Skip to main content

Demande de Heatley: le d.g. des Sénateurs se dit 'sous le choc et déçu'

LNH.com @NHL

OTTAWA - Le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, s'est dit "sous le choc et déçu" d'apprendre que Dany Heatley voulait quitter Ottawa mais il a affirmé, mardi, qu'il entendait exaucer le souhait de l'attaquant vedette.

La semaine dernière, Heatley a annoncé à la formation de la LNH qu'il désirait être échangé. Cette demande est survenue moins de deux ans après que Heatley eut signé un contrat de six ans et 45 millions $ avec les Sénateurs.

Murray a indiqué lors d'une conférence de presse, mardi, qu'il s'était entretenu avec son ailier à la fin de la saison avant son départ pour la Suisse, où il a pris part au Championnat du monde. Ce n'est toutefois pas avant lundi dernier qu'il a entendu parler de sa demande d'échange.

"J'ai parlé avec plusieurs équipes, a expliqué Murray. Je n'ai pas vraiment d'échéancier mais j'ai encouragé quiconque était réellement intéressé à ses services de me contacter avant le repêchage. J'aimerais que le dossier ait progressé à cette date."

A la lumière de ses statistiques Heatley n'a pas connu une très bonne saison l'année dernière, enfilant 39 but et amassant 33 mention d'aide en 82 matchs. C'est son plus bas total de points en quatre ans avec les Sénateurs.

Murray a reconnu que l'apport de Heatley en attaque serait difficile à remplacer.

"Il est difficile de se priver d'un marqueur de 50 buts. Il n'en a pas marqué autant la saison dernière - plusieurs n'ont pas produit autant qu'espéré - mais il reste que Dany Heatley est un marqueur. Il sera difficile de faire mieux que lui, c'est sûr."

Le directeur général des Sénateurs a prévenu qu'il ne laisserait pas aller son joueur sans obtenir quelque chose de valable en retour. Il a ajouté que l'entraîneur-chef Corey Clouston était "anéanti" par la nouvelle, surtout que Healty a fait savoir qu'il était la raison pour laquelle il souhaitait changer d'équipe.

"Ce n'est pas entièrement vrai, a nuancé Murray. C'est une des raisons."

En voir plus