Skip to main content

Dorion tente de convaincre McPhee de ne pas choisir Marc Methot

Le directeur général des Sénateurs dit que ça lui ferait beaucoup de peine de voir le vétéran défenseur partir

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

LAS VEGAS - Pierre Dorion conserve espoir jusqu'au dernier moment de conclure une entente avec son homologue George McPhee des Golden Knights de Vegas. 

C'est que le directeur général des Sénateurs d'Ottawa souhaite ardemment garder le défenseur Marc Methot. 

« J'ai eu des discussions avec George McPhee, mais nous n'avons conclu aucune entente. Ça ne veut pas dire que n'arriverons pas à une entente avant l'annonce de mercredi. » 

Dorion a indiqué qu'une autre discussion avec McPhee est planifiée pour mercredi matin. Il va tenter de le convaincre de sélectionner un autre joueur que Methot, ou encore un autre joueur auquel ils tiendraient, moyennant une compensation - un ou des choix de repêchage. 

Les Sénateurs ont dû se résoudre à rendre Methot disponible au repêchage d'expansion en partie parce que le vétéran défenseur Dion Phaneuf n'a pas voulu renoncer à la clause de non mouvement qu'il a d'inscrite dans son contrat. 

Les attaquants Alexandre Burrows et Bobby Ryan pourraient également intéresser les Golden Knights. On craint toutefois qu'ils jettent leur dévolu sur Methot et Dorion ne cache pas que ça l'attristerait énormément. 

« Uniquement que pour l'aspect humain, sa fiancée et lui, qui sont tous les deux natifs d'Ottawa, attendent la venue d'un premier enfant, a confié Dorion. Marc est une des meilleures personnes que j'ai côtoyées depuis que je travaille dans le hockey. Ça me ferait beaucoup de peine de le perdre, mais les Golden Knights ont payé le gros prix pour avoir une équipe. Ils ont le droit d'avoir un bon joueur. » 

Methot, âgé de 31 ans, a encore deux années contractuelles à écouler au salaire annuel de 4,9 millions, selon le site internet CapFriendly.com. Il s'est avéré être un partenaire de choix pour le défenseur vedette Erik Karlsson au cours des dernières saisons. 

« Ce n'est pas la situation idéale pour personne, mais c'est comme ça. Nous sommes confrontés à la situation à laquelle nous craignions d'être depuis un bon moment. Avec l'équipe que nous avons, nous allons perdre un joueur que nous ne voudrions pas perdre. 

« Ce n'est pas agréable de réaliser que je puisse perdre un partenaire de longue date et un ami proche. Il sait que les Sénateurs ne souhaitent pas le perdre et il veut rester. » 

Dorion estime que les Sénateurs sont bien outillés en vue de l'éventuelle perte de Methot ou même celle d'un attaquant, avec des jeunes qui cognent à la porte comme Thomas Chabot et Ben Harpur. 

Dorion est un des finalistes pour l'obtention du trophée de directeur général par excellence, en compagnie de David Poile des Predators de Nashville et de Peter Chiarelli des Oilers d'Edmonton. 

Le Franco-Ontarien admet que ça lui fait un velours de voir ses efforts être récompensés dès sa première saison en poste. 

« Ma nomination est le reflet des succès que nous avons connus cette saison, a-t-il élaboré. Nous avons engagé un nouvel entraîneur Guy Boucher et fait de bonnes acquisitions. Les joueurs ont admirablement bien fait les choses. Je me considère simplement chanceux d'être le directeur général. » 

Accompagné de sa conjointe, Dorion a insisté pour que Boucher et son épouse viennent les rejoindre à Las Vegas. 

« Il existe une très belle synergie entre Guy et moi depuis le début. Il y a aussi huit de mes meilleurs amis qui ont trouvé un prétexte pour venir à Las Vegas », a ajouté le jeune directeur général âgé de 44 ans. 

Dorion a dit qu'il porte dans son coeur la mémoire de son père Pierre Dorion senior, un ancien recruteur à l'emploi de la LNH qui agissait comme directeur du personnel des joueurs chez les Maple Leafs de Toronto au moment où il est décédé subitement en 1994. 

« J'ai une très grande pensée pour mon père. Si jamais j'ai la chance de gagner le trophée, je sais qu'il n'y aura pas juste mon nom de gravé sur la plaque, mais également celui de mon père. » 

En voir plus