Skip to main content

Donskoi tranche en surtemps

Les Sharks réduisent de moitié l'avance des Penguins en l'emportant 3-2 chez eux

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

SAN JOSE - Les Sharks de San Jose n'allaient pas laisser les Penguins de Pittsburgh venir gâcher le « party » au SAP Center, samedi.

Les Sharks ont réduit de moitié l'avance des Penguins dans la série en remportant 3-2 en prolongation le premier match de l'histoire de 25 ans de la concession en Finale de la Coupe Stanley disputé à domicile.

Joonas Donskoi a semé l'hystérie chez les 17 562 spectateurs au SAP Center en faisant mouche à 12:18 de la période de surtemps. L'agile ailier droit finlandais âgé de 24 ans a tiré dans le haut du filet de Matt Murray après avoir contourné le but.

Video: Donskoi marque en surtemps, les Sharks gagnent 3-2

« C'est un vrai bon jeune, l'a louangé l'entraîneur Peter DeBoer. Nous ne serions pas rendus là où nous sommes sans la contribution qu'il nous a apportée. »

Les Sharks ont offert leur meilleure performance de la série, au moment où ils tentaient d'éviter d'accuser un recul quasi insurmontable de 3-0.

« Il nous fallait ce match sinon nous nous serions retrouvés dans un trou énorme, a reconnu DeBoer. J'ai surutilisé nos meilleurs éléments parce que c'était une question de survie.

« J'aurais voulu faire appel davantage à nos joueurs de soutien, mais ils ne faisaient pas suffisamment bien. »

Joel Ward avait obtenu le but égalisateur pour les Sharks vers la conclusion d'une attaque massive à la neuvième minute du troisième vingt.

Justin Braun a été l'autre marqueur des Sharks qui n'ont pas encore détenu l'avance en Finale en temps réglementaire. Joe Thornton a récolté deux aides.

Ben Lovejoy et Patric Hornqvist ont été les buteurs des Penguins, qui ont eu le meilleur dans la colonne des tirs dans une 12e rencontre d'affilée en séries éliminatoires (42-26).

Les Sharks ont eu l'avantage dans la plupart des autres aspects, particulièrement au total des mises en échec (47-17).

Murray a été tantôt très bon tantôt ordinaire, comme sur la séquence du but de Ward.

« J'estime que Matt a été solide. Il a fait de gros arrêts. Il nous a donné la chance de l'emporter », a fourni comme analyse l'entraîneur Mike Sullivan.

Son opposant Martin Jones a été excellent, surtout au début de la prolongation quand les Penguins ont tenté de porter le grand coup.

« J'essayais simplement de bloquer les tirs, a commenté Jones. Jamais ça ne m'a effleuré l'esprit que si j'accordais un but nous tomberions en retard 3-0 dans la série. C'est horrible de penser de la sorte », a lancé Jones, qui a maîtrisé neuf lancers en surtemps.

De toutes les couleurs

Le spectacle son et lumière d'avant-match n'a pas impressionné les Penguins qui ont continué d'en faire voir de toutes les couleurs aux Sharks.

Le quatrième trio a joué les trouble-fêtes en exerçant un échec avant soutenu. Le mot d'ordre chez les visiteurs était de tirer de partout vers Jones, comme l'a admis Sullivan.

« La glace était en mauvaise condition et nous avons passé le message aux joueurs de garder les choses simples et d'envoyer la rondelle au filet dès que possible. »

Les Penguins ont obtenu le premier jeu de puissance, sans parvenir à se tricoter la moindre chance de qualité.

À la conclusion de l'attaque massive, le quatrième trio est revenu à la charge. L'acharnement du joueur de centre Matt Cullen a pavé la voie au but de Lovejoy, à 5:29.

Après sept tirs des Penguins, les Sharks ont finalement cadré leur premier à la huitième minute.

Leur deuxième lancer, celui de Braun, a créé l'égalité à 9:34. Le défenseur a décoché un long tir élevé que le gardien Murray n'a jamais vu passer du côté de la mitaine.

Ré-énergisés par le but, les Sharks ont connu de bons moments tout en se montrant incisifs physiquement.

À un certain moment, ils s'imposaient 18-8 au chapitre des mises en échec, malgré un recul de 12-3 dans les lancers.

En arrière, malgré tout    

Les Sharks ont connu leur meilleure période de la série en deuxième, en ayant même l'avantage 9-6 dans les tirs. Malgré ça, ils ont été incapables de s'offrir leur première avance de la série. Pire, ils tiraient de l'arrière 2-1 à la fin de l'engagement.

Les Penguins ont marqué au cours de la dernière minute, à 19:07. Hornqvist a effleuré le lancer balayé du défenseur Lovejoy.

Au début du tiers, Murray avait été brillant et chanceux. Par deux fois, il a frustré le défenseur Burns, en plus de se mettre en évidence face à Joel Ward. Il a vu la chance lui sourire quand le tir de Logan Couture, au terme d'une descente en surnombre, a heurté le poteau à sa gauche.

Les Sharks n'ont pas su saisir leur première occasion en supériorité numérique, à 10:39.

Double mineure coûteuse    

Tôt en troisième, à 4:48, les champions de l'Ouest ont reçu une occasion unique quand Nick Bonino a écopé d'une double mineure pour avoir coupé au visage Joe Thornton de son bâton.

Les Penguins ont tenu le coup pendant 3:59 et des poussières, jusqu'à ce que Ward trompe la vigilance de Murray à l'aide d'un long tir frappé qu'il aurait dû repousser. La rondelle est passée sous sa mitaine, à 8:48.

Les équipes ont par la suite fait jeu égal pour la première fois de la série.

Le défenseur Kristopher Letang des Penguins a failli déjouer Jones avec 13 secondes à écouler.

En voir plus