Skip to main content

Des éloges à profusion pour Radulov

Son entraîneur et ses coéquipiers des Stars vantent tous son énergie contagieuse et son éthique de travail

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

MONTRÉAL - Il fallait voir Alexander Radulov s'amuser comme un enfant sur la patinoire du Centre Bell, mardi matin, pour se rappeler à quel point le Russe aime le hockey.

Jamais loin d'une rondelle et d'un filet, l'attaquant des Stars de Dallas tentait constamment de déjouer le gardien Kari Lehtonen entre les répétitions de ses coéquipiers, souriait à pleines dents (ou presque) et a tenté de faire dévier des tirs de la pointe pendant de longues minutes avant de finalement quitter la glace.

Radulov retrouvera les Canadiens à Montréal pour la première fois (19h30 HE; RDS, TSN2) depuis qu'il s'est entendu avec les Stars en tant que joueur autonome, après avoir passé une saison dans l'uniforme tricolore.

« Je ne peux pas contrôler ça, a-t-il dit à propos de l'accueil qui lui sera réservé par les amateurs montréalais. L'important, c'est que je les aime tous. [...] J'ai bien aimé mon passage ici et je veux encore remercier l'organisation de m'avoir donné la chance de revenir dans la LNH. »

Mais tout cela est désormais de l'histoire ancienne.

En plein coeur de la lutte, à deux points seulement de glisser à l'extérieur du portrait des séries, la troupe de Ken Hitchcock (38-25-6) a tenu un entraînement matinal où régnait la bonne humeur et où l'énergie de Radulov semblait contagieuse.

« C'est sa volonté de rivaliser, a déclaré son compagnon de trio, Tyler Seguin. Plus les matchs sont intenses, plus il l'est. Vous le voyez à l'entraînement, c'est le genre de gars sur lequel tu veux que les autres prennent exemple. Il travaille tellement fort sur la glace et dans le gymnase, il veut tellement. Nous sommes chanceux de l'avoir à Dallas. »

À 31 ans, Radulov connaît la saison la plus productive de sa carrière. En 69 rencontres, il a déjà établi un sommet personnel avec une récolte de 60 points, dont 25 buts.

Video: STL@DAL: Radulov fonce au filet et marque

Mais au-delà des points, c'est sur l'homme, sur l'érudit du hockey, que les Stars ont misé en le subtilisant aux Canadiens (25-32-12) et ils remportent jusqu'ici leur pari.

« Nous sentions, comme équipe, que pour avancer dans la bonne direction, nous avions besoin de cet élément dans notre formation tous les jours, a dit Hitchcock. Nous voulions qu'il montre à nos jeunes joueurs et aux autres comment jouer de la bonne façon et comment se comporter. En ce sens, il en fait plus que ce à quoi nous nous attendions.

«  Il nous a aidés à élever notre jeu d'un cran. Le hockey le consume; il sait tout ce qui se passe dans la Ligue, tout ce qui se passe chez les autres équipes, il connait ses adversaires... Il agit comme c'était dans le temps. »

Mais Radulov reléguera cette saison et ses succès personnels aux oubliettes si les Stars ne parviennent pas à accéder aux séries éliminatoires. Ils détiennent présentement la première place de quatrième as, deux points devant l'Avalanche du Colorado et les Ducks d'Anaheim avec 13 matchs à disputer.

« Je suis assez content de la manière dont les choses se déroulent pour moi en ce moment, a commenté le principal intéressé. Mais l'objectif principal c'est de faire les séries et nous savons que nous sommes dans une situation difficile en ce moment. En fin de compte, je veux participer aux séries, peu importe mes succès personnels. »

Un joueur désiré

Lorsqu'il a réalisé que Radulov testait le marché des joueurs autonomes en juillet dernier, Hitchcock n'a pas eu à se laisser convaincre bien longtemps par son directeur général Jim Nill, qui voulait tenter le grand coup.

Adjoint à Mike Babcock lors des Jeux olympiques de Sotchi en 2014, le vétéran pilote était aux premières loges pour voir à quel point le Russe était apprécié de ses coéquipiers.

« Leur vestiaire était à côté du nôtre, a-t-il raconté. Je le voyais s'entraîner chaque jour, je voyais l'impact qu'il avait sur ses coéquipiers, même sur les plus vieux. J'avais plusieurs informations sur lui que seuls les Canadiens avaient.

« Nous avons quitté Sotchi en pensant que ce joueur aurait un impact majeur s'il revenait dans la LNH en raison de sa manière de rivaliser. Je me rappelle être allé le voir pratiquer trois ou quatre fois. »

Lorsque le clan Radulov a démontré de l'intérêt, Hitchcock n'avait plus qu'à sortir le grand jeu.

« Je maîtrise l'art de dire n'importe quoi, a blagué l'entraîneur. Je suis un vendeur, je l'ai été toute ma vie. Je l'ai pourchassé comme une proie et je n'ai pas lâché le morceau. »

En voir plus

La LNH utilise des témoins, des pixels invisibles et d'autres outils technologiques similaires. En naviguant sur les sites web de la LNH et ses autres services en ligne, vous acceptez les pratiques décrites dans notre Politique de confidentialité et dans nos Conditions générales d'utilisation, incluant notre Politique sur les témoins.