Skip to main content

« Devenir le premier Joe Veleno »

L'attaquant est condamné à être comparé à John Tavares et à Connor McDavid en raison de son statut de joueur exceptionnel

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Joe Veleno sait très bien que son nom sera toujours associé à ceux de John Tavares et de Connor McDavid et il commence à s'y faire. Après tout, ce n'est pas de sa faute si Hockey Canada lui a octroyé, comme à ces joueurs vedettes, le statut de « joueur exceptionnel » qui lui a permis de jouer dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec dès l'âge de 15 ans.

Depuis maintenant deux ans, l'attaquant des Sea Dogs de Saint-Jean doit porter sur ses épaules la pression et les attentes qui viennent avec ce statut qui n'a été accordé qu'à cinq occasions dans l'histoire de la Ligue canadienne de hockey - les défenseurs Aaron Ekblad et Sean Day en ont aussi bénéficié.

Les statistiques de Veleno n'ont cependant rien de comparable à celles de Tavares et de McDavid au même âge. Mais force est d'admettre que ces derniers ont placé la barre assez haute.

« Quand j'ai commencé à diriger, ce n'était pas rare de voir des gars de 15 ans jouer dans la LCH », a plaidé son entraîneur Danny Flynn, qui a 20 ans d'expérience derrière la cravate, en faisant allusion notamment à Jason Spezza.

« Ce n'est pas juste de comparer Joe à ces gars-là. Il travaille déjà assez fort pour devenir le premier Joe Veleno et c'est assez de pression sur les épaules d'un jeune de 16 ans. »

Le Montréalais vient de conclure sa deuxième campagne dans le circuit Courteau, une saison marquée par une blessure à la cheville au cours de laquelle il a récolté 13 buts et 27 mentions d'aide en 45 matchs.

« Il a raté environ 25 matchs et ça lui a pris un peu de temps pour revenir et se mettre en marche, a expliqué Flynn. Joe a fait de solides pas vers l'avant. Ç'a été une année exigeante pour lui, je lui ai demandé de jouer avec plusieurs coéquipiers à différentes positions.

« Mais il n'y a aucun doute, quand on le regarde et qu'on tient compte du fait qu'il n'a que 16 ans, qu'il sera exceptionnel d'ici à ce qu'il ait fini son travail dans cette ligue. »

Parce que si l'on observe simplement le rendement de Veleno en oubliant les comparaisons, il s'avère que sa progression est notable. Il a non seulement augmenté sa moyenne de points par match de 0,69 à sa première saison à 0,89 à sa deuxième - la meilleure chez les joueurs de 16 ans dans la LHJMQ -, mais il a aussi amélioré l'ensemble de son jeu.

« Ce n'est pas seulement un gars offensif, a fait remarquer le dépisteur du site HockeyProspect.com, Jérôme Bérubé. Il est très bon dans les trois zones. Même à 14 ans dans le midget AAA, il était déjà un des meilleurs joueurs défensifs de l'équipe. Il comprend bien le jeu, il fait toujours les bons replis et il vole souvent la rondelle à l'adversaire. »

Mais cet aspect ne se remarque pas en regardant seulement les feuilles de pointage et c'est souvent l'aspect analysé quand vient le temps des comparaisons. Mais Veleno connaît maintenant le refrain.

« Il va toujours y avoir de la pression, a concédé le principal intéressé en français. Je me concentre sur mes propres attentes et sur ce que je dois faire sur la glace. Je joue aussi pour avoir du plaisir parce que c'est pour ça que tu joues au hockey. Je dois seulement travailler fort et les points vont venir. »

Année cruciale

L'attaquant de 6 pieds 1 pouce et 189 livres évolue cette saison pour une équipe à maturité qui aspire aux grands honneurs; les Sea Dogs comptent dans leur formation pas moins de 10 joueurs repêchés dans la LNH. Le portrait risque toutefois de changer radicalement l'an prochain avec le départ de plusieurs éléments importants vers les rangs professionnels, comme c'est souvent le cas au hockey junior.

C'est à ce moment que l'année d'expérience supplémentaire acquise par Veleno à 15 ans lui sera bénéfique. Il se verra probablement confier d'importantes responsabilités au sein d'une équipe relativement plus jeune et c'est peut-être ce qui entraînera sa véritable éclosion.

Et cela coïncidera avec son année d'admissibilité au repêchage de la LNH.

« Déjà cette année, je connaissais mieux la ligue, les joueurs, la façon de se préparer et de gagner des matchs, a-t-il expliqué. Il y avait déjà une grosse différence avec l'an passé. Je vais être plus gros, plus fort et plus intelligent avec la rondelle. Ça va m'aider de connaître les petites choses à faire pour réussir. »

D'ici là, Veleno continue d'apprendre des nombreux vétérans de l'équipe dans l'espoir d'ajouter l'expérience de la conquête d'un championnat à son bagage déjà bien rempli.

En voir plus