'eux avec trois matchs de plus à jouer, mais d'un autre côté ils ne sont pas loin du trio d'équipes au sommet de la section Métropolitaine.

« Ce sera très serré jusqu'à la fin, c'est vraiment le "fun". Un match pourrait faire toute la différence au final. Nous sommes actuellement la deuxième équipe de quatrième as, mais nous pourrions lutter pour l'obtention d'une des trois premières places de notre section en collant quelques victoires », a-t-il conclu.

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.