Skip to main content

Derick Brassard montre pourquoi il adore les séries

L'attaquant des Sénateurs est le meilleur marqueur de son équipe à l'approche de la série de deuxième tour dans l'Association de l'Est face aux Rangers

par Chris Stevenson / Correspondant LNH.com

OTTAWA - Pour Derick Brassard, c'est le meilleur moment de l'année, sur la glace et en dehors.

L'attaquant des Sénateurs d'Ottawa est le meilleur marqueur de son équipe jusqu'ici en séries éliminatoires de la Coupe Stanley, en vertu d'une récolte de huit points (deux buts, six aides) en six matchs. Voilà de quoi alimenter sa réputation de joueur qui s'illustre dans les séries, lui qui a passé ses soirées de congé à regarder d'autres rencontres éliminatoires en attendant que commence la série de deuxième tour dans l'Association de l'Est contre son ancienne équipe, les Rangers de New York.

Le premier match aura lieu jeudi au Centre Canadian Tire (19 h (HE); TVA Sports, CBC, CNBC).

Le défenseur des Sénateurs Marc Methot s'est dit impressionné de voir à quel point Brassard sait ce qui ce passe ailleurs dans la LNH.

« Ça ne me surprend pas, a dit Methot. Il est tellement passionné de hockey. Il adore jouer au hockey. Il peut vous parler de la courbe [de la lame du bâton] de tous les joueurs dans la ligue, de la manière dont ils portent leurs patins, de leur technique quand ils mettent du ruban gommé... C'est un de ces joueurs qui ont énormément de connaissances en hockey et ça paraît dans son jeu en ce moment. »

Brassard, un athlète de 29 ans que les Sénateurs ont obtenu des Rangers le 18 juillet dernier en retour du joueur de centre de 24 ans Mika Zibanejad, a dit adorer tout ce qui a trait au hockey des séries, autant comme joueur que dans le rôle de téléspectateur.

« Je regarde tous les matchs pendant les séries, a-t-il indiqué. Je vais regarder tous les matchs [mercredi]. J'aime ce que je fais avec passion. Je crois que si tu es passionné par ce que tu fais dans la vie, le succès va finir par venir. Si tu n'aimes pas ce que tu fais, tu ne seras pas heureux d'aller sur la glace tous les jours.

« Je suis comme ça depuis mon enfance. J'aime être sur la glace. J'aime jouer au hockey et le regarder. Ça concorde parfaitement avec ce que je fais chaque jour. »

Brassard a été le meilleur marqueur des Rangers dans les séries à ses quatre années avant de s'amener à Ottawa, alors qu'il a récolté 44 points (18 buts, 26 aides) en 59 rencontres éliminatoires. Il a haussé les épaules quand on lui a fait remarquer qu'il s'illustre dans les séries, mais les chiffres ne mentent pas. Il a maintenu une moyenne de 0,59 point par match en 644 rencontres du calendrier régulier, comparé à une moyenne de 0,80 à l'issue des 65 affrontements éliminatoires qu'il a disputés en carrière.

« Je n'ai pas encore remporté la Coupe [Stanley] et jusqu'à ce que ça arrive… Ça fait plaisir d'entendre les compliments, mais je n'ai encore rien accompli, a-t-il souligné. Je cherche simplement à disputer du hockey solide et j'ai juste hâte de contribuer afin de donner à mon équipe une chance de l'emporter au deuxième tour. »

Il sait que bien des observateurs se serviront de cette série pour dresser un bilan de la transaction. Tandis que Brassard a pris le premier rang des marqueurs des Sénateurs en séries durant le premier tour, Zibanejad a fait de même chez les Rangers avec une récolte de quatre points (un but, trois aides) lors des six matchs disputés contre les Canadiens de Montréal.

« Ce n'est pas une série entre Mika et moi, a noté Brassard. Oui, il y a eu une transaction l'été dernier, mais il y a d'autres joueurs dans l'équipe. Il faut s'attarder aux 23 joueurs qu'on retrouve dans chacune des deux formations. Il y a toujours de la pression et je pense que je réussis bien à la gérer. Je me suis toujours présenté quand les projecteurs brillent. Je vais juste essayer de jouer comme j'en suis capable. Je ne vais pas m'imposer de pression additionnelle. J'ai de bons compagnons de trio et ils vont m'aider. »

L'entraîneur des Sénateurs Guy Boucher a dit ne pas être surpris de voir Brassard donner son meilleur hockey en ce moment. Il a vu les choses venir. Avant que les séries commencent, Boucher a fait savoir que Brassard était le meneur chez les attaquants des Sénateurs dans plusieurs des catégories de statistiques avancées compilées par l'équipe.

Selon Boucher, Brassard produit davantage depuis le début des séries parce qu'il n'hésite pas à tirer au but.

« Il est à son mieux en ce moment, a souligné l'entraîneur. Mais ça fait longtemps qu'il travaille de cette façon et qu'il joue comme ça. Sauf qu'en n'hésitant plus, il gagne une fraction de seconde et ça donne les résultats qu'il obtient présentement. On est très content de voir ce que ça donne. » 

 

En voir plus