Skip to main content

David Savard croit aux chances de Pierre-Luc Dubois

Le défenseur des Blue Jackets ne serait pas étonné que le troisième choix du repêchage 2016 joue à Columbus cette saison

par Guillaume Lepage @GLepageLNH / Journaliste LNH.com

Un an après avoir échoué à sa première tentative de se tailler un poste avec les Blue Jackets de Columbus, l'attaquant Pierre-Luc Dubois tentera une nouvelle fois de forcer la main de l'équipe qui l'a repêché au troisième rang au repêchage 2016. 

Et à en croire son éventuel coéquipier David Savard, il sera mieux outillé pour le faire cette saison. Il saura du moins à quoi ressemble un camp d'entraînement dirigé par John Tortorella. 

« L'an dernier, il a peut-être été un peu surpris de voir ce qu'était le camp d'entraînement... Surtout un camp de 'Torts' (Tortorella) », a lancé en riant le défenseur qui entamera sa cinquième saison complète avec l'équipe. 

« C'est un camp assez difficile, il y a une grosse différence avec le junior. Je crois qu'il va se préparer en conséquence cette année et ça ne m'étonnerait pas qu'il reste avec nous. » 

Dubois aura toutefois fort à faire afin d'éviter d'être renvoyé avec l'Armada de Blainville-Boisbriand pour une dernière saison puisqu'il n'y a - à première vue - peu de postes disponibles dans la formation des Blue Jackets. 

L'émergence de jeunes attaquants talentueux comme Alexander Wennberg (22 ans), Sonny Milano (21 ans), Josh Anderson (23 ans) et Oliver Bjorkstrand (22 ans) offre aux Jackets le luxe de se montrer patients avec le Québécois âgé de 19 ans. D'autant qu'il a connu une baisse de régime la saison dernière (21 buts, 24 aides en 48 matchs), comparativement à son année de repêchage (42 buts, 57 aides en 62 matchs). Il a cependant terminé la saison en force en récoltant 22 points, dont neuf buts, en 19 rencontres éliminatoires. 

De ce qu'il a pu voir en le côtoyant au camp d'entraînement il y a un an, Savard est d'avis que son jeune compatriote aborde les choses avec l'attitude nécessaire pour jouer chez les professionnels. 

« C'est un jeune qui est très terre à terre, a-t-il expliqué. Il est ouvert à tout et il est prêt à essayer des choses pour apprendre. Il veut rester en haut. [...] Je vais essayer le plus possible de le prendre sous mon aile et de lui montrer ce qu'est la LNH et les bonnes choses à faire pour y rester. » 

Du renfort 

Savard voit par ailleurs d'un bon oeil l'arrivée de l'attaquant Artemi Panarin, acquis le 23 juin des Blackhawks de Chicago dans l'échange de Brandon Saad. Personne ne refuserait l'aide d'un habile patineur qui a récolté 77 et 74 points à ses deux premières saisons dans la LNH après six campagnes et plus dans la KHL. 

« Pour nous, c'est vraiment un atout, a dit le défenseur. Panarin est un marqueur naturel qui va changer l'allure d'un match et je pense que c'est ce qu'il nous fallait. Il va peut-être être l'étincelle qui va nous permettre de gagner des matchs et d'atteindre les séries. » 

Ayant terminé au quatrième rang du classement général la saison dernière (108 points), les Blue Jackets comptent encore sur tous les ingrédients nécessaires - un excellent gardien, une brigade défensive jeune et fiable ainsi qu'une attaque fougueuse - afin de demeurer des aspirants à la Coupe Stanley. 

Ils auront aussi appris de leur élimination hâtive du printemps alors qu'ils se sont inclinés en cinq matchs face aux Penguins de Pittsburgh au premier tour dans l'Est. 

« L'atmosphère dans le vestiaire a beaucoup changé avec la saison qu'on a eue, a avancé Savard. On pense qu'on est en mesure de battre toutes les équipes et c'est la grosse différence. 

« Je pense qu'on va pouvoir se rendre en séries avec cet état d'esprit et ensuite ce sera à nous de mettre en pratique ce que nous avons appris cette année. »

En voir plus