Skip to main content

Derick Brassard en terrain connu à Stockholm

L'attaquant des Sénateurs n'en est pas à une première expérience en Suède dans le cadre de la Série globale

par Siniša Šindik / Collaborateur LNH.com

Alors que plusieurs joueurs des Sénateurs en sont à leur première expérience en Suède et se fient à Erik Karlsson et Fredrik Claesson pour agir à titre de guide touristique, Derick Brassard, lui, se rappelle de beaux souvenirs.

Le Gatinois de 30 ans se retrouve en terrain connu, lui qui a déjà disputé quelques matchs préparatoires en Suède avec les Blue Jackets de Colombus.

C'était lors de l'ouverture de la saison 2010-11 de la Ligue nationale de hockey. Brassard, alors âgé de 23 ans, se souvient notamment d'avoir assisté à des courses de chevaux, une des nombreuses sorties qui avait été organisée par son coéquipier de l'époque, Kristian Huselius. 

Même si la mémoire est une faculté qui oublie, Brassard dit avoir reconnu plusieurs attraits touristiques à son arrivée dans la capitale suédoise. Lorsque l'équipe s'est déplacée de l'aéroport à l'hôtel, en autobus, le joueur de centre s'est amusé à pointer certains endroits à Claesson, qui lui est natif de Stockholm.

« J'avais raison. C'était presque comme un retour dans le temps. Frederik était plutôt impressionné », a déclaré Brassard.

Savourer le moment, mais pas trop

L'ancien premier choix des Blue Jackets en 2006, sixième au total, aura peut-être l'occasion de mieux savourer le moment cette année, alors qu'il se dit plus mature aujourd'hui qu'il ne l'était lors de cette première expérience avec Colombus.

« Quand j'étais plus jeune, j'étais vraiment excité d'être dans la ligue, surtout que j'en étais à mes premiers pas. Aujourd'hui, je me rends compte que le temps passe vite. Je vais donc essayer d'en profiter le plus possible, car dans cinq, six ou sept ans, qui sait, je ne jouerai peut-être plus » a affirmé Brassard.

La principale différence entre les deux voyages selon lui? À l'époque, il s'agissait de matchs hors-concours, mais vendredi et samedi, les Sénateurs disputeront deux rencontres de saison régulière, avec quatre points sur la table. 

Brassard apprécie cette occasion de se regrouper et de passer du temps en équipe, mais a tout de même tenu à insister sur l'importance de ces deux matchs. 

« Nous passons du temps ensemble, nous tissons des liens, c'est génial. Mais, comme ce sont deux matchs de saison régulière, ils sont très importants et nous devons trouver une façon de performer pendant 60 minutes. »

« Nous devons faire ce que nous avons à faire et ensuite nous aurons une semaine pour nous reposer », a ajouté l'ancien porte-couleurs des Voltigeurs de Drummondville dans la LHJMQ.

Un privilège de jouer devant la famille et les amis

Lorsqu'il saute sur la patinoire du Centre Canadian Tire, à Ottawa, Derick Brassard est conscient de la chance qu'il a et du rêve qu'il vit quotidiennement. 

Étant natif de Hull et ayant toujours passé une bonne partie de ses étés dans son patelin, il se dit privilégié de pouvoir aujourd'hui évoluer devant famille et amis soir après soir.

C'est pourquoi il se dit heureux pour ses coéquipiers suédois qui obtiennent ainsi, le temps d'une fin de semaine, cette occasion à leur tour. 

« C'est vraiment sympa pour eux [les joueurs suédois], car ils viennent ici et jouent devant leur famille et leurs amis. J'ai cette chance à Ottawa tous les soirs, alors je pense que c'est une très belle expérience pour eux et j'espère qu'ils en profiteront », a-t-il soutenu.

On serait porté à croire que ce genre de matchs devant famille et amis pourrait ajouter une pression additionnelle sur les épaules du capitaine de Karlsson, qui voudra certainement bien faire lors de ces deux matchs.

Or, de son côté, le centre de 6 pieds 1 pouce ne croit pas que cela changera quoi que ce soit au jeu de Karlsson, ni de Claesson d'ailleurs.

« Je ne pense pas. Je pense qu'ils vont l'apprécier. Je les ai vus s'amuser et tenter d'en profiter au maximum. Je ne pense pas qu'Erik va se mettre de la pression additionnelle, il ne s'en met jamais de toute façon », a déclaré Brassard en riant.

Reconnu comme étant un chic type, le Gatinois a encore une fois joué les bons samaritains durant son passage en Suède. 

Il a rencontré un de ses amis, Patrik Hansson - qu'il connaît en raison de ses anciens coéquipiers Carl Hagelin et Mats Zuccarello des New York Rangers - et son fils Liam, âgé de 15 ans, qui joue pour l'équipe suédoise des moins de 16 ans. 

Il les a présentés à Karlsson… une véritable supervedette en Suède et l'idole d'un peuple.

 « Ils étaient très heureux. Je me souviens quand j'étais gamin et que j'avais la chance de rencontrer un joueur de la LNH, j'étais toujours très excité. Ce sont de beaux souvenirs, » a conclu Brassard.

Brassard et les Sénateurs disputeront leur premier match en sol suédois vendredi après-midi face à l'Avalanche du Colorado. Les deux équipes remettront le tout samedi après-midi, afin de conclure cette série de deux rencontres dans le cadre de la Série globale de la LNH.

En voir plus