Skip to main content

Des transactions qui finissent par coûter cher!

Au fil des ans, plusieurs équipes ont fini par regretter d'avoir payé le gros prix

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Au cours des derniers jours, plusieurs équipes aspirantes aux grands honneurs ont transigé dans le but de s'améliorer et de faire un long bout de chemin en séries éliminatoires. Or, ces transactions ne sont pas toujours gage de succès, au contraire.

Ce sera notamment le cas d'au moins une équipe de la section Atlantique, alors que les Maple Leafs de Toronto, les Bruins de Boston et le Lightning de Tampa Bay ont tous sacrifié une partie plus ou moins importante de leur avenir pour accroître leurs chances de gagner dès maintenant.

En effet, le Lightning, avec l'acquisition de Ryan McDonagh et J.T. Miller, les Bruins, avec l'ajout de Rick Nash, et les Maple Leafs, avec l'acquisition de Tomas Plekanec, ont tous décidé de frapper fort à la date limite.

Le problème, c'est que pour recevoir, il faut donner et que rien ne garantit à l'équipe acheteuse qu'elle fera un long feu en séries. Justement, au moins une de ces équipes sera éliminée dès le premier tour en raison du format actuel de la Ligue nationale de hockey.

Sur papier, le Lightning a probablement les meilleures chances de se rendre loin. Or, pour obtenir McDonagh et Miller, ils ont dû donner aux Rangers de New York Vladislav Namestnikov, Brett Howden, Libor Hajek, un choix de première ronde en 2018 et un choix conditionnel de deuxième ronde en 2019.

Les Bruins sont surprenants cette saison, alors qu'ils occupent le troisième rang de l'Association de l'Est. C'est probablement pourquoi le directeur général, Don Sweeney a payé le plein prix pour obtenir Nash des Rangers de New York. Il a dû se départir de Ryan Spooner, Matt Beleskey, Ryan Lindgren, un choix de première ronde en 2018 et un choix de septième ronde en 2019.

Video: CAR@BOS: Rick Nash marque et obtient son 800e point

Après s'être qualifiés de justesse l'an dernier, les Maple Leafs sont en bien meilleure position cette année et ont décidé de foncer, bien qu'ils aient payé moins cher que leurs adversaires. Avec Plekanec, les Torontois ont ajouté un bon centre de quatrième trio tout en cédant Kerby Rychel, Rinat Valiev et un choix de deuxième ronde en 2018 aux Canadiens de Montréal.

Ajoutons à ce lot les Sharks de San Jose qui ont acquis Evander Kane (contre Daniel O'Regan, un choix conditionnel de premier tour en 2019 et un de quatième tour en 2020, les Jets de Winnipeg qui ont obtenu Paul Stastny contre Erik Foley, un choix de première ronde en 2018 et un choix de quatrième ronde en 2020, et même les Golden Knights de Vegas, qui ont offert trois choix au repêchage aux Red Wings de Detroit pour Tomas Tatar.

La plupart de ces équipes vont malheureusement s'en vouloir d'ici quelques semaines, et cela nous a inspiré une liste des transactions spectaculaires des dernières années qui n'ont pas eu le retour sur investissement escompté.

Kevin Shattenkirk à Washington

L'an dernier, les Capitals de Washington ont terminé au premier rang de l'Association de l'Est et quelques jours avant la date limite, ils avaient décidé de bouger. Kevin Shattenkirk s'amenait en renfort en provenance des Blues de Saint-Louis, en retour de Zach Sanford, Brad Malone, un choix de première ronde en 2017 et un de deuxième ronde en 2019.

Par contre, les Capitals ont été éliminés en deuxième ronde face aux Penguins de Pittsburgh, en plus de perdre Shattenkirk sur le marché des joueurs autonomes, lui qui a signé une entente de quatre ans avec les Rangers.

Eric Staal à New York

En 2016-17, en quête de profondeur au centre, les Rangers de New York s'étaient tournés vers Eric Staal des Hurricanes de la Caroline. Après avoir passé les 12 dernières saisons avec les Canes, Staal s'amenait dans la Grosse Pomme. Pour obtenir ses services, les Rangers avaient dû céder Aleksi Saarela et deux choix de deuxième ronde (2016 et 2017).

Cet achat n'aura pas porté ses fruits, car les Rangers se sont inclinés en première ronde éliminatoire face aux Penguins, en cinq matchs. Staal aura récolté six points en 20 matchs de saison régulière et zéro en séries. Puis, durant la saison morte, il a paraphé une entente de trois ans avec le Wild du Minnesota.

Ryan Miller à Saint Louis

Les Blues de Saint Louis croyaient avoir résolu leur problème devant le filet en faisant l'acquisition du gardien du but Ryan Miller des Sabres de Buffalo en 2014. Pour s'offrir le vétéran portier, ils avaient dû piger dans le portefeuille.

En échange, les Blues avaient envoyé à Buffalo Jaroslav Halak, Chris Stewart, William Carrier et deux choix au repêchage (première ronde 2015, troisième ronde 2016). La formation du Missouri a fini par regretter cette transaction. Elle s'est fait sortir en première ronde face aux Blackhawks de Chicago en plus de voir Miller signer une entente de quatre ans avec les Canucks de Vancouver durant l'été.

Marian Gaborik à Columbus

Malgré leur position précaire au classement, les Blue Jackets de Columbus s'étaient rangés du côté des acheteurs en 2013 avec la ferme intention de participer aux séries et de causer une surprise. Pour ce faire, ils ont fait l'acquisition de Marian Gaborik des Rangers à la date butoir.

En échange, ils ont cédé Derick Brassard, Derek Dorsett, John Moore et un choix de sixième tour en 2014. L'échange aura été un échec sur toute la ligne. Les Blue Jackets ont raté les séries et Gaborik a terminé la saison avec huit points en 12 matchs. La saison suivante, le Slovaque avait amassé 14 points en 22 parties avant d'être échangé aux Kings en mars 2014.

Comme quoi la gourmandise se veut parfois très dispendieuse. 

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.