Skip to main content

Desharnais n'avait pas demandé de quitter

« J'aurais pu passer les 20 prochaines années ici »

par Robert Laflamme @bobthefire / Journaliste principal LNH.com

BROSSARD - David Desharnais quitte les Canadiens de Montréal avec le cœur gros, mais animé du sentiment du devoir accompli. 

« Je ne veux pas lever mon chapeau à moi-même, mais les Québécois qui restent aussi longtemps chez les Canadiens sont rares. Je suis content de ce que j'ai accompli et je pars la tête haute », a déclaré Desharnais, mercredi matin, au lendemain de la transaction qui l'a envoyé aux Oilers d'Edmonton. 

 

Le joueur de centre âgé de 30 ans a souligné qu'il ne va conserver que des souvenirs positifs de son association de 10 ans dans l'organisation du Tricolore. En sept saisons dans la LNH, soit 435 matchs, il a amassé 250 points, incluant 79 buts. Il a ajouté 13 points (trois buts) en 38 rencontres en séries éliminatoires.

« Il y a eu des hauts et des bas. Ce n'est pas toujours facile pour un joueur québécois à Montréal, mais ça vaut la peine, a-t-il affirmé. Je ne retire que du positif, avec ma famille et mes amis. Tout le monde a apprécié l'expérience. 

« D'avoir enfilé le chandail des Canadiens pour disputer mes premiers matchs dans la LNH (en 2009), je n'aurais pas pu avoir de meilleur rêve. » 

Desharnais, qui a été laissé sur la touche plus souvent qu'autrement dernièrement, a dit ne pas avoir demandé de partir. 

« Je ne demande jamais rien, surtout quand j'ai le chandail des Canadiens sur le dos. J'aurais pu passer les 20 prochaines années ici. » 

Il a tout de même senti le tapis lui glisser sous les pieds et il s'attendait à passer sous d'autres cieux avant la conclusion de sa dernière année contractuelle. 

« On ne sait jamais. Il faut deux équipes pour faire une transaction. Il y en a une qui s'est montrée intéressée et on m'a échangé. » 

Pas fini 

Desharnais se rend à Edmonton gonflé à bloc de prouver à tout le monde qu'il n'est pas un joueur fini. 

« Je sais que je peux encore tenir mon bout, je le sens en moi. J'ai encore plusieurs bonnes années devant moi et j'ai hâte de pouvoir le prouver. » 

Faire mentir les observateurs, ce n'est rien de nouveau pour l'athlète de petite taille qui en a fait marque de commerce depuis son passage dans les rangs juniors. 

« Quand je repense à mon parcours, a-t-il repris, peu de gens ont cru en moi. Je suis passé par la 'East Coast League' et même quand on me laissait de côté ici, je me disais que j'étais dans la Ligue nationale. Je suis heureux de me retrouver encore dans une bonne position. » 

L'influence de Pacioretty 

Desharnais a eu la boule dans la gorge quand on lui a évoqué la belle complicité qu'il a créée avec Max Pacioretty depuis l'époque où ils ont connu beaucoup de succès ensemble dans la LAH. 

« Il a vraiment fait toute la différence dans ma carrière. Il a toujours été là pour moi quand ça allait moins bien. Je ne l'oublierai jamais », a-t-il répondu la voix nouée par l'émotion. 

Desharnais ne sait pas trop quel rôle on lui demandera de remplir chez les Oilers. Il n'a eu qu'une brève discussion avec le directeur général de l'équipe Peter Chiarelli. 

« Je suis flatté de joindre les rangs d'une équipe jeune et talentueuse qui lutte pour l'obtention d'une place en séries éliminatoires. J'espère apporter à la formation de la stabilité à la position de centre et l'aider dans les aspects que je peux. » 

Le hockeyeur natif de Laurier-Station, dans la région de Québec, a dit souhaiter que son parcours chez les Canadiens puisse motiver des jeunes québécois à aller jusqu'au bout de leurs rêves. 

« Mon histoire va en inspirer plus d'un, a-t-il argué. Je suis sûr qu'il y en aura d'autres comme la mienne. » 

En voir plus