Skip to main content

Des inconnus deviennent amis aux matchs des Predators grâce à P.K. Subban

Le programme lancé par le défenseur permet à des policiers et des jeunes de Nashville d'apprendre à se connaître

par Nicholas J. Cotsonika @cotsonika / Chroniqueur NHL.com

NASHVILLE - Au début, ils ne se connaissaient pas du tout.

Mitch Kornberg, un sergent du service de la police métropolitaine de Nashville, participait à « Blueline Buddies », un programme communautaire qui pourrait se traduire par « Copains à la ligne bleue » et que le défenseur des Predators P.K. Subban a mis de l'avant dans le but de jumeler un policier à un jeune parrainé par un organisme local pour la jeunesse à l'occasion de chacun des matchs à domicile de l'équipe.

Croyant qu'il allait rencontrer un enfant de 8 ou 9 ans au Bridgestone Arena, le 14 novembre, Kornberg, un homme de 53 ans, a apporté un T-shirt aux couleurs de la police en guise de cadeau. Il a plutôt fait la connaissance de Chance Williams, un joueur de football de 16 ans qui était plus costaud que lui.

« J'avais un petit T-shirt minuscule, a souligné Kornberg en riant. Je me suis confondu en excuses. »

Kornberg s'est présenté en compagnie d'un autre policier, le sergent Mike Thomas; Williams est venu avec un de ses entraîneurs, Terry Liggin. Ils ont rencontré Subban à l'extérieur du vestiaire des Predators et sont allés au Patron Platinum Club pour le souper.

Ils ont appris à se connaître. Kornberg travaille au sein de la communauté dans le district nord. Williams vient d'un quartier dur de cet endroit et il a été sélectionné pour le programme Blueline Buddies par AMEND Together, qui « cherche à mettre fin à l'épidémie de violence à l'endroit des femmes et des filles en amenant les jeunes hommes et les garçons à devenir les déclencheurs de changements de culture ».

Ils ont parlé des liens qu'il y a entre les policiers et la communauté noire, et l'image qu'on en a dans les médias.

« Nous avons pu avoir un bon dialogue à ce sujet-là, a indiqué Kornberg. Nous avons pu prendre connaissance des perceptions de chacun et avoir une autre version des choses, et c'était bien. Chance a dit, "Parfois il faut entendre ce que l'autre côté a à dire". J'ai dit, "Ce que tu vois, ce n'est peut-être qu'un seul côté de la médaille. Il y a toujours une autre version à l'histoire". »

Puis ils sont allés au match et ils ont commencé à parler de hockey.

Kornberg a grandi à New York, il était un partisan des Islanders et il a des abonnements de saison pour les matchs des Predators; Williams n'avait jamais assisté à un match de hockey. Ils se sont assis ensemble dans le niveau du bas, section 114, rangée K.

Williams était émerveillé par la foule, la vitesse du jeu, la robustesse, l'action ininterrompue; Kornberg lui a expliqué les règles ayant trait aux dégagements refusés et aux pénalités, et que les présences des joueurs sur la patinoire étaient courtes parce qu'elles étaient exigeantes physiquement. Au travers le regard de Williams, Kornberg avait l'impression d'assister une nouvelle fois à son premier match de hockey.

Les Predators ont pris les devants 2-0. Les Capitals de Washington ont créé l'égalité 2-2. Les Predators se sont emparés d'une priorité de 4-2, puis les Capitals ont réduit l'écart à 4-3. Pendant tout ce temps, Kornberg et Williams gardaient un oeil sur Subban.

« À chaque fois que P.K. avait la rondelle, c'était quelque chose de spécial pour lui, parce qu'il est maintenant un de ses partisans », a fait savoir Kornberg.

Les Predators l'ont emporté 6-3. Kornberg et Williams ont rencontré Subban et d'autres joueurs à l'extérieur du vestiaire après le match, ils ont pris des photos, ont obtenu des autographes.

Le lendemain, Williams a porté son T-shirt du programme Blueline Buddies à l'école et il a écrit un mot, affirmant qu'il avait vécu « une expérience inoubliable » avec « deux des policiers les plus "cools" » qu'il ait jamais connus. Il a indiqué que les faits saillants ont été sa rencontre avec Subban et les minutes qu'il a passées à le regarder jouer.

« Je suis tellement reconnaissant d'avoir vécu cette expérience et je serais prêt à tout faire pour en vivre une autre », a-t-il écrit.

Quand les Predators affronteront les Oilers d'Edmonton au Bridgestone Arena, le 9 janvier, Kornberg et Williams iront de nouveau assister à un match ensemble, cette fois par eux-mêmes.

« Nous nous sommes bien entendus, a souligné Kornberg. Alors je lui ai dit, "Tu sais, j'ai des abonnements de saison. Je me cherche toujours des gens avec qui aller aux matchs". »

Kornberg et Williams ne sont plus des inconnus. Ils sont de grands copains.

* * * * *
Subban, 28 ans, a eu un impact énorme sur la glace et en dehors.

Il est surtout reconnu pour avoir remporté le trophée Norris en tant que meilleur défenseur de la LNH en 2013 et pour avoir promis en 2015 de verser 10 millions $ en l'espace de sept ans à l'Hôpital de Montréal pour enfants. Une partie de son engagement est allée au programme « Le coup de main de P.K. », qui aide financièrement les familles d'enfants malades afin qu'elles puissent prendre soin de ceux-ci sans se soucier du reste.

Quand les Canadiens de Montréal l'ont échangé aux Predators en retour du défenseur Shea Weber, le 29 juin 2016, il a dit qu'il avait bien l'intention de tenir sa promesse.

« Pour moi, ça ne se résume pas seulement aux montants d'argent que nous allons chercher, mais encore plus au nombre de gens que nous aidons », a dit Subban lorsqu'il a livré son discours à l'Atrium P.K. Subban de l'hôpital, le 31 août 2016.

