Skip to main content

Deux journées pour retrouver le synchronisme

La traditionnelle séance d'entraînement accessible au public ne sera pas une « pratique de plaisir »

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

MONTRÉAL - Les Canadiens de Montréal ont pu refaire le plein d'énergie au cours de la dernière semaine. Ils doivent maintenant se retrousser les manches et se cracher dans les mains afin de retrouver leur synchronisme.

C'est la tâche à laquelle le nouvel entraîneur Claude Julien va s'atteler au cours des deux prochaines journées d'entraînement. Il ne manquera pas de pain sur la planche. 

Les partisans de l'équipe ne doivent pas s'attendre à ce que la traditionnelle séance ouverte au public au Centre Bell, dimanche, ne soit qu'une « pratique de plaisir », comme c'était devenu le cas au fil des années.

« Ça n'arrive pas souvent pendant la saison régulière que nous pouvons tenir deux séances d'entraînement avant le match suivant », a noté le capitaine Max Pacioretty, samedi, à l'issue de la défaite de 3-1 contre les Jets de Winnipeg. « Nous voulons les utiliser afin d'apporter les ajustements nécessaires dans notre jeu. » 

Pacioretty a souligné que les Jets avaient été la meilleure équipe. 

« Ça n'a pas été un fort match de notre part. Les Jets nous ont dominés, surtout dans notre zone. C'est difficile de créer de l'attaque quand vous passez trop de temps dans votre territoire. C'est un aspect que nous devons corriger et ça nous permettra de provoquer plus d'occasions à l'attaque. »

Complètement méconnaissable par rapport en début de saison, le Tricolore manque cruellement de confiance dans le moment. 

Le gardien Carey Price estime que c'est le principal problème de l'équipe. 

« Le message (de l'entraîneur) est clair et positif. Nous savons que nous pouvons être meilleurs », a commencé par dire le gardien vedette. « Le manque de confiance nous fait penser à trop de choses dans le feu de l'action. C'est à partir du moment où nous donnerons davantage libre cours à notre instinct que ça ira mieux, a-t-il opiné. Il faut se donner du temps. » 

Pour revenir à Price, il a livré sa meilleure performance depuis un bout de temps en ne cédant que deux fois sur 31 lancers. N'eut été de son brio, les Jets l'auraient emporté par un plus grand écart. 

« Je me sentais beaucoup mieux. La pause m'a fait le plus grand bien. J'ai décroché complètement, comme je le fais l'été. Il faut faire ça de temps à autre. Physiquement, je me sentais bien. » 

Il fallait voir la mine déconfite de l'ailier Brendan Gallagher afin de réaliser jusqu'à quel point des joueurs ont le moral dans les talons. 

« Je ne sais pas pour ce qui est de l'émotion », a-t-il répondu quand on lui a fait remarquer qu'on s'attendait à un début de match féroce de l'équipe. « Nous étions prêts à jouer, mais nous avons des problèmes à régler. C'est un processus. Ça ne changera pas du jour au lendemain. Nous devrons travailler là-dessus. » 

Gallagher s'est dit très déçu du manque de combativité en troisième période, après que les Jets eurent pris l'initiative 2-1. 

« C'est ce qui est décevant. En retard d'un but, nous n'avons pas augmenté le rythme. Nous aurions dû pousser plus fort. » 

L'ailier droit, qui vient de revenir au jeu à la suite d'une absence de 39 jours, a dit qu'il fallait donner du temps au nouvel entraîneur. 

« Il vient d'arriver et il tente de comprendre quel genre d'équipe nous avons. » 

À défaut d'avoir salué son retour par une victoire, Julien a admis avoir passé un après-midi constructif derrière le banc. 

« La défaite fait mal, mais on en retire du positif. Il y a beaucoup de choses que j'ai pu voir que je n'aurais pas pu voir en n'étant pas en poste. Nous sommes une meilleure équipe que nous l'avons montré et nous serons meilleurs. Je peux évoquer l'exemple des Penguins de Pittsburgh, la saison dernière. Ils ont fait un changement d'entraîneur et les résultats positifs ne sont pas venus immédiatement. J'espère que la même chose se produise ici et qui sait peut-être que nous pourrions finir la saison comme l'ont fait les Penguins », a-t-il dit en évoquant leur conquête de la Coupe Stanley. 

Julien s'est dit prêt à se montrer patient avec les jeunes, comme on l'a constaté samedi avec Alex Galchenyuk et Nathan Beaulieu. Galchenyuk a commis un revirement en première période, mais Julien l'a renvoyé aussitôt dans la mêlée et le jeune attaquant s'est racheté en mettant la table pour le but d'Andrei Markov. 

En deuxième période, Galchenyuk et Beaulieu ont gaffé en supériorité numérique, ce qui a pavé la voie au but de Joel Armia en infériorité numérique. 

Au jeu de puissance suivant du CH, Julien a retourné les deux jeunes qui ont bien failli redonner les devants 2-1 aux leurs. 

« Je suis du genre à donner la chance au coureur, mais je ne ferai pas trop dans la générosité, a-t-il commenté. Les gars devront mériter d'obtenir de la marge de manoeuvre. Les erreurs font partie du jeu, dépendamment du type d'erreurs qu'il s'agit. Il faut se montrer patient avec les jeunes, si vous voulez qu'ils s'améliorent. Vous devez leur manifester de la confiance pour qu'ils se sentent capables de faire mieux. Dans ce cas précis, c'est ce qu'ils ont fait. » 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.