Subban a ensuite trouvé une autre façon d'avoir un impact sur la vie des gens à Nashville. Il en a parlé à Brandon Walker, le gestionnaire des opérations hockey des Predators, en évoquant l'idée de jumeler un policier à un jeune de la ville lors des matchs locaux. Subban et les Predators ont ensuite peaufiné les détails du programme.

Le service de la police métropolitaine de Nashville allait sélectionner des policiers à partir d'une liste de personnes s'étant portées volontaires. Chaque mois, les Predators allaient s'allier à un organisme local pour la jeunesse, qui choisirait les enfants. Un policier et un enfant, accompagnés d'un invité chacun, pourraient souper, assister à un match et rencontrer Subban ensemble.

Subban a été intransigeant, selon Rebecca King, la directrice principale des relations communautaires chez les Predators. Voulait-il le faire une fois par mois? Non, a-t-il dit. À chacun des matchs à domicile. Voulait-il les rencontrer avant ou après le match? Non, a-t-il dit. Les deux.

Levy Restaurants a fait don des repas. Subban a fait don des billets et de son temps. Les Predators ont fait don des T-shirts - de couleur or comme le chandail des Predators, avec les mots « Blueline Buddies » à l'avant et « SUBBAN 76 » au dos.

« Ça ne cause pas de division du tout, a fait remarquer Subban. Je trouve que ça établit des liens, que ça permet de continuer à établir des liens et d'avoir une influence positive. Je pense que chacun a sa propre façon de voir les questions sociales aux États-Unis, mais je suis d'avis que la meilleure approche, c'est d'amener tout le monde ensemble. »

Ce programme pourrait devenir un modèle à suivre. Après les quatre premiers matchs locaux, Subban a envoyé une lettre non seulement aux autres équipes de la LNH, mais aussi à des clubs du baseball majeur, de la MLS, de la NBA et de la NFL. Il a dit qu'il faisait appel à « quiconque veut vraiment s'impliquer et faire la différence dans la vie d'un enfant, et aussi donner aux membres forces policières, aux gens qui font des choses extraordinaires pour nous chaque jour, l'opportunité de se sentir spéciaux en venant à un match. »

Dans la lettre, Subban a écrit qu'il espérait que les autres équipes allaient « partager, discuter et envisager un tel programme » impliquant leurs propres joueurs.

« Nous espérons qu'à l'aide d'une soirée de hockey et d'interaction, nous pourrons, à un niveau très personnel, favoriser les bonnes relations entre les forces de l'ordre et les jeunes de la région », a écrit Subban.

« Les premières réactions à ce programme ont dépassé mes attentes et me font chaud au coeur. … 

« J'invite et j'encourage d'autres athlètes à s'unir avec moi dans le cadre de cette initiative. En quelques matchs seulement, j'ai pu voir l'impact qu'a eu ce programme sur les jeunes et les policiers, alors qu'ils ont simplement passé quelques heures ensemble. »

* * * * * 
On n'avait aucun mal à en voir l'impact quand les Predators ont affronté les Golden Knights de Vegas, le 8 décembre.

Conner Harris, un policier de l'unité de prévention du crime, était jumelé à Jamal Wicker, 12 ans, qui avait été choisi par « Backfield in Motion », un organisme qui cherche à « éduquer, engager et inciter les jeunes hommes à risque afin qu'ils atteignent leur plein potentiel ».

« Tu peux assister à un événement sportif comme celui-ci et passer du bon temps avec tout le monde, sans que personne ne trouve quelque chose à redire, a déclaré Willie Bohannon, le mentor de Wicker. C'est une des choses que je voulais qu'il retienne de l'expérience, et aussi que les policiers sont également de bonnes personnes. »

Harris et Wicker n'ont pas beaucoup parlé de la police pendant le souper. Ils ont juste jasé de choses et d'autres.

« Tout était normal pour nous, a dit Bohannon. C'était ça qui était le plus formidable. »

Durant le match, ils portaient les mêmes couleurs, ils encourageaient la même équipe, ils célébraient les mêmes buts. Après la rencontre, ils se sont fait prendre en photo avec P.K. et son frère Malcolm, le gardien de but des Golden Knights.

« Je pense n'avoir jamais vu de programme comme celui-ci, a avancé Harris. C'est bien d'amener des gens des forces policières et de la communauté à passer du temps ensemble, à apprendre à mieux se connaître et à tisser des liens qui n'existaient pas avant. »

Le seul problème? Les Predators se sont inclinés 4-3 à la suite d'une séance de tirs de barrage qui a duré six rondes.

« Je n'aime pas ça que le premier match de hockey auquel j'ai assisté se solde par une défaite, a lancé Wicker. Mais la fin a été excitante. J'ai bien aimé le suspense qu'il y avait pendant la fusillade! »

* * * * *
Kornberg a croisé Subban par hasard dans le stationnement à un moment donné.

« Hé, monsieur Subban, a lancé Kornberg. Comment allez-vous ? »

« Hé, restez prudent », a répondu Subban.

« Merci, a dit Kornberg. Et merci pour le programme Blueline Buddies. C'est vraiment une bonne chose. »

Subban a levé les pouces avant de s'engouffrer dans sa voiture.

« J'ai bien apprécié, a dit Kornberg. J'ai vraiment aimé ça. Le simple fait qu'il ait pensé à faire quelque chose comme ça, c'est formidable. Je n'étais pas content de voir Shea Weber partir, mais je suis vraiment en train de devenir un partisan de P.K. Subban. »

Kornberg a ri.

« Ça tisse des liens entre nous, a-t-il noté. Et en même temps, ça nous fait aimer le hockey. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.